AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Arbros, les Alcarins et les Grandes-Forêts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Natugrove
Composteur compulsif
Composteur compulsif
avatar

Masculin Date d'inscription : 13/09/2011
Messages : 122
Royaume : Archiduché des Grandes Forêts
Titre : Archiduc et Grand-Maître du Culte d'Arbros

MessageSujet: Arbros, les Alcarins et les Grandes-Forêts   Jeu 29 Déc - 19:51

-Je vais mourir, Feror.

La voix n'avait pas changé, le ton était resté le même. Il y a à peine quelques secondes, le vieillard qui faisait face à Feror, emmitouflé dans d'imposantes robes vertes et enfoncé dans un sévère fauteuil de bois, égrenait les noms des nouveaux abbés à nommer -à élever, disait-il. Et, maintenant, ça. Je vais mourir. Ça n'aurait pas dû être une surprise. En vérité, ce n'était rien d'autre que la rencontre d'une échéance sans cesse repoussée, comme par miracle. L'homme qui avait prononcé ces paroles aurait dû être mort depuis longtemps. Et, à bien des égards, il l'était déjà. Ses jambes pendaient molles, sans vie, sous lui, et les multiples vêtements qui les recouvraient suffisait à peine à atténuer l'odeur de putréfaction qui s'en dégageait. Le haut du corps ne valait guère mieux. L'un des bras se mouvait difficilement et était plus souvent qu'autrement un poids mort. La main qui le terminait, d'ailleurs, toute noire, ne comportait plus que trois doigts, crochus et tordus. Même le visage était horrible, ravagé. Seuls les yeux brillaient, sans être obstrués d'aucune excroissance d'aucune sorte. Un corps mort.

Mais ce corps appartenait à Irnegal, Grand-Maître du Culte d'Abros, et sa mort ne pouvait que saisir. Même ses proches. Même son neveu, celui qui était destiné à lui succéder, Feror Alcarin, deuxième né de l'Archiduc, Premier légat du Culte.

-Mourir?

Une réponse bête, infiniment bête. Irnegal, d'ailleurs, de sa voix cassée, chuintante, le fit clairement ressentir à son auteur.

-Oui, mourir. Mes forces m'abandonnent, vous le savez bien. Celaa fait plus de deux millénaires que je ne marche plus, près de cinq cents ans que je vis cloîtré dans ce palais. J'ai appris à connaître suffisamment le mal qui me ronge pour savoir à quoi m'en tenir. Il ne me reste plus guère de temps. Il nous faut parler.

Feror ne répliqua pas. Le moment était étrange, la déclaration impromptue, mais le regard du Grand-Maître était habité par cet éclat glacial qui était le sien lorsqu'il s'apprêtait à faire part de ses volontés et de ses commandements. On ne discutait pas avec Irnegal Alcarin.

-Le petit doit avoir la Grand-Maîtrise, après vous. Cela est vital. Nous avons besoin de lui. Il doit devenir Grand-Maître -et ce quoiqu'il arrive. Même s'il a la couronne.

Feror frémit. Il savait, bien entendu, qui était ce « petit » dans son oncle parlait. Natugrove, le deuxième né de Kelnokor, lui-même l'héritier du trône. C'était à Natugrove qu'échoirait la Grand-Maîtrise, après lui. Mais cela restait étrange déclaration, et c'était aussi trahison. Les lois interdisaient une telle chose.

-La couronne? Mais pourquoi donc Natugrove ceindrait-il la couronne d'Émeraude? C'est à Kelkorian qu'elle doit revenir...

Irnegal balaya l'objection d'un faible mouvement de son bras valide. Faible, mais définitif.

-Les gens meurent, Feror, même les Princes. Le royaume est fort car moi et mon frère le tenons d'une main de fer. La Noire Araignée et le Chêne Couronné. Cela ne durera pas éternellement. Vous me succéderez, soit, et je vous sais homme capable. Mais votre poigne ne sera jamais aussi forte que la mienne. Nous le savons tous les deux. Vous avez le coeur trop aisément touché, l'esprit trop porté sur la justice. Mais vous tiendrez, cela, je n'en doute pas. À défaut d'être brillant, vous serez solide. Et Arbros fasse que votre vie soit assez longue!

Une quinte de toux, et une pause. Feror, sonné, demeura silencieux.

-Mais mon frère... Certes, son règne peut être encore long -et plus le il sera, mieux nous nous porterons. Mais lorsqu'il mourra, Kelnokor prendra le trône. Et vous savez comme moi que votre frère est un incapable. Les ennemis grouillent aux frontières. Certes, depuis des âges, jamais l'Archiduché n'a été plus étendu, plus grand, plus riche, plus puissant. Mais cela finira. Après l'expansion, le repli. Et avec votre frère sur le trône, je crains fort que ce repli se transforme en déroute.

Feror savait tout cela. Il n'aimait guère son frère, et craignait le temps qui passe, comme tout le monde. Le temps est dur, pour les royaumes.

-Mais Kelkorian est intelligent et capable, lui. Il saura rattraper les erreurs de son père.

Irnegal sourit, glaçant.

-Nous n'aurons pas besoin, alors, d'un souverain capable, mais d'un grand souverain. Et puis, Feror, vous connaissez votre frère, et son goût pour la chose militaire. Les usages les plus courageux sont souvent les plus stupides, et les coutumes que votre frère défend sont dangereuses. Sans votre père, cela ferait bien longtemps qu'il serait mort sur un quelconque champs de bataille. Le souverain qui mène le charge, soit? Mais toujours? Et avec son fils aîné comme porte-étendard? Folie que cela! Folie! Ce sont de telles erreurs qui ont mis fin à la première dynastie! Votre frère est un fou, Feror. J'aurais dû le faire tuer. Avec ou sans l'accord de votre père.

Mais, si Irnegal avait déjà suggéré la chose, l'accord lui avait été refusé. On ne tuait pas un prince de sang. Et, si froid que soit le coeur de la Noire Araignée, elle n'était pas dénuée d'humanité.

-Non. Kelkorian ne survivra pas au règne de son père. Et alors, il sera de votre devoir de faire de Natugrove l'Archiduc des Grandes-Forêts. La loi s'accordera si le Culte le veut. Ce n'est pas l'Archiduc, le premier pouvoir de ce royaume... Rappelez vous-en, Feror.

Et sur ces mots, le Grand-Maître leva une main, congédiant son neveu et successeur.

Feror laissa seul, dans la grande et sombre pièce, le vieillard rongé par le mal. Irnegal ne mourut point cette année là, ni même la suivante. Cloîtré dans son temple-palais, ne sortant à l'air libre que pour gagner le balcon d'où, annuellement, il célébrait le solstice d'hiver, la Noire Araignée poursuivit férocement son oeuvre, renforçant le Culte et l'étendant au-delà des frontières, balayant sans état d'âme toute opposition. Des années entières s'écoulèrent en Concile, où le puissant prélat dictait ses instructions aux plus grands intellectuels du temps, redéfinissant et perfectionnant le dogme, le rendant inattaquable. Et, toujours, alors que le corps dépérissait, l'esprit brûlait avec force et vigueur. Ce n'est qu'un siècle après l'avoir pressenti qu'Irnegal Alcarin s'éteignit, le jour du solstice d'été, alors qu'hérétiques, athées et arméliens brûlaient dans une dernière grande flambée de bûchers dans tous les royaumes arbrosiens du Monde sans Nom. Lorsque Feror prit ses fonctions, les lourdes tentures qui assombrissaient le Grand-Temple de Fordras furent enlevées, et la lumière du soleil prit la place de celle des feux.

Mais, même morte, la Noire Araignée continua de hanter les Grandes Forêts. Kelkorian mourut aux côtés de son père, d'une flèche dans l'oeil, bien plus tard, et, par la grâce de Feror, Natugrove Alcarin reçut la couronne d'Émeraude.



_________________

Grand maître du culte d'Arbros
Haut Recteur du Collège de Soléandre
Grand archiviste et conservateur de la Bibliothèque
Revenir en haut Aller en bas
Natugrove
Composteur compulsif
Composteur compulsif
avatar

Masculin Date d'inscription : 13/09/2011
Messages : 122
Royaume : Archiduché des Grandes Forêts
Titre : Archiduc et Grand-Maître du Culte d'Arbros

MessageSujet: Re: Arbros, les Alcarins et les Grandes-Forêts   Mer 4 Juil - 1:33

Une main décharnée fit son apparition, frêle entre les amples manches vertes. D'un geste économe, Irnegal Alcarin se saisit de la carafe, et remplit sa coupe au quart. Il reposa ensuite la carafe, glissa ses doigts autour de sa coupe, et la porta à ses lèvres. Lorsqu'il la reposa, le niveau avait à peine baissé, et des ombres noires flottaient dans le vin. Les yeux du Grand-Maître du Culte d'Arbros se fixèrent alors dans ceux de la personne qui lui faisait face. Qui éclata alors de rire.

-Vous ne m'offrez pas à boire, Irnegal?

La voix était féminine, cristalline. Séductrice. Les yeux du Grand-Maître scintillèrent de colère.

-Votre Majesté est amplement apte à se servir elle-même.

En face, Alieena Alcarin, Archiduchesse des Grandes-Forêts, esquissa une moue moqueuse.

-Voilà qui est fort peu galant.

Un rictus méprisant se dessina alors sur le visage d'Irnegal, venant concurrencer de belle façon la moue de sa vis-à-vis.

-Je ne gagne rien à être galant, Votre Majesté.

L'Archiduchesse ne broncha pas. Elle connaissait trop bien le frère de son époux pour s'offusquer de son comportement. Irnegal Alcarin ne s'était jamais embarrassé d'égards, avec personne. La Noire Araignée tissait sa toile patiemment, sans broncher, et malheur à celui ou celle qui venait s'y prendre.

-Pourquoi donc être venu, dans ce cas? Me voir moi? J'aurais imaginé que vous recherchiez ma présence pour une raison particulière...

Irnegal sourit. Glacial.

-En effet.

Il ne prononça pas un seul mot de plus. Alieena se permit un petit rire, avant de se servir elle-même une coupe de vin. Elle en avala une longue lampée. L'Archiduchesse, malgré son air souverain, était mal à l'aise -férocement mal à l'aise. Irnegal avait toujours cet effet, sur elle.

-Mais encore?

Le sourire du Grand-Maître s'évanouit.

-Je ne vous aime guère, Votre Majesté. Mais je vous tolère. Je tolère vos minauderies, vos battements de cils, votre impudeur. Je tolère vos murmures, vos manipulations, vos sourires lascifs qui font, encore et encore, tourner la tête de l'Archiduc. Je tolère tout cela car vous êtes femme, et femme d'Archiduc. Il y a une chose, cependant, que je ne puis tolérer.

Alieena haussa ses fins sourcils, interrogative.

-Quoi donc, Irnegal?

Le Grand-Maître ne répondit pas tout de suite, marquant un long silence qui permit à son interlocutrice de vider sa coupe et de se resservir.

-Je ne puis tolérer que vous affaiblissiez notre sève. Nous sommes Alcarin, et notre devoir est de servir le Dieu et ses Enfants. Nous nous devons d'être irréprochables. Grands, uniques géants parmi une mer de petits être méprisables. Vous êtes femme d'Archiduc, mais votre sève est faible et corrompue. Méprisable, elle aussi. Votre fils est un idiot. Même Sa Majesté le voit, et même sa Majesté le plaint. Or, en aucun cas on ne doit pouvoir plaindre un Alcarin, autrement que pour la charge immense qui lui incombe. Vous avez commis une erreur. Bien malgré vous, je l'admet, mais cette erreur est impardonnable. Elle ne saurait se répéter.

L'Archiduchesse, tout-à-coup, ne s'amusait plus. Sa voix était cassante.

-Et vous voudriez donc que je cède le pas? Que je disparaisse? Vordegran ne me chassera jamais de la Cour. Ni de son lit.

Irnegla siffla, venimeux.

-Cela serait malséant, Votre Majesté. Il est des solutions plus élégantes. Une pousse viciée, cela se peut. Il n'y en aura pas d'autres, je le répète.

Alieena se leva, folle de rage.

-Il y en aura d'autres. L'on ne remplace pas une Archiduchesse. Vos menaces sont vaines: vous ne pouvez m'atteindre, Araignée.

De nouveau, Irnegal Alcarin esquissa un sourire.

-Je crains que si, Votre Majesté. Je crains que si.

Alieena, soudainement, se sentit horriblement fragile. Irnegal, lentement, porta la main vers sa coupe de vin, la leva, la porta à ses lèvres et la vida d'un trait. Ses deux yeux étaient, encore une fois, froids et sévères, fixés dans ceux de l'Archiduchesse. Qui, écarquillés, exprimaient la terreur la plus pure.

Alors même que la souveraine des Grandes-Forêts restait là, craintive et vaincue, Irnegal Alcarin se leva. Sans un regard derrière lui, il quitta les appartements de la reine.

La Noire Araginée n'esquissa aucun sourire et ne versa aucune larme, le lendemain matin, lorsque l'on vint lui annoncer la mort d'Alieena Alcarin, femme de Vordegran et Archiduchesse des Grandes-Forêts.





_________________

Grand maître du culte d'Arbros
Haut Recteur du Collège de Soléandre
Grand archiviste et conservateur de la Bibliothèque
Revenir en haut Aller en bas
 
Arbros, les Alcarins et les Grandes-Forêts
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Grandes Citations
» Les grandes villes du monde ..
» [Bande] Gobelins des forêts
» [HRP] Description de la forêt
» Une petite leçon dans la forêt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le monde sans nom :: Les terres de l'Ouest :: L'Archiduché des Grandes Forêts-
Sauter vers: