AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Etat des lieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dack Saris
Ombre de lui même
Ombre de lui même
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/09/2011
Messages : 228
Royaume : Hombrume
Titre : Sar'

MessageSujet: Etat des lieux   Mar 7 Fév - 12:20

Depuis la fin du Triumvirat, qui fut de courte durée, les hardiens reprirent leurs travaux. Ils avaient cessé d'aider la population soléandrine directement pour continuer à écouler leur récolte. Ils étaient de toute évidence à ce moment les seuls producteurs, à la fois proche pour les denrées périssable, et possédant une suffisamment grande superficie pour produire de quoi nourrir la cité géante.

Mais depuis lors ils reprirent leurs activités de reconstruction de la cité gravement touché par les précédentes guerres. D’abord en ressemant des récoltes, viabilisant les terres, aménageant les infrastructures nécessaires telles que de nouveaux aqueducs. Ils avaient repris leur tâche arrivant par centaine, s’installant temporairement, faisant leur travaille puis repartant. Ils ne demandaient rien, mais Hadakis savait que les répercussions d’une telle générosité seront payant à terme. De plus les hardiens considérés comme des fermiers, l’étaient bien, mais étaient aussi des artisans habiles, et efficaces. Chose que peu de peuples peuvent se vanter. De plus seul le système théocratique hardien pouvait ainsi mobiliser une telle population dans un mouvement de cette ampleur.
En effet, ces groupes d’hommes était fermiers, artisans, mais aussi des soldats, ou des prêtres. Chose dont les faubourgs manquaient cruellement lors de la fin du Triumvirat. Non pas que durant cette période le nombre de soldat diminua, bien au contraire, mais pour autant les citoyens n’étaient pas plus en sécurité à cause des divers mouvements, pour ou contre le Triumvirat et la propagande.
Ils servirent avec les nouvelles autorités de Soléandre pour tenter d’apporter la paix à ce quartier souvent délaissé et en première ligne, sans jamais prendre leur place. Mais toujours dans l’idée que le culte de Hardani doit apporter calme et réconfort.
Ainsi commença le début du retour des Hardiens dans Soléandre.

Par la suite, ce furent les ports et les marchés qui furent investi de marchandises, non pour prendre le devant de la scène au niveau commerciale, le fond de commerce de Hadakis restant les denrées, mais bien pour proposer des produits typique de Hadakis, à faible coût, mais toujours de grande qualité. De la poterie, verrerie, nourriture et boissons étaient importé depuis le pays frontalier pour de faibles sommes.

Depuis la mort du Prince, le commerce Hardien avait décliné, le Maréchal successeur n’ayant que peu d’intérêt pour ces choses là avait laissé ce domaine partir à vaux l’eau, et sans les Xill, maintenant disparu, Hardakis n’avait plus d’interface de commerce. Cependant, la crise passé, le Conseil Commun pris la relève et renforça le commerce, pour sortir un peu Hadakis de son isolationnisme et propager la parole de Hardani à travers le monde. Bien plus loin que ses voisins directs.

_________________
Dans la Trame d'Ombre, faites attention à ce que vous souhaitez, vous risqueriez de l'obtenir.
Revenir en haut Aller en bas
Dack Saris
Ombre de lui même
Ombre de lui même
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/09/2011
Messages : 228
Royaume : Hombrume
Titre : Sar'

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Mer 8 Fév - 9:28

La garnison hardienne temporaire était aujourd'hui ouverte à tous. A l'intérieur de la palissade, une petite chapelle, des baraquements, une petite zone d'entrainement et surtout des outils nécessaire pour les constructions.

Les allées et venues étaient fréquentes entre le bois voisin et la garnison. Autant des hardiens que les habitants des faubourgs. En effet, ils étaient là pour aider la population, et en Hadakis la pauvreté et les mendiants n’existent pas. Ils développèrent donc le même système dans les faubourgs que chez eux, moins violente toute de même. Au lieu d’un enrôlement de force, ceux qui n’avait aucun emploi ni activité étaient conviés à être formé à un métier. Des charpentiers, bucherons, forgerons, et bien d’autres était ainsi formé par les miliciens de Hadakis. Cette formation pratique était automatiquement associé à leur religion, car pour eux, le travaille du corps devait être fait en parallèle à un travaille de l’esprit.
Ce travail de l'esprit était des enseignements moraux lié au travail physique. Cet enseignement, dispensé dans la chapelle avec les repas, permettait de combattre l'ignorance, la mendicité, et la paresse. Naturellement toujours lié à la religion, mais ce n'était pas le sujet. La tâche de longue haleine dans laquelle s'était lancé les prêtre devait permettre d'inculquer quelques valeurs à cette population souvent délaissé. Tous n'apprendraient pas, tous ne changeraient pas, peut être faudrai-t-il plusieurs génération. Mais les hardiens étaient patients et transmettaient gracieusement ce qu'ils pouvaient à la population. Car l'échange et l'élévation spirituel par la moral et le travail étaient source de bonheur pour eux.

La petite chapelle était donc rapidement bondée, de gens ne cherchant parfois que le repas offert par les géants bleu. Mais le résultat sur une bonne part de la population des faubourgs n’était pas négligeable tout de même. Rapidement les soléandrins des faubourgs prêtèrent main forte aux hardiens et pourront par la suite développer leur quartier sans aide extérieur.

De temps en temps, des hommes voulaient apprendre le maniement des armes, choses refusé par les Hardiens. En effet ils étaient là pour permettre aux faubourgs de reprendre leur essor, pas pour former des soldats. Pour cela il leur faudrait s’adresser à la garde, ou rejoindre Hadakis.
Hadakis qui protégeait une route directe entre elle et Soléandre. Des chariots de ravitaillement, d’outils, d’hardiens allaient et venaient. De temps en temps des soléandrins partaient tenter leur chance dans les champs de la nation limitrophe.

_________________
Dans la Trame d'Ombre, faites attention à ce que vous souhaitez, vous risqueriez de l'obtenir.
Revenir en haut Aller en bas
Dack Saris
Ombre de lui même
Ombre de lui même
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/09/2011
Messages : 228
Royaume : Hombrume
Titre : Sar'

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Jeu 9 Fév - 16:45

Les jours, les semaines s’écoulaient. Les discussions dans le Palais se poursuivaient. Hadakis n’ignorait en rien ce qui se déroulait dans la Cité, rien non plus des rencontres entre le jeune humain et le vieil elfe. Mais tout cela leur convenait. Les personnes au pouvoir ne se cachaient pas, et voulaient le bien être de la cité même si leurs points de vue divergeaient.

Hadakis, et principalement le Conseil Commun, portait son regard vers la population qui demandait de l’aide à Soléandre, ainsi que sur les nations extérieurs. Depuis quelques temps des missionnaires faisaient des échangent avec les Grandes Forêts, pour que là bas Hadakis ne soit plus une inconnue. Mais bientôt ce serai vers Baq i Kawten que se porteraient leurs efforts.

Cependant, les miliciens occupés dans les faubourgs et les champs voisins avaient suffisamment à faire avant de penser au reste du monde. Des gens avaient besoin de manger, et pour cela ils devaient travailler. En ce sens de plus en plus de monde, porté par l’émulation et la volonté de ne pas être un reclus ou un paria, rejoignaient les travailleurs, que ce soit dans les champs ou sur les constructions. Parallèlement de nouvelles garnisons étaient envoyées pour canaliser et guider ce flot de personnes.

Alors que les travaux suivaient leur cours, qu’une éducation était donné à la fois pour des métiers et la morale, certaines personnes restaient à l’écart. Les gens simple n’étaient pas féroces, ils le devenaient par ignorance ou par peur. Ainsi la sagesse des prêtres et moines détachés aux travaux dans les faubourgs donnait ce dont ils avaient le plus besoin, d’une parole rassurante et une promesse d’un avenir par le travaille que leur donnait les hardiens sans aucune contrepartie. Mais il y avait forcément des conflits, c’était obligatoire, le contraire aurait été étonnant. Le plus souvent de simple bagarre, des insultes.
Cependant un jour eu lieu une altercation plus grave dans les alentours de la garnison, un homme venait de se faire tuer par un de ces gens faisant parti de la lie de la société qui pervertissait les faubourgs. Rapidement la garde, secondée par les moines de Hadakis retrouvèrent le malfaiteur. Ce dernier mourut en se défendant. Mais cet incident eut quelques remous, certains, ceux qui refusaient obstinément de rejoindre le mouvement, dénoncèrent l’activité hardienne. Cependant ces quelques personnes avaient rapidement perdu leur public. En effet les témoins savaient que les miliciens n’y étaient pour rien, au contraire.

D’autres incidents, toujours commis par les brigands des faubourgs eurent lieu par la suite, mais rapidement la violence décrut aussi vite que chacun eut trouvé une occupation plus profitable et honorable. De plus les miliciens, soldats confirmés, patrouillaient souvent avec la garde pour que le calme reste, et que des liens se nouent entre ceux qui cherchent qu’à protéger la population.

Un lien fort commença à se créer pour le plus grand profit des faubourgs.

_________________
Dans la Trame d'Ombre, faites attention à ce que vous souhaitez, vous risqueriez de l'obtenir.
Revenir en haut Aller en bas
Dack Saris
Ombre de lui même
Ombre de lui même
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/09/2011
Messages : 228
Royaume : Hombrume
Titre : Sar'

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Mer 15 Fév - 17:41

Un lien fort promi à perdurer.

Les mois passèrent et les travaux de construction ou agricole arrivaient à la fin. L’action sociale de Hadakis dans les faubourgs permis non seulement de reconstruire totalement ce quartier dévasté, de rendre une certaine autonomie agricole à Soléandre, mais aussi à éduquer la population par le travail et la morale enseignés de pair.

Globalement on pouvait désormais affirmer que les faubourgs avaient retrouvé leur dynamisme passé, voir plus encore. Désormais les faubourgs étaient un lieu tranquille et non pas le refuge des exclus et un repaire de brigands. Dire que la criminalité, comme n’importe où, était nulle serai une erreur, mais les résultats étaient là. On ne se cachait pas longtemps des prêtres de Hardani, et c’était sut. Les garnisons de miliciens était là de façon temporaire, mais on ne formait pas des artisans compétents en quelques mois, de plus le moment était propice à l’ouverture de petites chapelles.
Les hardiens, rares en dehors de leurs nations, étaient pleinement acceptés dans Soléandre à présent. Surtout par leur aide dans les faubourgs. Ainsi pour continuer dans leur lancé, des chapelles avec un clergé mixte furent érigées un peu partout. Parallèlement pour parachever les formations, des artisans Hardiens s’installèrent en Soléandre avec leur famille, remplaçant les garnisons. Enfin, dans les champs, des fermes fortifiées hardienne furent construite en accord avec les autorités.

Hadakis ne voulaient pas donner l‘impression d’envahir les faubourgs, et limita donc les déménagements au possible. Seulement une dizaine d’artisans, et à peine plus d’une vingtaine de fermes fortifiées. Mais les hardiens étaient peu enclins au déplacement, surtout quand ceux-ci possèdent déjà ce dont ils ont besoins. L’effet ne fut donc pas d’une très grande ampleur comparé à la population normale de la cité, comprenant déjà de nombreuses ethnies, mais il fut néanmoins significatif dans le déroulement de la vie des faubourgs.



_________________
Dans la Trame d'Ombre, faites attention à ce que vous souhaitez, vous risqueriez de l'obtenir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Etat des lieux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Etat des lieux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hôpital de l'Universite d'Etat d'Haiti : état des lieux
» Tourisme: les joyaux de Fort-Liberte
» Haiti-Ress. naturelles:M. Pierre veut que le gvt fasse un etat des lieux
» Etat des lieux des centres carceraux au pays
» DEBAT - Etat des lieux du jeu après EoD et le cycle de Hoth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors les Murs :: Les faubourgs-
Sauter vers: