AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fin de Régime

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Le Cardinal Blanc
Écuyer
Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/11/2011
Messages : 71
Royaume : Empire Arshee d'Ical
Titre : Dictateur de Soléandre

MessageSujet: Fin de Régime   Lun 14 Nov - 2:13

En une journée, Soléandre avait changé. Du tout au tout. Le triangle parfait des Triumvirs ne flottait plus sur les tours du Palais et des Murs. Trois étendards les avaient remplacés. Celui de Soléandre. Celui d'un jeune homme qui aurait pu être Roi. Et celui du vieillard qui l'en avait empêché. Un drapeau blanc, frappé de la crosse cardinalice.

Archeror d'Ical, Cardinal Blanc du Culte d'Arbros, immobilisa son cheval devant les Portes du Palais. Pendus aux créneaux, les masques jetés à bas, trois cadavres. Les Maîtres d'hier. Qui, aujourd'hui, n'étaient plus rien. Avec un fin sourire, le Cardinal talonna sa monture, et pénétra dans la Palais. Il y fut accueilli par Rainier, qui avait tenu la place pour lui depuis le prise du Palais, trois jours auparavant. Le Cardinal, malgré ses réformes organisationnelles et architecturales, n'avait jamais aimé l'endroit. Le parti du palais n'avait jamais été le sien. Il avait préféré la sécurité des Temples et de la Ville aux murs pleins d'oreille de la demeure des anciens Roys. Et, tandis que la lutte se poursuivait dans les entrailles de gigantesque complexe, celui que l'on nommait le Dictateur avait écrasé les résistances dans la ville même, et rallié ses réseaux, faisant voir là où le besoin s'en faisait sentir sa robe blanche tachée de sang. Et hier, à la tombée de la nuit, tant le palais que la ville étaient pacifiées. Le pouvoir des Trois était tombé.

Mais ce pouvoir était tombé entre les mains de deux, et non pas d'un seul. Ce qui était en soi un problème. C'est pourquoi, dès l'aube, Archeror d'Ical avait fait mouvement. Et maintenant, éclatant de blancheur, il allait mener la dernière négociation de la Révolte.

Il y avait de ses gens, dans les couloirs du palais. De ceux de l'Autre, aussi. En nombre. Et des cadavres, en plus grand nombre encore. Mais cela, pour le Cardinal, ne pesait guère. Archeror d'Ical avait toujours su se départir à temps des émotions dangereuses. En ce nouveau matin, la pièce était jouée. Il le savait. L'Autre aussi. Et, malgré les taches de sang sur le sol dallé, la blanche robe du Cardinal demeura immaculée. Plus besoin de costume, à cette heure. En ce lieu. C'était superflu.

Tous, qui que soit leur maître, regardaient passer le religieux, le Dictateur avec une sourde appréhension. Espérant que, vraiment, le conflit était terminé. Craignant pourtant de nouveaux affrontements. Car la menace de la guerre civile n'était pas encore écartée. Soléandre, en ce jour, était à qui la voulait.

Non sans un regard sardonique, le Cardinal évita la grande allée qui menait à la Salle du trône. Il se dirigea plutôt vers ce qui avait été la Salle du Conseil. La porte était ouverte. Sans gardes. Sans une hésitation, le Cardinal y pénétra, et referma la porte derrière lui. Il se retourna alors, et fixa son regard ironique dans les yeux de son allié et adversaire -les deux autrefois, les deux aujourd'hui. Calmement, Archeror d'Ical, Cardinal Blanc du Culte d'Arbros, prit place. Et là, enfin, il prit la parole.

-Nous y voilà donc. Si nous commencions?

Et, joignant ses mains sur la table, il sourit.
Revenir en haut Aller en bas
Gorboth
Gorbynator des bacs à sable
Gorbynator des bacs à sable
avatar

Masculin Date d'inscription : 13/09/2011
Messages : 175
Royaume : Empire Noir du Gortork
Titre : Sombre Empereur

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Lun 14 Nov - 20:50

Pendant ce temps

Ils avaient galopé une bonne heure depuis Rzulmeartz, la puissante forteresse de l'Empire Noir du Gortork, qui, sise dans la baie de Soléandre, abritait depuis sa récente construction le plus fort contingent Impérial, tant terrestre que naval, hors des frontières de la Sombre Plaine.

Douze chevaux d'un noir profond venaient de franchir les portes ouest de la Sainte Cité, et se frayaient à présent un chemin dans ses rues, bousculant sans vergogne les passants trop lents à laisser place.

Parmi eux, il était aisé d'identifier dix soldats de l'Empire et Bahatroth, Secrétaire de Sa Noirceur en Soléandre. Mais à leur tête se tenait un homme pâle, au visage rehaussé d'une barbichette noire et finement entretenue, son lourd et riche manteau parsemé de fourrure, ses vêtements extravagants mêlant dentelle, soie noire, écarlate et dorée, ses bijoux clinquant faits d'or, et de pierres précieuses, l'identifiaient comme un simple noble amateur de frivolités et suivants les derniers courants de la mode. Seul un diplomate avisé aurait pu identifier celui qui, après avoir mit pied à terre devant le Palais, réajustait sa lourde chaîne d'or, maintenant un médaillon frappé du phénix Impérial, et son chapeau mou garni d'une fine plume rouge fixée par un chapelet de perles.

Car cet "original" n'était autre que le redoutable Ardenan d'Urtag. L'ambassadeur zélé au service du Sombre Empereur fixa un moment les trois silhouettes qui balançaient nonchalamment sur les remparts, sa bouche se crispa alors en un sourire ironique. Il avait en effet été dépêché depuis Tours-de-Lune, capitale des Grandes Forêts, où il représentait le Seigneur de Tout, pour établir un contact avec le nouveau pouvoir soléandrin. A présent, les Triumvirs - ou tout du moins, il n'en doutait guère, les trois malheureux à qui ils avaient fait enfiler leurs masques - pendaient au bout d'une corde. La donne avait changé. Ceux qui savouraient leur récent triomphe n'avaient pas encore assis leur frêle pouvoir qu'ils se déchiraient déjà pour s'en partager les miettes. Voilà qui représentait une opportunité des plus intéressantes pour l'Empire !



_________________

Gorboth, Gor Etzerboth Astaroth Gratia
Gorboth, Empereur des Ténèbres par la grâce d'Astaroth
Revenir en haut Aller en bas
Eregain
Gentilhomme
Gentilhomme
avatar

Masculin Date d'inscription : 05/11/2011
Messages : 42
Royaume : Soléandre
Titre : Duc de Soléandre

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Sam 19 Nov - 7:13

Le jeune humain était assis dans le siège qui fut jadis celui de la Chambellan, Angelot, du temps du Conseil. Un trône surélevé par rapport aux autres, conçu pour une femme, mais dans lequel l'adolescent à l'ossature encore légère tenait parfaitement à l'aise, comme s'il avait été taillé pour lui. Assis était un terme inadéquat pour décrire sa position. Eregain utilisait l'un des accoudoirs comme dossier, laissait l'une de ses jambes pendre au dessus de l'autre, et, avec la dague qu'il tenait dans la main droite, il était occupé à gratter le symbole de celle qui avait régné sur Soléandre pendant toute une ère. Son autre main tenait un sceau de taille conséquente, celui du Roy, qu'il faisait adroitement passer entre ses dix doigts.

Lorsqu'il entendit le Cardinal entrer, il le fit sauter sur le dos de ses phalanges, puis le rattrapa adroitement tout en se levant.

- Seigneur Archeror.

Le sceau royal toujours à la main, le jeune homme avança à la rencontre du prélat, et, s'inclinant, baisa l'anneau épiscopal. Cette marque de courtoisie accordée, il s'effaça pour indiquer à son adversaire la place du Conseiller aux cultes.

- Je vous en prie, prenez place.

Tandis qu'il s'en retournait à son trône, Eregain nota :

- Il va y avoir du travail à faire ici. La décoration fait terriblement ancien régime. Je me dit qu'un table ronde conviendrai mieux. Chaque siège pourrai être orné du symbole de son occupant. Quant à celui-là...

Avant de s'assoir, l'humain passa la main derrière le dossier de la place d'Angelot.

- J'ai peur qu'il soit irrécupérable. Je devrai le faire remplacer, et il ira rejoindre ceci...

Le nouveau maître de Soléandre jeta le sceau royal au centre de la table.

- Dans les collections privées du palais. J'en ai déjà commandé un autre, moins clinquant. Qu'en pense votre Emminence ?
Revenir en haut Aller en bas
Le Cardinal Blanc
Écuyer
Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/11/2011
Messages : 71
Royaume : Empire Arshee d'Ical
Titre : Dictateur de Soléandre

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Dim 20 Nov - 2:08

Le Cardinal avait accepté de bonne grâce le siège qui lui était offert, tout simplement parce qu'il lui revenait de droit. Il y avait toujours un mépris latent dans le regard, le sourire, et même la posture du prélat. Le mépris de l'aristocrate bien né pour le fils de la rue, certes. Celui aussi de l'homme ayant l'expérience du pouvoir pour le blanc-bec qui tentait de l'atteindre. Celui, aussi, de l'homme posé pour le garnement cabriolant et semblant se croire dans une comédie de mauvais goût.

-Vous ne devriez pas abîmer ce trône. Trop de belles choses ont déjà été détruites ici sans que l'on soit obligé d'altérer les rares pièces de valeur épargnées. On ne construit pas un nouveau régime en détruisant ce que l'ancien avait de bon.

Il eut un grand sourire, et d'un mouvement de la tête désigna le trône.

-Et, à n'en pas douter, ordonner la fabrication de ce siège aura été l'une des plus belles réalisations d'Angelot. Une pièce superbe, vraiment.

Il déplaça ensuite son regard vers le sceau royal, au centre de la table.

-Ceci, cependant, n'a plus de valeur depuis longtemps. Et je suis bien d'accord avec vous, quoique désapprouvant quelque peu votre empressement: il s'agit de le remplacer. Ou plutôt se s'en passer car, ne vous en déplaise, je crois que nous n'aurons plus de roi. Je ne vous donnerai jamais du Majesté, et vous le savez pertinemment. D'ailleurs, je crois vos mentors trop intelligents pour vous avoir laissé croire que votre tête de plébéien serait un jour ceinte de la couronne de Soléandre. Cela, je crois, est d'ores et déjà réglé.

Il avait troqué le ton badin pour le ton du Dictateur, et était redevenu pendant un instant l'homme qui avait, pendant plus de trente ans, dans l'ombre ou la lumière, dirigé les destinées de la Sainte-Cité.

-C'est à nous deux, ce me semble, qu'incombe maintenant la lourde tâche de choisir un régime pour Soléandre. La monarchie, nous le savons maintenant, n'est plus une option. Il n'y a plus d'Immortels, Arbros en soit remercié. La maison de Solian a été détruite il y a longtemps, d'Angelot nous n'avons plus de traces... Et ni vous ni moi ne serons jamais roi. Ma vocation l'exclut aussi bien que votre piètre ascendance.

Il avait laissé tombé la sentence avec calme. Être roi n'avait jamais été le but du Cardinal.

-De roi, donc, point. De triumvirat non plus. Ce serait mauvaise idée, et le Prince des Hardiens ferait un bien piètre troisième homme. Et comme vous, gens de la Commanderie et gens du peuple, avez parfois de ces idées farfelues, je me permets de dire que jamais le peuple n'obtiendra ici le pouvoir. Il y a là-dedans beaucoup trop d'imbéciles...

D'un geste, il désigna les sièges qui entouraient la table. Douze sièges.

-D'ailleurs, je ne vois pas assez de gens sensés dans cette Cité, et d'assez bonne position pour remplir ne serait-ce que ces sièges. Nous sommes deux au moins à pouvoir siéger -cela, nous le savons. Et aurions-nous succédé à une monarchie que j'aurais proposé que nous nous séparions les pouvoirs, mais entre deux et trois, la distance est trop courte. Qui plus est, de deux à un aussi, le pas est facile, et je n'ai pas plus envie de vous voir gouverner seul que de me retrouver avec la Grande Putain entièrement sur mes épaules. Il faut viser plus haut. La collégialité s'impose. Nous ne pouvons pas être quatre, car il faudra trancher. Et, à dire franc, je ne vois pas dix hommes qui puissent faire l'affaire. Cinq, sept ou neuf, voilà qui me semblerait bien. Je privilégierais le plus petit nombre, pour des raisons évidentes, bien que le sept soit puissant en symbolique. Je vous laisse juger.

De nouveau, il marqua un silence. À n'en pas douter, il avait mûrement réfléchi à la chose, et cela s'était senti dans son ton que, plus que tout, il aurait aimé que les deux vainqueurs des Trois siègent ensemble. Mais la différence entre le Dictateur et le Prince de la Rue était trop grande, tant en âges qu'en idées...

-Mais qui, voilà la question. Qui pour occuper ces sièges, et avec quels pouvoirs? Les vautours se pressent aux portes, l'un deux a déjà dû les franchir... Et, vous le savez comme moi, nous avons un choix difficile à faire. Choisissons à l'intérieur de la Cité, et ces sièges seront occupés par mes gens ou les vôtres, ce qui serait fort simple. Mais la colère gronderait devant nos murs, et cela est dangereux. Mais que notre choix se porte à l'extérieur... et ce pourrait en être fini de l'indépendance de cette Cité. Et entre la Soléandre ancienne et cette réalité, mon cher, entre Soléandre libre et Soléandre asservie, il n'y a que vous... Et moi.
Revenir en haut Aller en bas
Eregain
Gentilhomme
Gentilhomme
avatar

Masculin Date d'inscription : 05/11/2011
Messages : 42
Royaume : Soléandre
Titre : Duc de Soléandre

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Dim 20 Nov - 21:24

- Cinq est un chiffre qui me convient parfaitement. C'est indéniablement une solution équilibrée. Et en effet, reste l'épineux problème de l'identité de ces cinq élus.

Le problème était tout réfléchit pour le jeune homme, qui n'avait plus rien de l'adolescent joueur. En un instant, toute l'éducation baqienne refit surface et c'est un prince qui fit face au Cardinal. Il avait tiqué sur les accusations concernant sur sa naissance. Elles étaient vraies, bien entendues, mais l'usage voulait qu'on les ignore. La naissance ne comptait pas pour un baqien, elle comptait peu pour un soléandrin. Mais l'objection était relativement valable pour nombre de peuples. Eregain n'avait pas un instant brigué la couronne des immortels. Cela eut-été ridicule. De plus, son éducation le portait à penser que le règne d'un conseil était la suite logique à la monarchie. C'était l'évolution qui avait, notamment, marqué Baq i Kawten.

- Un pouvoir fort est un pouvoir qui s'appuie sur les réalités de la politique. La première condition de mon pouvoir est l'approbation des dieux. Vous me l'apporterez donc. J'ai l'approbation de la noblesse pour le moment. Il me reste à trouver l'approbation des bourgeois, et nous tiendrons la ville.

L'aristocratie et le bourgeoisie, les deux classes aptes à entretenir un armement de qualité, voire une milice privée. Avec les cultes, elles étaient l'origine du pouvoir militaire. Le nom de commandant comptait assez peu, si ces hommes savaient qui ils servaient au travers de ce commandant. Hors, ces hommes étaient partagés entre les deux hommes de pouvoir qui se tenaient ici.

- Vous serez content d'apprendre que Tywqan s'est vu proposé de reprendre sa charge de lieutenant général de Baq i Kawten, et qu'il a sursit sa décision en attendant de venir siéger ici. Je lui ai dit que si Baq i Kawten possède la maîtrise de fait du commerce de la ville, il serai plus judicieux d'en confier la maîtrise de droit à leur concurrent le plus sérieux. Les Hardiens ne sont pas des commerçants par nature, mais ils sont probes, et ils ont de nombreux clients. Je suggère de choisir l'un d'entre eux pour représenter les marchands. Ceux-ci n'ont pas l'air défavorables.

Il nous manque donc deux conseillers, qui devraient représenter des peuples extérieurs à Soléandre. Ou, plus exactement, je verrai l'un d'entre eux représenter un peuple extérieur, désigné par un Sénat, et l'autre comme un arbitre plus neutre, sans attaches particulières.
Revenir en haut Aller en bas
Le Cardinal Blanc
Écuyer
Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/11/2011
Messages : 71
Royaume : Empire Arshee d'Ical
Titre : Dictateur de Soléandre

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Lun 21 Nov - 2:56

Les idées du Cardinal étaient, en théorie du moins, à l'opposée de celles du parti baquien. Les arbrosiens n'étaient ni des oligarques, ni des partisans du pouvoir populaire: ils étaient les défenseurs inébranlables et féroces de l'Ordre Panthéonnique et de la monarchie de droit -et même d'essence- divin. La vision de l'État et du pouvoir véhiculée par le Culte d'Arbros était donc centralisée par essence, hiérarchisée par conviction, autoritaire par conséquence. Le Cardinal, à ce sujet, n'était pas le moins excessif. Mais ce qui caractérisait aussi la pensée arbrosienne, c'était sa liaison intime avec le politique, et en cela le Cardinal était l'un des plus brillants maîtres: lorsqu'un État ne pouvait être gouverné par Arbros, il s'agissait que son gouvernement soit le plus fragmenté possible, tout en étant encore efficace. Comme rien ne pouvait être au-dessus du Panthéon -du Culte, dans les faits-, il s'agissait de s'assurer qu'aucun pouvoir ne puisse être au-dessus de celui des prêtres du dieu des forêts...

À toute cette pensée s'ajoutait autre chose: le Cardinal était, véritablement, attaché à la Sainte-Cité. Il en avait conscience, et cela aussi pesait dans la balance. Néanmoins, il demeurait un homme dangereux, à l'esprit puissant et terrible.

-La première condition de votre pouvoir? Je crains que le terme soit inapproprié. Le Culte d'Arbros fait et défait les... Premiers Hommes, dans cette Cité. Soyons clair: je n'ai besoin de personne pour siéger ici. Ma légitimité est indiscutable. Vous, par contre, et bien que dans les faits vos assises soient les plus solides avec les miennes, vous avez besoin de moi pour légitimer votre siège -pour prendre un pouvoir offert, et non pas l'usurper. Cette légitimité, je vous la donne, bien entendu. Mais votre pouvoir, c'est le pouvoir d'un des cinq, et seulement cela. Sans doutes est-ce ce que vous avez voulu dire. Nous n'avons encore point parlé de préséance, bien qu'à ne pas en douter il nous faudra prévoir certains... mécanismes en ce sens.

Le sourire était froid, le regard, amusé. Archeror d'Ical n'était pas homme à laisser voler les mots. C'était chose dangereuse. Il fallait les saisir, les modeler, et les tenir sagement en laisse...

-Mais passons sur ces mots malencontreux. Les Hardiens, en effet, je ne crois pas que nous puissions y échapper. De petites gens qui se pensent grands, cela se contrôle facilement, et ne constitue pas une menace. La menace principale, nous la connaissons tout deux, et elles se dressent hors-les-murs, à la frontière même de nos terres. L'un de leurs vautours, vous le savez sûrement, se dirigeait vers nos portes Il doit s'approcher du palais en ce moment même. Venu exiger une part de pouvoir. Un pouvoir sur lequel il n'a aucun droit.

La voix du Cardinal claquait, sèche. On parlait là de l'Ennemi, et point de bonté envers l'Ennemi.

-Rien ne serait plus dangereux que d'introduire les Impériaux dans ce Conseil. Or, si nous faisons appel à une puissance extérieure, nous ne pouvons les ignorer. Sinon, ils agiteront bientôt leurs étendards sous nos murs, et quoique je ne doute pas de notre victoire, je crois préférable d'éviter la chose. Mais laisser entrer dans ce palais le représentant d'une puissance qui dispose de dizaine de milliers de soldats à notre frontière même, cela serait ruiner tout équilibre. Qu'ils entrent dans ce Conseil, je peux m'y résigner, si comme moi vous ne voyez à cela d'autres avenues, hormis la guerre. Mais dans ce cas, soyons fermes et clairs. Si l'Empire siège, qu'il nous prouve sa bonne foi. Que ses troupes regagnent les noires plaines du Gortork. Qu'il rase sa forteresse et efface jusqu'à ses fondations.
Revenir en haut Aller en bas
Eregain
Gentilhomme
Gentilhomme
avatar

Masculin Date d'inscription : 05/11/2011
Messages : 42
Royaume : Soléandre
Titre : Duc de Soléandre

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Ven 25 Nov - 8:17

Eregain se leva, et traversa la large pièce, pensif.

- J'ai parfaitement conscience du danger que représentent les impériaux, éminence, et il entre dans mes projets de rendre Runemance, ou Rzulmeartz, comme l'appellent ces barbares, parfaitement invivable s'ils décident de s'y accrocher. Je pense donc que vos conditions sont acceptables, bien que l'idée de voir le Gortork prendre l'ascendant sur une assemblée des peuples me répugne.

Le jeune homme se trouvait devant un panneau de chêne, incrusté dans le mur. Il en caressait les reliefs de la main.

- Avant de prendre toute décision, je pense nécessaire de clarifier notre situation. Je revendique le titre de Dux Soleandris, de guide. En conséquence, la présidence de ce conclave me revient. Et même si je n'aurai pas plus de pouvoir effectif que vous, c'est moi qu'on tiendra responsable des déboires de la Sainte Cité. En conséquence, je vous demanderai de ne pas contester en public que le pouvoir est mien. Les désaccords apparents faisant le jeu de nos ennemis.

Les doigts fins du jeune homme avaient visiblement trouvé ce qu'ils cherchaient. Il ne cessait de manipuler une triade habilement sculptée.

- Il doit y avoir un visage à la tête de Soléandre. Gouverné lié par un conclave, dont la moitié des membres finiront par vous manger dans la main, je puis l'admettre. En revanche, gouverner en voyant ma position remise en cause en permanence par mes pairs, cela m'est impossible, éminence. Comme nous ne disposons pas de beaucoup de temps avant l'arrivée des vautours, je vais devoir être franc.

Il avait trouvé le mécanisme. Le panneau de bois s'ouvrit, laissant apparaître une collection d'alcools anciens.

- Quel prix mettez-vous pour faire cesser vos revendications ? Ou, cela n'est pas, pour vous, négociable, quel prix mettez-vous pour que je retire les miennes ?

Et il commença à examiner les bouteilles, à la recherche de celle qui conviendrai le mieux à l'occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Le Cardinal Blanc
Écuyer
Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/11/2011
Messages : 71
Royaume : Empire Arshee d'Ical
Titre : Dictateur de Soléandre

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Ven 25 Nov - 21:08

Le Cardinal, en fin connaisseur, porta un regard intéressé sur le contenu de la cache. Pour autant, il ne quitta pas son siège, se contentant de pivoter quelque peu. Il avait toute l'apparence du calme et du plein contrôle sur lui-même. Ce n'était pas là sa première joute, et il savait comment manoeuvrer.

-Vous dirigerez cette Cité. Vous ne la dirigez pas encore. Je ne revendique rien -ma position me suffit. Je n'ai nulle prétention à trôner dans ce Palais, ni à y mettre les pieds plus souvent que nécessaire. Vous, vous y prétendez. Et je soutiens vos prétentions. Le problème, c'est que vous n'y avez nul droit -et ne me parlez pas du droit de révolte ou de conquête: c'est là l'argument de ceux qui n'ont pas de légitimité. Vous n'avez aucun droit à diriger le futur Conseil que nous instaurerons. Aucun. Pour le moment.

De nouveau, un fin sourire. Ce sourire supérieur et agaçant, absolument indestructible, semblait-il

-Ce droit, je peux vous le donner. Le Patriarche du Quartier des Temples, Voix des dieux sur Terre et représentant du Septuor est, lorsque l'ascendance manque et que la conquête ne suffit point, seul détenteur de légitimité. Vous serez Dux Soleandris, guide de cette Cité. Mais c'est moi qui vous ferai tel. Point de pouvoir sans l'accord des dieux. Et les insignes du pouvoir, vous les recevrez de moi. Pour que nul ne puisse vous contester... tant que vos demeurerez au service des Sept.

Il se tut. Archeror, Obad d'Ical, Cardinal Blanc du Culte d'Arbros, Soleandri Dictator, n'était pas revenu et n'avait pas renversé les Trois pour redevenir serviteur d'un maître somme toute plus petit que lui. Ce n'était pas son pouvoir, maintenant, qu'il mettait de l'avant. Ou, s'il le faisait, c'était par l'entremise du pouvoir des Cultes et du Panthéon. Le désir profond du Cardinal, c'était une Soléandre où le temporel cédait le pas devant le spirituel. Le Septuor avant la couronne -ou quoi que ce soit d'autre, d'ailleurs.

-Vous aurez, bien entendu, les honneurs et les privilèges dus à votre charge, et ma voix ne s'élèvera pas haut pour contrer la vôtre... car nous parlerons de la même. Je ne dis pas ici que je parlerai à travers vous, mais seulement que les dieux, par mon entremise, vous auront accorder gouvernement sur cette cité -à vous, comme ils le feront à tous vos successeurs s'ils les jugent dignes. Et cela jusqu'à ce que vous ou les vôtres ne le soient plus, si jamais une telle chose arrive. Je vous offre un pouvoir solide, indépendant des aristocrates -qu'il vous incombera de rallier-, et surtout plus légitime qu'aucun autre. Un pouvoir procédant des dieux...

Il haussa les sourcils. La suite était évidente: un pouvoir procédant de moi.

-Nous aurons ainsi, je crois, un gouvernement plus que respectable. Vous dirigerez cette Cité. Et je dirigerai le Quartier des Temples et les âmes des Soléandrins. Vous serez à la tête de ce Conseil -par la grâce du Panthéon. Un... mutualisme imparable. Basé sur notre pleine et entière collaboration. Le pouvoir séparé de la source du pouvoir. Ce qui, je n'en doute pas, constituera les fondations d'une nouvelle ère de gloire.

Et là-dessus, il écarta bien grand les bras, éclatant de blancheur, avant de lancer, narquois.

-Et si nous buvions à cela?
Revenir en haut Aller en bas
Eregain
Gentilhomme
Gentilhomme
avatar

Masculin Date d'inscription : 05/11/2011
Messages : 42
Royaume : Soléandre
Titre : Duc de Soléandre

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Sam 26 Nov - 5:49

Eregain hocha la tête. C'était ce qu'il voulait entendre. Il souleva un coteau de Hliniael, du royaume d'Horowitz, grand cru de presque trente ans. La conservation magique du palais empêchait les vins de s'éventer lorsque leur temps semblait être passé.

- Nous avons donc un accord acceptable. Vous serez donc la Voix des Dieux au conclave. Ni supérieur, ni inférieur, mais d'un pouvoir d'une autre nature.

Le jeune duc ouvrit lui-même la bouteille, et remplit deux verres.

- Aux dieux, puisse leur volonté toujours être favorable, dit-il en levant le verre cristal.
Revenir en haut Aller en bas
Gorboth
Gorbynator des bacs à sable
Gorbynator des bacs à sable
avatar

Masculin Date d'inscription : 13/09/2011
Messages : 175
Royaume : Empire Noir du Gortork
Titre : Sombre Empereur

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Sam 26 Nov - 16:16

C'est à ce moment que la porte s'ouvrit avec fracas.

Bahatroth, Secrétaire Impérial, bien connu pour son rôle lors de l'antique Congrès des Alliances, entra dans la pièce. Puis, l'être d'une extrême maigreur, après avoir fixé un instant l'adolescent et le Cardinal, eut un léger rictus de mépris avant d'annoncer :

Place à Son Excellence Ardenan d'Urtag, Maître de la Diplomatie de l'Empire Noir du Gortork et Représentant Officiel de Sa Noirceur le Sombre Empereur !

Alors l'homme, toujours aussi clinquant, un large sourire lui barrant le visage, s'engouffra dans la salle.

A la vôtre Messeigneurs !

Deux soldats Impériaux disposèrent alors un simple tabouret et un siège richement ornés, ôtés de quelque autre chambre du palais, sur lesquels le plénipotentiaire et le fonctionnaire de l'Empire prirent place. Tandis que le secrétaire, en retrait, sortait un parchemin de peau elfique de l’une des amples manches de son habit, Ardenan caressa légèrement les accoudoirs rehaussés de velours rouge de son fauteuil avant de déclarer :

Quelle étrange coïncidence Messieurs, il y a deux semaines je quittais Tours -de-Lune, et un Archiduché vaincu par l’Empire, pour une mission diplomatique auprès des Triumvirs, et à mon arrivée je trouve trois pendus, et à leur place un jeune homme trinquant avec un religieux. Je ne vous cacherai guère que la nouvelle du vent de révolte soufflant sur la Cité m’a forcé à hâter mon voyage…

Après un bref instant durant lequel il scruta l’un et l’autre des protagonistes, il se servit un verre de vin et fit tourner son verre avant d'humer ses délicats arômes. Un sourire énigmatique au visage il ajouta :

J’arrive juste à temps semble-t-il…

_________________

Gorboth, Gor Etzerboth Astaroth Gratia
Gorboth, Empereur des Ténèbres par la grâce d'Astaroth
Revenir en haut Aller en bas
Eregain
Gentilhomme
Gentilhomme
avatar

Masculin Date d'inscription : 05/11/2011
Messages : 42
Royaume : Soléandre
Titre : Duc de Soléandre

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Dim 27 Nov - 18:26

- Vous arrivez surtout au mauvais endroit, monseigneur.

Le nouveau Duc de Soléandre s'était retourné vers les intrus. Ses yeux noirs les fusillaient du regard, disant tout le mal qu'il pensait de leur impudence. Il savait quelle était l'intention des impériaux en se présentant ici, contre toutes les consignes, mais la courtoisie l'obligeait à faire comme s'il n'en était rien.

- Nous nous excusons du désagrément que vous cause la désorganisation des serviteurs du palais. Nos gens auraient du vous mener à vos appartements afin que vous puissiez vous préparer pour l'audience que nous vous avons prévue, dans une heure.

Le ton était poli, mais sans appel. C'était une injonction qu'un seigneur donnait à un diplomate, et il n'y avait aucun moyen de s'y soustraire sans offenser le nouveau prince. Pour appuyer son propos, Eregain fit un geste de la main, et deux Marqués dissipèrent leurs invisibilités. Le jeune seigneur n'était jamais sans protection, où que ce soit, et ses serviteurs n'avaient attendu qu'un signe de leur maître pour se manifester.

- Veuillez vous assurer que Son Excellence ne fasse pas de mauvaise rencontre. Les couloirs du Palais ne sont pas encore très sûr, ordonna Eregain aux deux formes sombres.

Puis le Duc de Soléandre, après le salut d'usage, donna congé au diplomate. Les deux esclaves au visage torturé indiquèrent aux impériaux la direction à prendre. Celle de la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Gorboth
Gorbynator des bacs à sable
Gorbynator des bacs à sable
avatar

Masculin Date d'inscription : 13/09/2011
Messages : 175
Royaume : Empire Noir du Gortork
Titre : Sombre Empereur

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Dim 27 Nov - 19:46

Sans cesser de faire tournoyer son verre de cristal, Ardenan scruta tour à tour l'adolescent et le cardinal. Si la colère du jeune homme, visible dans son regard, avait été dissimulée sous une attitude et des paroles policées, le religieux quant à lui fulminait. Il poussa plus loin son analyse, car son arrivée impromptue et désobligeante avait été un excellent révélateur de la situation, et il utiliserait les informations qu'il en retirait à son avantage pour les entrevues ultérieures.

Tout d'abord, l'homme à peine sorti de l'enfance avait contenu - on pouvait même dire maîtrisé - son comparse. Il était donc, malgré les apparences, celui qui dominait l'autre. Car, le diplomate en était certain, en d'autre temps, cet affront lui aurait valu une réaction des plus violentes de la part de l'ex-dictateur... Le choix raisonné d'Eregain démontrait également que le pouvoir des révoltés n'était pas encore assez fort pour qu'ils se risquent à défier l'envoyé du Sombre Trône, ce qui mènerait à une guerre ouverte avec l'Empire. Conflit qu'ils considéraient visiblement plus sage d'éviter...

L'Impérial stoppa alors le mouvement de son verre et en bu une gorgée.

Magnifique ! Une pure merveille ! Il semblerait que parfois, contrairement au cas cet excellent cru, l'âge ne soit pas nécessairement un critère d'excellence (se tournant légèrement vers le Cardinal) ou de sagesse...

Mais je vous prie d'excuser mon impolitesse, je suis incorrigible, l'état actuel du Palais m'a effectivement fait perdre le chemin des mes appartements, et, entrant dans cette salle, je n'ai pu résister à l'attrait d'un bon vin. La bonne chaire et ce breuvage exquis sont réellement mes grandes faiblesses...


Il vida alors d'un trait le reste de sa coupe avant de la reposer sur la table et de se lever.

C'est bien trop d'honneur que de m'accorder votre aide Messire. J'aurai donc le plaisir de vous revoir sous peu en audience...

Sur ce, Ardenan s'inclina légèrement devant l'adolescent et se dirigea vers la sortie.

Monseigneur... lança-t-il à l'arbrosien en quittant les lieux avec sa suite, comme pour réparer un oubli, avant de gagner le chemin de son logis.

_________________

Gorboth, Gor Etzerboth Astaroth Gratia
Gorboth, Empereur des Ténèbres par la grâce d'Astaroth


Dernière édition par Gorboth le Lun 28 Nov - 3:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le Cardinal Blanc
Écuyer
Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/11/2011
Messages : 71
Royaume : Empire Arshee d'Ical
Titre : Dictateur de Soléandre

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Lun 28 Nov - 1:54

Fulminer n'était pas dans la manière du Cardinal. C'était plutôt une rage froide et glacée qui illuminait ses yeux, et un fin pli de dégoût qui marquait le coin de sa bouche, mais mis à part cela rien ne laissait présager une quelconque explosion de colère ou un homme incapable de se contrôler. L'esprit malade de l'ambassadeur impérial, incapable de voir clair, expliquait sans doute sa méprise. De toutes façons, et cela le Cardinal l'avait réalisé depuis longtemps, les Gortorciens ne voyaient jamais que ce qu'ils voulaient voir -d'où, il fallait le dire, l'existence d'une cuvée de diplomates particulièrement odieux et incapables, qui se croyaient fin mais n'étaient guère, tout compte fait, que des manieurs de massues.

Passé le premier regard désapprobateur, le Cardinal se contenta de faire un geste poli en direction d'Eregain, lui signifiant par là qu'il pouvait disposer de l'intrus comme bon lui semblait. Outre cela, il resta coi, sans voix, il est vrai, devant la morgue de l'Impérial, qui constituait sans aucun doute le plus beau spécimen de cette race méprisable de gens que l'on nommait parvenus que le Cardinal ait jamais vu.

Les piques de l'Impérial, qui se voulaient subtiles mais n'étaient rien d'autre que grossières, firent certes frémir le Cardinal, mais plus pour leur mauvaise tournure que pour leur objet. C'était là le comble du mauvais goût, et Archeror d'Ical préférait mille fois un sauvage direct à un barbare mièvre et insignifiant. Eregain agit, dans cette situation, avec tact et doigté, et le religieux se dit que c'était bien dommage de devoir traiter ainsi des gens qui méritaient la corde. Lorsque l'Impérial quitta, le laissant sur le tard avec un Monseigneur, le Cardinal ne put cependant s'empêcher de souligner l'erreur élémentaire du diplomate -ou alors la vaine boutade, mais dans les deux cas, la parole était idiote...

-Éminence, je vous prie.

Il attendit ensuite patiemment que l'Impérial et sa suite aient disparu, sonda la pièce pour s'assurer que nulle magie n'était à l'oeuvre autre que la sienne, puis se permit un soupir dégoûté.

-Vous fûtes là trop bon, si vous voulez mon avis, mais l'État impose parfois des sacrilèges. Quel être odieux. On ne peut rien avec ces gens-là...

Le mépris dans la voix était évident, le dégoût viscéral qu'inspiraient les Impériaux à l'arbrosien aussi. Maintenant, il ne se donnait plus la peine de le cacher.

-Eh bien, il faudra doubler la garde, et l'organiser de meilleure façon. J'en chargerai Rainier.

Il fixa ensuite son regard dans celui de son jeune vis-à-vis. Un regard sans équivoque.

-Et il nous faut, je crois, encore trouver deux partenaires, histoire de clore cette affaire...

Revenir en haut Aller en bas
Barradrine
Mystificateur Pestilentiel
Mystificateur Pestilentiel
avatar

Masculin Date d'inscription : 08/09/2011
Messages : 267
Royaume : La tour
Titre : Le Maitre du donjon
Age : 26

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Lun 5 Déc - 14:52

Alors que le peuple était en rébellion, Barradrine en avait profité pour entrer dans la tour de magie. Un ancien allié l'avait aidé à entrer à contacter les mages qui y résidaient encore. Malheureusement, l'édifice avait dépéri, délaissé par le cardinal et par le régime du triumvir en plus d'être oublié par l'ancien maître de la tour Zurak. Il était revenu un court instant pour apporter avec lui ses ingéniomancien, ses livres et toutes inventions reliés à cette magie qu'il avait fondée.


En d'autres temps, la situation aurait été plus délicate, mais l'oubli des dirigeants de la cité sur leur existence facilitait sa tâche. Le triumvir avait utilisé ses propres mages, le cardinal utilisait les prêtres et mages d'Arbros et les Baquiens n'aimaient pas les sorciers ou les mages. Ils n'avaient pas véritablement eu le choix, car s'ils ne faisaient rien ils pourraient complètement disparaître, remplacer par des hommes d'Église ou par des concepts étranges apportés par des Baquiens!!!

Alors que le nouvel archimage s'installait, on vint lui porter une lettre écrite de la main du jeune Eregain l'invitant à se rendre au palais. Il fallait donc croire que certains n'avaient pas complètement oublié le Cras et y avait encore quelques informateurs. C’était là un problème minime, mais auquel il remédierait dès qu'il serait de retour. Il ramassa ses nouveaux habits « d'archimage », ajoutant quelques babioles et symboles qu'il trouvait de son goût, y accrocha son livre personnel qui était presque aussi vieux que lui et sortit de sa tour.

Heureusement, le chemin entre le palais était court, les deux bâtisses étant assez proches. Il traversa le mur d'enceinte du palais s'arrêtant pour montrer sa lettre avant de poursuivre quelques fois en marchant et d'autres fois en lévitant. C'était là une habitude de sa part, marcher ne faisait plus partie de ses habitudes et il devait y penser pour le faire. Quand Barrradrine arriva devant la porte garder il prit son papier violemment et le fit disparaître pour que celui-ci s'affiche devant les yeux d'Eregain avec quelques mots écrits en bas....

Je suis là

C'est alors qu'il voulut entrer, mais 2 gardes l'interceptèrent en lui demandant d'attendre et de leur donner son « arme ». Ne voulant pas s'en séparer il vint frapper les précieux bijoux des deux mâles de son arme tout en écrasant le pied d'un troisième arrivant à la rescousse. Puis il commença un long discours sur l'impolitesse de demande à un mage de se séparer de son bâton magique lui servant de canne tout en insultant un grand sage et leur ainé.
















Revenir en haut Aller en bas
http://empires.forumactif.com
Le Cardinal Blanc
Écuyer
Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/11/2011
Messages : 71
Royaume : Empire Arshee d'Ical
Titre : Dictateur de Soléandre

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Lun 5 Déc - 16:23

La porte de la Salle du Conseil s'ouvrit et la blanche personne du Cardinal apparut dans l'embrasure de la porte. Droit et sévère, le vieillard ne semblait guère amusé par tant de pitreries, et son humeur déjà fort entamée par l'arrogance impériale s'assombrissait de seconde en seconde. D'un regard rapide, il jaugea le nouvel archimage, avant de se permettre un sourire entendu.

-Seigneur Barradrine. Que nous vaut cette esclandre? Une malheureuse histoire de bâton? Allons, allons. Ces gens ne font que leur devoir, et il n'est pas plus insultant de demander à un mage de se départir de son bâton que de faire la même demande à un chevalier à propos de son épée. C'est seulement beaucoup plus inutile.

Lui même mage puissant -quoi qu'il n'en ait presque jamais fait la démonstration-, le Cardinal connaissait les limites de ces interdictions plus symboliques qu'efficaces. Il savait aussi pertinemment ne pas avoir à craindre les pouvoirs de la liche. Mais il était arbrosien, et il tenait les usages en haute estime. Et il était inscrit dans les usages que de telles rencontres se faisaient sans armes, si tel était le bon vouloir des hôtes.

-Je vous prierais néanmoins de ne point entrer dans cette pièce avec ce bâton, dussiez-vous le faire disparaître par quelque tour de passe-passe de votre secret. Vous remarquerez que je n'ai point le mien, et qu'il m'est certainement plus utile qu'à vous. J'arrive néanmoins à marcher sans tomber, et je suis certain que vous serez apte à faire de même, d'autant plus que la distance qui vous sépare de votre siège est courte et sans obstacle. Et puis, entendons-nous: si nous nous révélons menaçants, ce n'est pas un mur de pierre qui vous empêchera de le récupérer...

Sur ce, il s'effaça, invitant de la main l'étrange être à entrer.
Revenir en haut Aller en bas
Barradrine
Mystificateur Pestilentiel
Mystificateur Pestilentiel
avatar

Masculin Date d'inscription : 08/09/2011
Messages : 267
Royaume : La tour
Titre : Le Maitre du donjon
Age : 26

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Lun 5 Déc - 17:48

Seigneur Barradrine??? On ne l'avait plus appelé seigneur depuis longtemps et à juste titre, il n'avait plus de terre ni de richesses. Seuls la connaissance, le pouvoir et l'immortalité de son existence étaient siens et seul ceci comptait. D'ailleurs ce vieux elfe connaissait son nom, mais lui ne connaissait peut-être pas le sien, était-ce bien là Le Cardinal? Une chose était certaine, cet homme était sorcier, ceci se voyait pour tout oeil aguerri et nul ne l'était plus que le sien pour voir ces choses.

-Bien très bien, je vois que certains ici ne sont pas ignares comme ces soldats sur certaines choses. Il est toujours agréable de croiser un compère dans un tel endroit, je ne croyais croiser que des nobles et un tout jeune enfant dans la salle. Par contre, sachez que marcher m'est plus difficile que de léviter et que quand je marche avoir un bâton comme appui est plus qu'agréable. Vous douterez aussi que de leur laisser un tel objet pourrait causer quelques petits ennuies, assurez vous que vous hommes ne joues pas avec.

Il n'avait pas les manières d'un noble, mais il était au moins d'une plus agréable compagnie que le dernier rustre à avoir franchi cette porte et lui avec une excuse valable. Il n'avait pas mis les pieds dans son monde depuis fort longtemps et son retour n'était que trop ressent pour qu'il se souvînt de toutes les bienséances possibles.

Il déposa alors son bâton le long du mur, s’éleva de quelques centimètres du sol et entra dans la pièce. Il se retourna vers le vieux tout en reculant la chaise d'un mouvement de doigt pour s'y installer.

-Je suppose que vous êtes le si droit et habile politicien qui avait quitté cette cité, pour mieux y revenir il me semble bien. Le Cardinal à la robe blanche, vous et le si jeune Eregain...les deux noms dans les bouches des citoyens de la cité. Par espoir, jalousie, haine ou peur?


Derrière sa cagoule dissimulant son masque qui cachait un visage affreux et horrible se dessinait un sourire. L'Archimage regarda alors l'autre individu, un jeune homme qui avait la vie pour bâtir de grandes choses. C'était là étrange de croiser un si jeune homme au pouvoir ou si près. Son éducation sans réelle expérience le garderait il à sa place si un flagrant désaccord survenait entre lui et le vieillard qu'il venait de croiser? Barradrine n'en savait absolument rien.

-Bien le bonjour jeune hôte, que me vos l'honneur de devoir me présenter devant le nouveau...dirigeant?
Revenir en haut Aller en bas
http://empires.forumactif.com
Eregain
Gentilhomme
Gentilhomme
avatar

Masculin Date d'inscription : 05/11/2011
Messages : 42
Royaume : Soléandre
Titre : Duc de Soléandre

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Mar 6 Déc - 8:52

- Si marcher vous est difficile, prenez donc un siège, lança négligemment Eregain. Nous en avons trop.

L'adolescent scrutait les traits de la Liche, se demandant si son choix était bon. Tout était question d'équilibre... Barradrine était, d'après les informations que possédait Eregain, un mage au pouvoir très nettement supérieur à ceux qu'il avait connu. Enfin, il n'était pas Zurak, et vivre dans la tour du Mage Fou serai un remède infaillible au désir de puissance irraisonné. Oui, l'exemple du prétendu prêtre de Meselsius découragerai pour longtemps les mages avides d'un pouvoir trop grand, trop vite.

Barradrine allait donc assimiler les connaissances présentes dans la Tour, mais pour réussir cette tâche sans risquer sa santé mentale, il lui faudra plusieurs siècles. Qu'arrivera-t-il alors ? Il partira ? Il se désintéressera du pouvoir magique pour convoiter le pouvoir politique ? Soléandre aurai toujours les dieux avec elle, et le Panthéon peut venir à bout de n'importe qui, mais à que coût ? L'homme qu'il venait d'inviter sera-t-il, un jour, en mesure de raser la cité ?

Le jeune duc mit de coté ces interrogations et parvint à donner un ton tout à fait détendu à sa voix lorsqu'il prononça :

- J'espérais discuter avec vous du loyer de votre nouvel appartement. Et puis faire connaissance, puisqu'il semble que nos fenêtres soient désormais face à face...

Plus sérieusement, il continua :

- Laisser la Tour de Zurak inoccupée est une erreur que je ne commettrai pas. J'ai besoin de quelqu'un pour tenir les restes du Cras, ainsi que les quelques apprentis sorciers de cette ville. Ces mages n'accepteront pas le joug des prêtres, ils accepteront difficilement celui d'un non-mage. Il me reste donc à les voir partir, à composer avec l'un d'entre eux, où à trouver un mage extérieur, qu'ils respecteront et craindront. Ce mage se verra également confier plusieurs missions d'espionnage et de renseignement, et il aura pour tâche d'extirper de cette ville les reliquats de la magie chaotique de Zurak Draken Borg. Les protections magiques de la ville seront désormais entre les mains des temples et de son Emminence.

Posant ses deux coudes sur la table, Eregain posa le menton sur ses mains jointes :

- En échange de ces travaux, et de garanties que vos expériences ne feront pas exploser cette ville, je vous offre le libre accès à la Tour pendant toute la durée de mon règne, et celle de mes descendants. Le siège que je viens de vous offrir restera votre, servira à défendre les intérêts de votre confrérie, et vous permettra de partager avec nous celles de vos découvertes que vous jugerez intéressante de nous confier.

Cela vous convient-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Le Cardinal Blanc
Écuyer
Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/11/2011
Messages : 71
Royaume : Empire Arshee d'Ical
Titre : Dictateur de Soléandre

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Mar 6 Déc - 14:59

Le Cardinal n'avait guère d'affection pour le CRAS et tout ce qu'il représentait. Les simples mages, sans allégeance divine, totalement libres, lui semblaient plus dangereux qu'utiles. Néanmoins, ils étaient inévitables, et mieux valait les utiliser à bon escient que les avoir contre soi. Mais le CRAS...

À vrai dire, Archeror d'Ical avait entretenu avec le dernier Archimage de la Sainte Cité une relation des plus orageuses. Son premier fait d'arme, en réalité, avait été d'abattre Zurak Draken Borg après une terrible lutte où l'idéologie rigoriste et puriste du Cardinal s'était opposée à la folie et la dangereuse insouciance de Draken Borg -qui était, aussi, entre autres, Grand Prêtre de Meselsius, recruté par Natugrove à une époque où la folie n'avait pas encore fait chaviré son esprit.

L'Archimage était à l'époque un homme fort, comme l'avait été Siegfried, et une telle chose n'avait pas de quoi séduire le Cardinal. Il y avait eu conflit, discours, sermons, affrontements, et le Cardinal avait mis toute la puissance de Culte d'Arbros dans la lutte, réclamant haut et fort la démission du mage blasphémateur de son poste de Grand-Prêtre. Et, au cours d'un procès magistral, il avait anéanti à la fois la Conseillère aux Cultes, Chênelys Feuillobée et Draken Borg. La première, forcée à la démission par son incompétence et son manque de contrôle; le deuxième, poussé à la retraite par l'attitude odieuse et méprisable du pouvoir Soléandrin; le dernier, ruiné par les accusations et renié par les siens -et ce, malgré le fait que la sentence, à l'issue du procès, ait été plus que mitigée. Un coup de maître.

Et, depuis, plus d'Archimage au CRAS. Mais maintenant, la situation avait changé, et il s'agissait de s'adapter...Le Cardinal se contenta de hocher la tête à la fin du discours d'Eregain, signifiant par là son accord.
Revenir en haut Aller en bas
Barradrine
Mystificateur Pestilentiel
Mystificateur Pestilentiel
avatar

Masculin Date d'inscription : 08/09/2011
Messages : 267
Royaume : La tour
Titre : Le Maitre du donjon
Age : 26

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Jeu 8 Déc - 5:22

-Cela vous convient-il ?

Le mort restait muait, il avait écouté distraitement Eregain à partir du moment où il avait dit le nom de Zurak. Qu'avait'il fait, quel objet avait il oublié d'apporter avec lui, il semblait avoir accomplie de multiples choses, mais tout avait disparu avec lui et presque aucune trace de ce qu'il avait fait n’était resté dans la tour. Mélangé mécaniques et magie l'ingéniomancie... il n'aurait au final sûrement pas aimé. Il préférait l'alchimie et mélangé l'organique avec la magie.

D'ailleurs pourquoi avait-il un nid d’araignée géante dans les donjons...cela l'empêchait d'aménager les souterrains pour ces larbins, ils avaient besoin d'espaces, de labyrinthe et de noirceurs. Ils aimaient creuser, forger et voler tout ce qui brillait. Il devait les aménager dans les donjons, ces couards sèmeraient trop le désordre s'ils restaient ailleurs dans la tour et puis cela lui permettrait de découvrir les défenses magiques mises dans le donjon... Il avait tant de choses à faire, trop même pour quelqu'un qui n'avait besoin d'aucun repos. Un long silence suivit, pour tous l'archimage semblait penser à l'offre, en vérité il prévoyait ce qu'il devait faire dans les prochains jours.

Après un petit moment de silence où il semblait réfléchir à l'offre d'Eregain, Barradrine prit connaissance que tous attendait qu'il parle

-Un budget, une utilité, une valeur, une réputation, non pour moi, mais pour les mages du Cras. Pouvez-vous leur donner ceci? Leur réputation a été mise à dure épreuve suite à la déchéance de Zurak, déchéance apportée par le Cardinal. Durant la dernière guerre, ce ne fut même pas eux qui menèrent les défenses magiques et vous prévoyez le leur enlever. Les gens les ont oubliés et pour certains ce n'est pas acceptable. D'autres se sentent inutiles, et la plupart ne souhaitent qu'expérimenter et apprendre, mais pour cela il faut de l'argent et certains se heurtent à un manque de budget.


Quant à vous missions d'Espionnages, sachez qu'il existe des hommes de métier pour ceci et que je ne ferai que ce qu'il serait hors de porté de ceux-ci, puis s'il meurt vous n'aurez qu'à me voir je m'occuperai de ces petits ennuies.


Barradrine avait posé ces conditions, personnellement il ne demandait rien, car il n'avait besoin de rien, tout ce dont il avait besoin était dans la tour, mais les autres y habitant avait des requêtes, leur accordé ces requêtes lui permettraient de ne pas être dérangé chaque heure...
Revenir en haut Aller en bas
http://empires.forumactif.com
Eregain
Gentilhomme
Gentilhomme
avatar

Masculin Date d'inscription : 05/11/2011
Messages : 42
Royaume : Soléandre
Titre : Duc de Soléandre

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Jeu 15 Déc - 18:39

L'adolescent hocha la tête aux points évoqués un part un. Avec satisfaction, puisqu'il avait obtenu ce qu'il attendait de la liche.

- Le budget, je l'accorderai, en fonction de leurs réalisations. Cela ira de la simple rémunération à l'acquisition d'objets précieux ou anciens. La réputation, je ne la ferai pas à leur place. Qu'ils se rendent utiles, la notoriété suivra.

Après un instant de réflexion, Eregain ajouta :

- Mais si cela peut vous aider à tenir vos nouveaux subordonnés tranquilles, je tâcherai de vous trouver quelques mages de renom pour vous assister. Mieux vos des expériences d'origine variées lorsqu'on touche aux réalisation de Zurak.

Le ton n'était pas celui d'un proposition. Eregain savait ce qu'il pouvait gagner d'une collaboration avec la liche, mais, ne sachant réellement rien de cet être, il tenait à lui adjoindre des "collaborateurs", dont certains seront probablement issus de ses propres marqués ou des prêtres de Soléandre. C'était de bonne guerre, dans la mesure où certains mages disposaient toujours d'appuis dans le quartier des temples et la noblesse.

Eregain cherchait à créer un système d'imbrication du pouvoir tel qu'aucun des protagoniste ne puisse nuire à ses comparses sans se tirer une flèche dans le pied. Pour bien expliciter ce point, il précisa :

- Les mages qui étudieront sous l'égide de la Tour pourront également travailler dans mes services de renseignement. Ces deux fonctions ne sont pas exclusives. Votre tâche sera de vous assurer qu'ils aient la formation et le matériel suffisant à leurs besoin.

Sous entendu : donnez moi des mages indispensables à mon système de renseignement, et vous aurez la certitude que je ne pourrai pas vous trahir sans que vous le sachiez. Je ferai pareil avec mes "mages de renom".
Revenir en haut Aller en bas
Le Cardinal Blanc
Écuyer
Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/11/2011
Messages : 71
Royaume : Empire Arshee d'Ical
Titre : Dictateur de Soléandre

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Ven 16 Déc - 18:59

Le Cardinal se permit alors d'intervenir. Il était confortablement installé dans son siège, et une caressait lentement sa barbe d'un blanc immaculé. Il n'avait rien contre la liche, mais les mages sans allégeance créaient toujours chez lui un sentiment de danger fuyant, et il convenait dès le départ de mettre les choses au clair.

-Seigneur Barradrine, vous me permettrez, je n'en doute pas, de vous présenter à mon tour une demande. L'on ne me considère pas comme un ami du CRAS, et certaines tensions opposent prêtres et mages, et il me semble que nous devrions dès maintenant mettre fin à ces tensions, ou à tout le moins empêcher qu'elles ne dégénèrent. Il y a deux choses que je ne tolère pas, et que je ne peux tolérer: l'hérésie... et l'athéisme.

Il eut un sourire contrit, comme s'il plaignait sincèrement ces âmes égarées.

-Or, je ne suis pas sans savoir qu'il y a chez les mages nombre d'adeptes de ces doctrines, principalement de la seconde. Dans un esprit de bonne entente, et de bonne gouvernance, je ne compte pas user de quelque moyen de conversion inquisitorial que ce soit. Mais il va de soi que, dans une Cité Sainte, gouvernée sagement selon les volontés du Panthéon, l'on ne peut permettre aux hérésies et aux pensées athées de se propager et de se diffuser -cela me forcerait à agir, car mettant en danger l'Ordre. Que vos mages croient ce qu'ils veulent, je devrai m'en contenter. Mais, hors de la Tour, je crois qu'il sera nécessaire qu'ils oublient leurs convictions pour rejoindre la masse des croyants fidèles... Bref, qu'ils ne soutiennent pas leurs thèses sur la place publique... N'est-ce pas là chose raisonnable?

Et, en effet, ce l'était. Ceux qui avaient mis cet Ordre si cher au Cardinal en danger l'avaient payer par le passé... Et le religieux, qui n'aimait guère les solutions flamboyantes lorsqu'elles n'avaient pas un but précis, préférait cette fois jouer cartes sur table...
Revenir en haut Aller en bas
Barradrine
Mystificateur Pestilentiel
Mystificateur Pestilentiel
avatar

Masculin Date d'inscription : 08/09/2011
Messages : 267
Royaume : La tour
Titre : Le Maitre du donjon
Age : 26

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Sam 17 Déc - 2:45

Le mort avait écouter, mais son esprit était à des lieux de là ailleurs...la magie de ce monde avait changé, durant une fraction de seconde une fluctuation...une intrusion, dans les tréfonds de la plus vieille forêt du monde.

Ceci avait créé un grand moment d'inattention, s'il avait bien entendu ce qu'Eregain avait dit il n'en était pas de même pour les paroles du cardinal. Bien sûr quelques mots lui revenaient, hérésie, athéisme, Ordre Panthéon, mages. Un truc religieux...boarf cela ne pouvait vraiment être intéressant pour lui, il ne s'intéressait pas à la religion comme les mortels la voyaient....

Barradrine avait donc ce qu'il voulait le contrôle de la tour de magie, assistant ou non pour le guetter. Puis, il avait été question seulement d'expérience magique ne faisant pas sauter la ville, mais de toute façon la politique ne l'intéressait pas et n'était que perte de temps obligatoire pour être tranquille. N’ah, Eregain pouvait surveiller ces gestes, tant que celui-ci ne met pas son nez dans ses grimoires magiques. C'était là quelque chose de précieux, surtout ceux qui était l'oeuvre personnelle de celui-ci, les 10 premiers n'étaient que carnet de notes qu'il avait écrits durant sa vie...les 5 autres étaient sur des découvertes et sorts personnels.

Brisant le silence le mort-vivant fit apparaitre une plume et empoigna son grimoire accroché à sa robe, puis celle-ci s'éleva et commença à écrire seule. Ne sachant toujours pas se qu'avait dit le cardinal la demi-liche lui répondit alors négligemment

-Bien cher Cardinal en terme de religions, je ne peux point vous contre dire il en sera ainsi fait selon vos désirs. Quant à vous Eregain...j'ai l'intime sentiment que vous et votre génération tenez un long contrat avec moi. La liche tendit alors le grimoire et la plume à Eregain calmement.

-Je n'ai nulle confiance à un vivant encore moins à toute une génération, vous changez si vite d'avis et vous êtes si attirés par vos désirs et vous êtes si imprévisibles avec vos sentiments...veuillez écrire votre partie.
Les derniers mots avait une sonorité très clair, ce n'était là ni une requête ni une demande, l'homme devait signé et il n'avait là nul place à discussion.

Lorsque le jeune mortel se pencha sur le livre il put y distinguer quelques phrases écrient par Barradrine:

Moi, Barradrine-Altaniar descendant de Drizm-Althaniar, m'engage par le présente à ne pas détruire la ville, de sièger au conseil de celui-ci et de m'assurer que les yeux et les oreilles de Soléandre voit et entende jusqu'aux confins de se monde tant et aussi longtemps que je serai l'archimage de la tour et qu'Eregain et sa descendance soit au pouvoir.

En bas de ses lignes y était inscrite une phrase en rouge. Le grimoire en est témoin

C'était là un livre de pacte, celui de sa propre famille qu'il avait gardé, celui qui avait permis de mettre en chaine la puissante famille Astarothien du Cartal. Ce qui était écrit ici serait tout simplement inchangeable, immuable sur le papier et si l'un venait à briser le contrat ou tricher alors les conséquences seraient terribles


-Ne craignez rien, c'est une simple formalité, toute entente pacte ou autres que j'effectue avec des êtres, morts ou non mort est transcrit sur ce grimoire. C'est une sorte d'assurance, tant pour moi que pour vous.
Revenir en haut Aller en bas
http://empires.forumactif.com
Eregain
Gentilhomme
Gentilhomme
avatar

Masculin Date d'inscription : 05/11/2011
Messages : 42
Royaume : Soléandre
Titre : Duc de Soléandre

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Sam 17 Déc - 9:04

Le jeune homme hocha la tête. L'engagement de la liche était écrit dans un style qui, pour n'être pas le plus curant parmi les jurisconsultes, avait le mérite d'être direct.

Il saisi donc la plume, et rédigea :

Moi, Eregain, fils de Al Jekneh Qunhae et la Commanderie Marchande de Baq i Kawten par édit du Sénat, premier héritier de Dalïn MarcheFer pour la royauté titulaire d'Eregion, et duc de Soléandre la Sainte, m'engage en mon nom et en celui de mes héritiers légaux à assurer à Barradrine-Altaniar descendant de Drizm-Althaniar la tranquillité dans ses recherches et dans son occupation de la Tour de Magie de Soléandre, aussi longtemps qu'il respectera ses engagements ci-dessus énoncés, et qu'il ne représentera aucun trouble pour l'ordre public et moral de Soléandre.

Ces derniers mots devaient assurer, en principe, l'accord du Cardinal à ce contrat. Si les mages de Soléandre faisaient du prosélytisme, la sanction était déjà prévue. Pour Eregain, la chose était assurée : il avait un soutien sûr de ce coté. Plus sûr que Zurak, en tout cas.

Restait à s'occuper du Gortork... Et cela n'allait pas être la partie la plus simple.
Revenir en haut Aller en bas
Le Cardinal Blanc
Écuyer
Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/11/2011
Messages : 71
Royaume : Empire Arshee d'Ical
Titre : Dictateur de Soléandre

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Dim 18 Déc - 3:04

Le Cardinal, dont les yeux rapaces n'avaient manqué aucun des mouvements de la plume, hocha la tête après qu'Eregain eut terminé de rédiger son engagement. Il y avait bien entendu quelques détails incommodants dans la titulature -une mise à jour s'imposait, car il était inconcevable que le Duc de Soléandre ne fasse pas explicitement mention du Panthéon lorsqu'il posait un geste officiel-, mais la formulation lui plaisaient, et l'alliance entre le Duc et le nouvel Archimage lui semblait juste et utile. Et, surtout, nullement menaçante. Les Temples conservaient le contrôle sur les défenses magiques de la Cité, ce qui était beaucoup. Mais surtout, le travail de l'Archimage était d'une nature totalement différente de celle du religieux, et ne pouvait mettre en danger d'aucune façon ce que l'Obad d'Ical considérait comme son plus grand pouvoir: l'ascendant sur les masses. Bref, une entente parfaite, où les trois parties gagnaient sans rien perdre.

-Voilà donc une entente scellée, avec la bénédiction d'Arbros et du Panthéon. Soléandre, déjà, se relève. De nouveau, un archimage occupe la Tour. Un digne occupant pour une bien lourde tâche...

Sur ces mots, il inclina la tête en signe de respect et de reconnaissance, puis tendit sa main baguée, en attente du baiser rituel...
Revenir en haut Aller en bas
Gorboth
Gorbynator des bacs à sable
Gorbynator des bacs à sable
avatar

Masculin Date d'inscription : 13/09/2011
Messages : 175
Royaume : Empire Noir du Gortork
Titre : Sombre Empereur

MessageSujet: Re: Fin de Régime   Dim 18 Déc - 20:36

Pendant ce temps

Arrivé dans ses appartements, Ardenan avait congédié les deux marqués tandis que sa suite investissait les lieux. Le diplomate avait pris place face au Secrétaire Impérial Bahatroth. Son confortable fauteuil, tapissé de pourpre et parsemé de clous d’or, contrastait avec l’austère chaise d’ébène de l’infernal. Deux coupes furent immédiatement disposées sur le guéridon séparant les deux personnages, l’une d’un grand cru de vin des coteaux jouxtant Elernir-la-Blanche, capitale de l’Union des Principautés, l’autre d’une cuvée exceptionnelle de sang elfique fermenté provenant tout droit de Shkartzgor, au cœur de la Sombre Plaine.

Le fonctionnaire étendit alors son long bras décharné pour se saisir du récipient et porter à ses lèvres le breuvage affectionné par l’ensemble de l’aristocratie infernale de l’Empire. Un léger sourire de satisfaction au visage, il s’adressa alors à Ardenan.

- Quartz a « Soldtzandr Durz » ?
- Kitirgh… Eartz zorforgh nanorkh… Korsh peretzerth mirst nazgrante nze. Reshtzorth sherter. Etzerbothtork aertzh petzerth !
- Narshtor “ Kardzal”…
- Arsh napaltzen Kardzal aertzh nuurl ! Nizeh deseterh arsh Rzulmeartz spradze… reshter… Nartzan arsh tamil spradze !
- Zur. Na tsaerhils naglashar… Ist vitsorth, Ist zarts…

A ces mots, le plénipotentiaire manqua de s’étouffer avec son vin. Visiblement surpris et décontenancé il reprit :

- Ist ? Latzgrante Etzerboth Estzerbotharz ? Ar Soldtzandr ?
- Urt. Letzvantorh Manshaka itzen spradze. Bartzan azarts.


La surprise passée, un sourire carnassier se forma sur le visage de l’ambassadeur. Une nouvelle ère se levait sur Soléandre et sur le Monde Sans Nom, et il ne faisait nul doute que, quoi qu’en pense le nouveau gouvernement soléandrin, la gloire de la Sainte Cité était désormais totalement révolue, reléguée au rang d’un simple mythe dont l’éclat ne resplendissait plus que sur les pages de quelques parchemins de bibliothèque... Cette nouvelle aube apportait avec elle maintes opportunités que le Gortork allait s’empresser de saisir, pour la plus grande gloire d’Astaroth et de l’Empereur des Empereurs.

_________________

Gorboth, Gor Etzerboth Astaroth Gratia
Gorboth, Empereur des Ténèbres par la grâce d'Astaroth
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fin de Régime   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fin de Régime
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Régime alcalin
» régime
» Régime des quatre jours
» Agriculture: La banane en baisse de régime
» SCLEROSE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Cité de Soléandre :: Le palais-
Sauter vers: