AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Crissillyë, capitale du royaume de Fïndennyä

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Qunhae
Gentilhomme
Gentilhomme


Masculin Date d'inscription : 05/11/2011
Messages : 40
Royaume : Baq i Kawten
Titre : Commandeur

MessageSujet: Crissillyë, capitale du royaume de Fïndennyä   Lun 19 Mar - 13:18

Les profondes forêts du nord du monde sans nom développaient chez leurs habitants une aversion farouche pour l'étranger. Il était pourtant des peuples parmi lesquels ce sentiment isolationniste était des plus difficiles à trouver. Le royaume de Fïndennya appartenait à cette catégorie. Sa situation, au carrefour de grande régions d'influences, mais cependant isolé et protégé par de vastes bois et collines, lui avait permis de prospérer loin des grands troubles de ce monde, et ce depuis de nombreuses ères. Comme beaucoup de royaumes d'une certaine envergure, celui-ci abritait en son sein de nombreuses races. Ses origines s'enracinaient dans un peuple d'elfes sylvains, chassés jadis des terres du sud ouest, qui s'étaient vus recueillis par les peuplades humaines du lieu.

Les deux races s'étaient mêlées, héros humains de l'ancien temps et elfes à la vie séculaire, pour former une lignée de sages souverains. Au temps de la sixième ère du monde vinrent de nobles seigneurs de Soléandre, chassés de leur ville. Immortels et grands magiciens, ils mirent leur connaissances et leurs pouvoirs au service de Findennyä, et le peuple connu une ère de prospérité sans précédent. Le légendaire roi Huvien Ier, qui n'avait que des filles, donna alors l'aînée de celles-ci en mariage au puissant Galtaniel, leur chef, et durant mille ans, il fut le roi sur le trône de cristal qu'il avait lui-même sculpté.

Puis vinrent les guerres du Chaos, et Galtaniel tomba au combat. Son fils lui succéda, qui subit le même sort. De siècles en siècles, de générations en générations, les trois races se mêlèrent, perdant en longévité, mais gagnant en résistance et en génie. Le royaume, lui, prospérait, et, au temps de chute d'Angelot à Soléandre, les rois de Crissillyë régnaient sur un territoire qu'on ne pouvait traverser en deux semaines de cheval au galop. Nombres de seigneurs de noms anciens leur faisaient allégeance, mais eux ne prêtaient serment à personne. Les moulins et les forges résonnaient, les bibliothèques regorgeaient d'ouvrages. Personne, ici, n'avait prêté attention aux agitateurs qui demandaient à fermer le nord aux marchands, et, de fait, tout le monde s'en était fort bien tiré. Les prix des produits rares n'avaient pas subit la même explosion que chez leurs voisins, et le royaume avait accueillit nombre d'artisans fuyant les directives absurdes du Conglomerat. Parce qu'ils étaient une des nations nordiques qui n'avaient pas rejoint le mouvement prétendument sécessionniste, les fïndennyans avait pu accueillir, également, un grand nombre des comptoirs de Baq i Kawten, ce qui augmentait d'autant la richesse du royaume. Et le roi Huvien VIII avait une fille, sa troisième enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Qunhae
Gentilhomme
Gentilhomme


Masculin Date d'inscription : 05/11/2011
Messages : 40
Royaume : Baq i Kawten
Titre : Commandeur

MessageSujet: Re: Crissillyë, capitale du royaume de Fïndennyä   Lun 26 Mar - 13:38

- Je constate que vous avez rempli vos engagements, commandeur. Comme toujours.

Le roi et le vieux Gnome étaient seuls dans le cabinet de travail rempli d'objets curieux et étranges où se décidaient les affaires de Crissillyë. Le demi-elfe était assis sur un large fauteuil garni de velours, et dominait de toute sa taille le minuscule Baqien qui avait pris place sur un genre de tabouret pliant, à sa taille, qu'il emmenait souvent avec lui.

Qunhae sourit, et cette mimique approfondit toutes les rides de son visage au point de lui donner l'apparence d'un âge véritablement vénérable.


- Ce fut un plaisir de vous satisfaire, votre majesté, mais vous exagérez grandement mes mérites. Le Comptoir n'est pas encore terminé, même si nous pouvons d'ors et déjà l'ouvrir. Certains enseignants ne sont pas encore arrivés, et il reste une foule de détails à régler. Toutefois, vous avez ma parole que ces tracas seront bientôt achevés, et je prend sur moi de compenser chaque jour de retard sur mes propres fonds.

Le roi montra qu'il était plus que satisfait de cet engagement, en dépit de ce que cela lui coûtait. Il avait secrètement espéré que les choses ne se passent pas si bien, pas si vite. Car ce que le Commandeur Qunhae exigeait de lui en échange de cette "compensation" était le paiement du prix convenu quelques mois plus tôt. Le vieux Gnome était ici pour emporter sa fille, sa Véronia, vers la lointaine Soléandre où elle irait épouser le nouveau maître de la Sainte Cité, Lord Thomas Eregain.

Par l'étroite fenêtre de la pièce, Huvien pouvait apercevoir, au loin, ce qu'il y gagnait. Un Comptoir de Baq i Kawten, et de bonne taille, contenant entrepôts, manufactures, centres de négoces où l'on trouvait les denrées les plus précieuses, laboratoires, écoles où ses sujets pourraient se former auprès d'excellent maîtres, et, peut-être, gagner le droit de poursuivre leur éducation dans les plus grands collèges de ce monde. Les Gnomes commençaient la réfection des routes reliant le Comptoir à l'immense réseau que constituait Baq i Kawten, qui acheminerait vers eux les produits exotiques du sud. Pour toutes ses richesses, Crissilyë serai bientôt l'un des quelques derniers points de passage vers le nord depuis l'avènement du Conglomérat Sécessionistes. Fruits et épices, étoffes précieuses, artéfacts et métaux rares allaient transiter par cet immense complexe en construction. Les marchands des deux camps auraient alors recours aux auberges, aux maquignons et aux forgerons du royaume, sans parler des guides et des interprètes qui seraient bientôt légions. Le roi n'était pas naïf au point de ne pas comprendre que cette situation idyllique durerai à jamais. Bientôt, les royaumes du nord reviendraient à la raison, et cette manne commerciale qui lui était offerte diminuerai d'autant plus qu'ils seraient nombreux à la partager. Mais il aurai le temps d'y penser à ce moment. Pour l'instant, il ne pouvait que se réjouir de ce que l'offre de Qunhae allait apporter de grandeur à ses terres.


- Je vous fait confiance, maître Qunhae. Quand songez-vous partir ?

- Juste après les célébrations du printemps. Je ne doute pas qu'elles apporteront chance et bonheur sur l'union à venir.

- Si tôt...

Les célébrations auraient lieu dans à peine quatre jours. Mais Huvien ne pouvait guère marchander plus de temps. Pour dire vrai, il était en quelque sorte reconnaissant que le commandeur laisse à sa fille quelques jours pour faire ses adieux.

- C'est nécessaire, majesté. Le mariage aura lieu dans quelques mois seulement, et votre fille aura bien besoin de ce temps pour se faire à sa nouvelle vie.

- Je suppose que vous avez raison, comme toujours. Et je crains qu'attendre ne rende pas les choses plus faciles, mais... Avez-vous des enfants, commandeur ?

Une ombre passa sur le visage du Gnome. Sa voix était toujours terriblement froide lorsqu'il murmura :

- J'ai eu un fils, majesté, et je l'ai perdu de façon plus irrémédiable que vous ne sauriez l'imaginer.

Puis, après un instant, il ajouta :

- Mais mes sentiments n'interféreront pas dans cette affaire, n'ayez aucune crainte. Je suis ici pour protéger les intérêts du Duc Eregain, et donc suis tout dévoué à rendre aussi doux que possible le sort de sa future moitié.
Revenir en haut Aller en bas
Qunhae
Gentilhomme
Gentilhomme


Masculin Date d'inscription : 05/11/2011
Messages : 40
Royaume : Baq i Kawten
Titre : Commandeur

MessageSujet: Re: Crissillyë, capitale du royaume de Fïndennyä   Jeu 29 Mar - 19:34

Veronia pouffa de rire en voyant deux oiseaux aux plumages colorés de l'été se disputer un ver de terre. Il est vrai que le spectacle, autant que les cris ridicules des deux volatiles, était cocasse, et l'austère Qunhae lui-même consentit un maigre sourire en tribut à l'hilarité qui avait soudain saisi le convoi. Mais derrière la plissure des lèvres du Gnome se cachaient d'autres réflexions. La princesse était gaie, et répandait autour d'elle une atmosphère de joie à laquelle lui-même ne pouvait pas être indifférent. C'était là chose commune chez les jeunes filles ayant connu l'amour et la sécurité en abondance. Était-ce cette enfance heureuse et protégée ? Était-ce le sang des ses ancêtres elfes à la l'enfance si longue ? Veronnia, bien qu’âgée de presque vingt printemps, n'en paraissait qu'à peine dix sept, et Qunhae se demandait secrètement comment Tom - Son Altesse le Duc Eregain de Soléandre - corrigea-t-il, considérerai ce petit bout de femme qu'il lui amenait. Ils étaient plus dissemblables que le Soleil et la Lune. Elle, de haute naissance, lui, un bâtard aux origines douteuses. Elle, aimée à la folie par ses parents, ses frères et tout son entourage, lui, abandonné par sa mère, utilisé au gré des ambitions des Soeurs d'Armélia et des Gnomes de Baq i Kawten, et cultivant sa solitude comme une armure. Elle, insouciante et joyeuse, lui, cynique et profondément désabusé. Le Commandeur n'aurai pas imaginé de couple plus mal assortit que ces deux là.

Les quelques conversations qu'il avait eu avec la jeune princesse lui avait laissé l'impression d'une grande intelligence. Immature, certes, mais pleine de possibilités. Elle avait reçut toute l'éducation nécessaire à une future reine, et l'avait montré à plusieurs reprises au cours du voyage. Elle avait su désamorcer un conflit entre les conducteurs des chariots et un paysan des environs qui leur reprochait d’endommager ses champs avant même que le Commandeur n'eut besoin d'intervenir. Elle avait ordonné quelques haltes dans des sanctuaires locaux et laissé des offrandes, plus belles que réellement coûteuses, mais le geste avait assis sa réputation de "bonne dame", et les gens, désormais, ôtaient leurs chapeaux sur son passage. Lors des discussions autour du feu, dans la soirée, elle avait favorablement impressionné le Commandeur par son érudition et le regard qu'elle posait sur les choses, et le Gnome n'avait pu s'empêcher de faire la comparaison avec Eregain, qui ne s'était toujours intéressé qu'aux savoirs techniques dont il pourrai retirer un avantage quelconque, et dont les vues s'étaient calquées sur celles de son mentor, et encore, comprises selon l'angle qui arrangeait le mieux le jeune homme.

Qunhae s'étonna lui-même de la réflexion qu'il venait de se faire. Il organisait, après tout, un mariage princier, pas une scène de théâtre romantique. L'aspect esthétique de ce mariage ne comptait que dans la mesure où il servirai les ambitions d'Eregain. Le Soleil et la Lune, avait-il pensé. Oui, l'image convenait. Et elle plairait sans nul doute au peuple de Soléandre.
Revenir en haut Aller en bas
Le Cardinal Blanc
Écuyer
Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/11/2011
Messages : 71
Royaume : Empire Arshee d'Ical
Titre : Dictateur de Soléandre

MessageSujet: Re: Crissillyë, capitale du royaume de Fïndennyä   Mar 3 Avr - 1:47

Longue était la route vers Findennya, depuis Soléandre, mais elle fut parcourue avec célérité par ceux que le Cardinal avaient envoyé. Certes, ils n'atteignirent pas vraiment le Royaume -là n'était pas leur mission. Ils devaient rejoindre la princesse, sans attendre et sans délais. Et, fiers soldats d'Arbros, c'est ce qu'ils firent, avant que la lune n'ait accompli un cycle. Postes, relais et petits seigneurs répondirent avec empressement aux demandes des Chevaliers de la Sainte-Rose et, hauts dans les cieux, les oiseaux du dieu ne tardèrent pas à localiser le convoi qui faisait route vers le Sud. Ils guidèrent les chevaliers, jusqu'à ce que ceux qui descendaient du Nord se heurtent à ceux qui montaient du Sud.

Ils étaient sept, superbement montés malgré la longueur de leur chevauchée, et brandissant bien haut leurs bannières, sans se cacher, maintenant qu'ils avaient atteint leur but. La Rose Rouge, sur fond vert, côtoyait le blanc fanion d'Archeror d'Ical. Tous portaient la cape verte frappée de la rose rouge. Tous, sauf le premier et le plus jeune d'entre eux qui, par-dessus sa tunique d'un vert pur, laissait flotter une blanche cape, brodée d'une rose écarlate. C'est lui qui, lorsque le convoi se fut approché puis immobilisé, comme en attente, leva bien haut la main, en un salut de circonstance. Les Chevaliers étaient hauts perchés sur une colline que la route attaquait de front, et les gens de Findennya s'étaient arrêtés avant d'en entamer la montée, inquiets.

Le Capitaine de la troupe, suivi par les deux portes-étendards, éperonna son cheval et descendit la colline, se portant à la rencontre de la princesse et du gnome -la présence du vieux Commandeur n'avait pas échappé aux yeux perçants des oiseaux, qui avaient porté l'information aux gens d'Arbros.

Étant homme prudent et galant, soucieux des usages comme tout arbrosien, le jeune capitaine s'immobilisa au bas de la pente, à portée de flèches du convoi. Là, levant de nouveau la main, il prit la parole, et sa voix claire résonna dans l'air.

-J'apporte le salut et la bénédiction d'Archeror, Obad d'Ical, Cardinal Blanc du Culte d'Arbros et Patriarche de Soléandre! Par ma bouche, il rend hommage au royaume de Findennya et à sa noble héritière, la Princesse Veronnia, et la prie de bien vouloir accepter que ses couleurs se joignent aux siennes dans sa longue équipée vers la Sainte-Cité!

Il se tut, laissant planer le silence un instant, avant de ramener sa main droite sur son coeur. Les portes-étendards ne firent aucun mouvement, et la brise agita les grands arbres qui, de chaque côté de la route, montaient la garde...
Revenir en haut Aller en bas
Morgan
Dauphin
Dauphin
avatar

Masculin Date d'inscription : 21/09/2011
Messages : 466

MessageSujet: Re: Crissillyë, capitale du royaume de Fïndennyä   Jeu 5 Avr - 10:33

Ce fut un trait vif et net, perforant un des étendards qui accueillit la déclaration de l'officier. Un deuxième mais celui-ci agressant le coeur d'un des suivants du capitaine arbrosien, débuta l'attaque.

Des cris sauvages soutenus par des aboiements enragés parvinrent des sous-bois comme de l'arrière de la route en direction de Soléandre. Une meute agressive d'orcs montés sur des ouargues, chevauchait à bride abattue, leurs cris destinés à faire naître la peur chez leurs victimes.
Une cinquantaine d'individus environ composaient les troupes d'assaut. Une partie d'entre eux émergèrent des sous-bois assistés par quelques gobelins archers positionnés dans les arbres.

Ils se rapprochaient terriblement vite et ceux des sous-bois se heurtèrent aux défenseurs du convoi elfique. A coup d'épées et de pluie de flèches, parfois des javelots, l'attaque prenait une ampleur violente.

Une embuscade sans nul doute. Le groupe d'arbrosien allait bientôt en faire les frais, puisque le reste des ouargues se jeta sur eux, les flèches les agressant également.

Le convoi lui semblait plus difficile à percer pourtant.Mais cela ne fit que redoubler la fureur des orcs, faisant claquer leurs étendards dans le vent plus férocement affichant sans complexe, le signe du Conglomérat Sécessioniste...
Revenir en haut Aller en bas
Qunhae
Gentilhomme
Gentilhomme


Masculin Date d'inscription : 05/11/2011
Messages : 40
Royaume : Baq i Kawten
Titre : Commandeur

MessageSujet: Re: Crissillyë, capitale du royaume de Fïndennyä   Jeu 12 Avr - 12:03

Le convoi fut totalement surpris. Le Conglomérat était plutôt calme, ces derniers temps, et on le disait plutôt sur le déclin. Les routes étaient globalement sûres dans le nord, ces dernières années, et le Commandeur n'avait pas demandé plus de protection que nécéssaire.

Les mercenaires de Baq i Kawten firent un mouvement de repli sur la princesse et le Commandeur, les protégeant de leur corps des projectiles ou d'une percée subite. Le groupe se précipita sous l'abri des arbres afin d'échapper aux flèches.

Pendant ce temps, le commandant des gardes pris immédiatement l'initiative la plus à même de contrer l'attaque : charger les orcs. Les montures de guerre ne pouvaient rivaliser avec les Ouargues dans les bois. En revanche, tant qu'ils restaient sur la route, les cavaliers avaient l'avantage de la vitesse et de la puissance.

Sur leur arrière, les quatre Protecteurs-Elementaires du Commandeur Qunhae commençaient à incanter. Les branches des arbres baissèrent, achevant de couper le champ de vision des archers gobelins, tandis que la terre sous leur pieds devenait meuble, immobilisant les fantassins, ralentissant les Ouargues. Les mercenaires baqiens sortirent alors leurs arbalètes et se mirent en position de tir.


Revenir en haut Aller en bas
Morgan
Dauphin
Dauphin
avatar

Masculin Date d'inscription : 21/09/2011
Messages : 466

MessageSujet: Re: Crissillyë, capitale du royaume de Fïndennyä   Lun 16 Avr - 7:33

Le projectile vînt faucher à grande vitesse la corde dissimulée dans la mousse et le piège s'ouvrit, avalant deux mercenaires du gnome.

Les gobelins descendant des arbres au nombre de dix hurlèrent de joie et agressèrent le groupe d'une pluie de flèches tandis que quelques-uns continuèrent de déclencher les pièges qu'ils avaient conçu dans la forêt en lisière de la route. Les fugitifs du convois tombèrent dedans bien qu'à long terme ils n'étaient pas ceux ciblés.

Les gobelins et les deux derniers orcs disponibles encerclèrent le groupe, quatre archers pointant déjà le coeur de leur victime potentielle. Puis s'avançant tranquillement sur les feuilles et la mousse, un ouargue avec un shaman orc assis sur lui, se posa face au groupe. Dans un basic quelque peu étranglé mais restant compréhensible il s'adressa à la suite du gnome.

-La dame, mes seigneurs, doit venir avec nous...

Ses arguments de choc ne perdirent pas leur poids quand les cordes des arcs furent tendues plus durement et les fantassins tirant leurs épées d'un air peu diplomate...
Revenir en haut Aller en bas
Le Cardinal Blanc
Écuyer
Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/11/2011
Messages : 71
Royaume : Empire Arshee d'Ical
Titre : Dictateur de Soléandre

MessageSujet: Re: Crissillyë, capitale du royaume de Fïndennyä   Lun 16 Avr - 23:34

Quatre archers. Quatre flèches. Quatre tirs parfaitement ajustés. Quatre autres archers s'effondrant sur le sol. Les assaillants, semble-t-il, avaient oublié les chevaliers de la Sainte-Rose...

Bien sûr, l'un des leurs était tombé, dès les premiers échanges, percé de traits. Le Capitaine, cependant, et celui des portes-étendards survivant avaient rapidement fait faire demi-tour à leurs montures, après un instant de flottement, regagnant le haut de la colline. Ils y parvinrent avant les ouargues. Les cinq autres membres du groupe les attendaient, derrière la croupe du petit mont, hors de vue des assaillants. Arcs bandés, ils accueillirent les poursuivants par leurs traits meurtriers, visant les loups avec grande précision. Ils décochèrent deux volées, avant de tirer leur sabre pour faire face aux orcs et aux ouarges. Le jeune commandant et son compagnon, entre-temps, avaient de nouveau fait volte-face, et affrontaient les rares ennemis survivants. Tout fut terminé avec une exemplaire rapidité. Rainier Di Capiocco savait choisir ses hommes.

Avant même la fin de la mêlée, quatre chevaliers avaient, sur un signe du capitaine, dirigé leurs pas, rapidement et silencieusement -c'étaient des elfes, et leurs montures étaient elfiques- vers l'autre versant de la colline, celui où gnomes et gobelins étaient aux prises. Plus maîtres de la forêt que les sauvages créatures, prenant garde à leurs pièges grossiers, les quatre chevaliers arrivèrent juste à temps. De quatre traits, ils renversèrent la situation, avant de redisparaître sous le feuillage.

De nouveau, il y eut un moment de flottement, cette fois chez les assaillants. Puis, entre deux arbres, derrière le shaman orc, apparut le jeune capitaine, sabre ensanglanté à la main, mais cape immaculée.

Ignorant le chef des sbires du Conglomérat, le Capitaine s'adressa directement à la jeune princesse.

-Ma Dame souhaite-t-elle des prisonniers?

La question, quoique gentiment formulée, n'était guère généreuse: fallait-il laisser vivre ces créatures abjectes, tel était le propos. Et déjà, les arbres frémissaient, leurs racines remuaient le sol... Mauvaise idée, triste destin, que d'attaquer des gens d'Arbros en zone boisée...
Revenir en haut Aller en bas
Qunhae
Gentilhomme
Gentilhomme


Masculin Date d'inscription : 05/11/2011
Messages : 40
Royaume : Baq i Kawten
Titre : Commandeur

MessageSujet: Re: Crissillyë, capitale du royaume de Fïndennyä   Lun 23 Avr - 11:52

- Je vous en remercie, mais j'ai déjà tout ce qu'il me faut.

Les mercenaires n'avaient pas non plus été choisit au tirage au sort. Les Elémentaires de Qunhae avaient eu tôt fait de trancher les cordes des pièges, et la plupart des hommes du Gnome avaient pu faire face à la seconde vague d'assaut. Deux gobelins, l'un assommé et l'autre aux jambes profondément entaillées, avaient été épargnés.

Le commandant des gardes de la princesse ordonna à ses hommes de mettre pied à terre. Deux des élémentaires de Qunhae les suivirent dans les bois, tandis qu'ils s'assuraient que tous les assaillants avaient été neutralisés et les pièges désamorcés.

Mais le Commandeur ne leur prêta pas d'attention. Il s'avança à la rencontre des arbrosiens.


- Vous tombez fort bien, messieurs. Quelle magnifique coïncidence de vous voir ici.
Revenir en haut Aller en bas
Le Cardinal Blanc
Écuyer
Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/11/2011
Messages : 71
Royaume : Empire Arshee d'Ical
Titre : Dictateur de Soléandre

MessageSujet: Re: Crissillyë, capitale du royaume de Fïndennyä   Jeu 26 Avr - 1:05

Le jeune capitaine arbrosien s'inclina devant le gnome, profondément, avant de se redresser. Il affichait l'expression la plus sérieuse du monde et, après avoir remis son sabre à l'un de ses hommes pour qu'il soit nettoyé, laissa son regard parcourir les lieux du combat. Ce n'est que lorsqu'il fut certain que tout était correctement mené qu'il répondit à celui qui avait longtemps été -et qui était encore, aux yeux de beaucoup, dont le Cardinal- le chef du parti baquien en Soléandre.

-Une magnifique coïncidence? Oh, nullement, Monseigneur. Nous avons quitté la Sainte Cité sur ordre de son Éminence l'Obad d'Ical, et notre objectif était précisément de rejoindre votre cortège, afin de joindre nos couleurs aux vôtres et de faire route commune vers Soléandre. Mais, certes, le moment de notre rencontre se révèle être plus qu'opportun, bien que fort sombre. L'un de mes hommes gît sans vie au pied de cette colline, et un autre a été blessé par une odieuse lame orque.

L'elfe sylvain marqua un silence. En vérité, il aurait donné cher pour que les chevaliers de la Sainte-Rose soient arrivés plus tard. Il détestait perdre des hommes, et Rainier avait été clair: la jeune femme qu'ils devaient escorter constituait un dangereux problème. D'un autre côté, l'embuscade avait été une occasion inespérée de faire montre de courage, ce qui ne pouvait que servir...

Le jeune homme se permit un sourire, et s'inclina de nouveau, plus brièvement.

-Néanmoins, je manque aux convenances. Vous ne me connaissez point, et en ces temps troublés, se présenter n'est pas une vaine action. Je suis Lancelian Alvonë, Capitaine de l'Ordre de la Sainte-Rose, et envoyé spécial de son Éminence le Cardinal Blanc. D'ailleurs, son Éminence, sachant la princesse en votre garde, a tenu à ce que je vous transmette, Monseigneur, son souvenir le plus chaleureux. Il vous transmet aussi ses compliments. Votre fils se révèle être un homme remarquable.

Connaissant les relations entre le gnome et Eregain, était-ce là une pique ou un compliment sincère, le Capitaine n'aurait su le dire. D'ailleurs, la question s'envola vite de son esprit lorsqu'il aperçut, descendant la colline, celui de ses hommes resté derrière apparaître avec les montures inutilisées.

-Je ne sais trop si Monseigneur nous le permettra, mais nous apportions un présent destiné à la princesse. Peut-être, après une telle épreuve, ce cadeau lui apporterait-il réconfort et soulagement...
Revenir en haut Aller en bas
Qunhae
Gentilhomme
Gentilhomme


Masculin Date d'inscription : 05/11/2011
Messages : 40
Royaume : Baq i Kawten
Titre : Commandeur

MessageSujet: Re: Crissillyë, capitale du royaume de Fïndennyä   Jeu 26 Avr - 15:04

La princesse Véronia s'avança à la rencontre du groupe. Du sang maculait sa robe de voyage : l'un de ses gardes avait, lui aussi, donné sa vie pour la protéger, et son corps gisait un peu plus loin, le ventre perçé par une flèche gobeline.

Qunhae attendit qu'elle soit à ses cotés avant de formuler la réponse.


- Je suis fort gré de l'attention du Cardinal. Et d'autant plus que je lui doit peut-être la vie. C'est une dette que je me ferai un devoir d'honorer, Lancelian Alvonë.

Le ton du Gnome était aussi neutre qu'à l'ordinaire. Au contraire de la princesse, il avait trouvé un moyen de se tenir à distance des violences, et il était aussi impeccable que s'il se présentait à une séance du Conseil Souverain. Et il présentait le même calme contenu.

Véronia, elle, semblait plus agitée. Il était vrai qu'elle était plus jeune, et aussi moins habituée aux évènements brutaux comme celui auquel elle venait d'être confrontée. Néanmoins, elle semblait avoir tenu le choc, et ne trembla presque pas dans la révérence qu'elle adressa au capitaine.


- Je suis également très honorée de l'attention de son eminence à mon égard, messire. Je trouve extrèmement touchante son impatience à me la faire parvenir.

Etait-ce une touche d'ironie dans le ton clair de la jeune femme ? Son sourire enluminait son visage clair, dont la beauté semblait réhaussée, par un étrange caprice de l'esthétique, par sa robe simple et sa chevelure dont les boucles chatains s'étaient échappée dans l'effervescences des derniers moment. Charmante était le terme qui la définissait le mieux, et le ton un peu espiègle de sa voix ne pouvait emporter de condamnation d'aucune sorte de la part d'un homme normalement constitué.

Le Commandeur avait, lui-aussi, noté tout ce qu'il y avait d'étrange à cet empressement à faire parvenir un cadeau à la futur reine. Pourquoi envoyer ces hommes pour un long voyage alors que Véronia rencontrerai nécéssairement Archeror en personne lorsqu'elle serai en Soléandre ? Il n'était prévu nulle part que Véronia devait recevoir un rôle politique éminent. Qunhae doutait qu'Eregain laisse sa femme jouer avec les affaire de l'état. Faire une bonne impression sur elle ne pouvait donc guère être une motivation véritable du Cardinal Blanc.
Revenir en haut Aller en bas
Le Cardinal Blanc
Écuyer
Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/11/2011
Messages : 71
Royaume : Empire Arshee d'Ical
Titre : Dictateur de Soléandre

MessageSujet: Re: Crissillyë, capitale du royaume de Fïndennyä   Sam 5 Mai - 1:35

Ce qui motivait le Cardinal, c'était la prudence. Une prudence sans doute excessive, maladive parfois, mais Archeror d'Ical ne jouait jamais sans avoir plusieurs coups d'avance sur ses adversaires... à moins d'y être forcé. Et il détestait y être forcé. Le vieil elfe sylvain ne voulait pas, sous aucun prétexte, voir décroître l'influence d'Arbros. Aussi s'employait-il à la maintenir... et à sonder ceux qui, par la volonté d'Eregain, entreraient bientôt dans l'arène politique. Et le Cardinal connaissait trop bien le Palais, ce Palais qu'il avait évité comme la peste lorsqu'il était au pouvoir, il le craignait trop pour ne pas craindre son influence sur la future princesse. Une Immortelle, c'était dangereux. Il s'agissait de surveiller étroitement -très étroitement- ce danger.

Lancelian Alvonë ne connaissait pas tout des intentions du Cardinal. Néanmoins, la mission qu'on lui avait confié était claire.Et il comptait l'accomplir avec honneur et courage. Distinction, aussi. Et, distingué, il l'était sans doute, lorsqu'il s'inclina devant la jeune princesse avec grâce et élégance, faisant voler sa cape. La jeune femme était charmante, sans aucun doute. Belle, souriante. Fort avenante, et apparemment, plutôt vive d'esprit. Intelligente et jolie. Le pire des crimes, pour une reine.

-Ma Dame, Arbros lui-même, dans sa forêt céleste, s'émerveille de votre courage et de votre grandeur. Votre comportement, en ce moment sombre et difficile, est sans conteste digne d'une reine -et de la plus noble reine qui soit. Je vous présente mes hommages, et me met à votre service!

Et, sur ces mots, il s'avança, s'inclina de nouveau, et saisit la main de la jeune femme. Ce fut un baisemain à l'arbrosienne -un baisemain comme il se devait, même si certains avaient tendance à l'oublier. Les lèvres du jeune Capitaine ne touchèrent jamais la chair de la jeune fille: il se contenta d'effleurer son propre doigt des lèvres.

-Nous vous avons apporté un présent de Soléandre, Ma Dame. Son Éminence le Cardinal tenait particulièrement à égayer votre voyage, et il vous offre à la fois amitié et bénédiction. Une bénédiction dont voici le porteur!

Sur ces mots, il se décala, dévoilant un petit renardeau, d'un blanc immaculé. L'animal venait tout droit d'Ical, et appartenait à la ménagerie personnelle de l'Obad, qui se caractérisait par la rareté des espèces qu'elle abritait. Apparemment, le vieillard, habitué à la cour de l'Empire Arshee d'Outre-mer, n'avait guère hésité avant de choisir ce qui lui semblait être le cadeau le plus approprié pour la future reine, et toute jeune femme. Le transport, certes, posait un problème, mais les dons des gens d'Arbros envers les animaux étaient grands, et l'animal n'avait nullement souffert. Le petit renard était même tout ce qu'il y a de plus charmant, et tenait une rose entre ses dents blanches. Voyant le princesse, il se dirigea sagement vers elle, et déposa la rose à ses pieds, avant de lever vers elle de grands yeux tendres. On pouvait dire ce qu'on voulait du Cardinal Blanc, une chose était sûre: il ne manquait pas d'humour... et savait séduire!
Revenir en haut Aller en bas
Qunhae
Gentilhomme
Gentilhomme


Masculin Date d'inscription : 05/11/2011
Messages : 40
Royaume : Baq i Kawten
Titre : Commandeur

MessageSujet: Re: Crissillyë, capitale du royaume de Fïndennyä   Lun 7 Mai - 11:56

La jeune fille, qui s'était tenue de façon parfaitement digne en recevant les salutations et les respects du jeune capitaine, un sourire avenant, mais point trop expressif sur le visage, l'avait remercié de son attention par une gracieuse révérence. Elle avait un peu rosit aux compliments, mais était restée sur sa digne réserve, qui ce qui restait le meilleur moyen pour une femme de cacher ses sentiments,bons ou mauvais, sans déplaire à un interlocuteur.

Mais elle restait une jeune fille, et ce masque de courtoisie réservée fut brisé par une exclamation de plaisir à la vue du petit animal, qui fut accompagné de quelques discrets gloussements de ses suivantes. Même Qunhae laissa échapper un sourire en devinant la manœuvre -il s'était abstenu de contredire le Duc, mais il avait envisagé une réaction du Cardinal nettement moins sympathique-.

- Oh ! Qu'il est charmant ! Il est apprivoisé ?

Elle tendit la main pour caresser l'animal, mais fut gagné de vitesse par le Gnome, qui s'interposa en ramassant, apparemment maladroitement, la fleur. La future reine haussa un sourcil, surprise par la réaction du Gnome. Celui-ci, sans lui laisser le temps d'en dire plus, dit :

- Mes suivants vont donner à manger et à boire à cet animal certainement exténué par son voyage. Nous le ferons amener dans votre palanquin. Je gage qu'il apprécie la compagnie des humains ?

La question s'adressait à Lancelian. Véronnia restait fortement surprise, et visiblement tout à fait désappointée d'être privée de ce plaisir charmant au grand dam du Commandeur qui aurai aimé la voir reprendre son sourire rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Le Cardinal Blanc
Écuyer
Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/11/2011
Messages : 71
Royaume : Empire Arshee d'Ical
Titre : Dictateur de Soléandre

MessageSujet: Re: Crissillyë, capitale du royaume de Fïndennyä   Lun 7 Mai - 18:42

Lancelian avait regardé, un sourire en coin, le gnome ramasser la rose avec empressement. Si la réaction de la jeune fille avait été tout à fait charmante, celle du gnome était un brin insultante -mais somme toute fort comique, et de bonne guerre! En vérité, le Cardinal avait préféré avancer masqué -c'était plus prudent, et plus révélateur. Mieux valait savoir à quoi s'attendaient les ténors du camp baquien. Et si cela pouvait s'avérer amusant...

La voix du Capitaine, cependant, était d'une parfaite politesse lorsqu'il répondit au gnome.

-La rose est blanche, Monseigneur.

Puis il marqua un silence. La rose est blanche. Il y avait une signification, derrière cela. Bien des gens étaient morts, sous la Dictature du Cardinal, pour avoir reçu des roses de la mauvaise couleur... Toujours tout sourire, Lancelian s'accroupit, enleva l'un de ses gants, et caressa calmement le jeune renardeau, qui ne cacha point son plaisir.

-Ce jeune animal est né en mer, lors du voyage qui nous a ramené d'Ical. Nulle compagnie ne lui plaît plus que celle des hommes -hormis, peut-être, celle des arbres du Bosquet d'Arbros. Son Éminence elle-même a adopté les autres rejetons de la portée... Un petit être affectueux. Adorable.

Après une dernière caresse, il se releva.

-Mais, certes, quelques soins lui feraient le plus grand bien. Je me permet de suggérer -si ma Dame le désire- que ma Dame se chargent elle-même de nourrir l'animal. Après tout, l'animal est sien, et il importe qu'ils se lient au plus tôt...
Revenir en haut Aller en bas
Qunhae
Gentilhomme
Gentilhomme


Masculin Date d'inscription : 05/11/2011
Messages : 40
Royaume : Baq i Kawten
Titre : Commandeur

MessageSujet: Re: Crissillyë, capitale du royaume de Fïndennyä   Ven 11 Mai - 11:37

On disait que Qunhae n'avait aucun amour pour sa propre vie, et c'était vrai. Comme beaucoup de membres de sa race, il n'hésitait pas à se placer dans des situations extrêmement dangereuses. C'était vrai pour ce voyage, qu'il avait accepté de faire alors qu'il ignorait jusqu'à quelle extrémité le Cardinal était prêt à aller pour empêcher une immortelle de ceindre une couronne en Soléandre.
Mais Qunhae n'avait aucune envie d'entrer dans les livres d'histoire comme le Gnome qui avait héroïquement succombé en défendant une princesse. Et, il n'y avait aucun doute à ce sujet, il ne survivrai pas à Véronia.

Il fallait donc parier sur le sens de l'honneur des serviteurs d'Arbros. Il n'aimait pas l'idée de cet animal trop proche de la futur reine. On ignorait à quoi il avait été dressé au juste. On ignorait à quels ordres il pourrai obéir.

Mais il est une force que toute la froide intelligence du Gnome ne pouvait endiguer, et c'était l'enthousiasme d'une jeune fille pour un animal ravissant. Véronia n'était pas idiote, et elle avait saisit le message du Commandeur. Elle se méfierai d'Archeror, ce qui était un gage de vie durable dans la Sainte Cité. Mais Archeror, pour être le premier prédateur de Soléandre, n'était pas le seul, loin de là.

Qunhae ne tenta finalement rien pour s'opposer à la remise du renardeau à sa nouvelle maîtresse. Après les remerciement d'usage, il donna l'ordre de se remettre en route. Soléandre était loin, et on ignorait quel genre de créatures pouvaient encore guetter dans ces sous-bois.
Revenir en haut Aller en bas
Le Cardinal Blanc
Écuyer
Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/11/2011
Messages : 71
Royaume : Empire Arshee d'Ical
Titre : Dictateur de Soléandre

MessageSujet: Re: Crissillyë, capitale du royaume de Fïndennyä   Dim 13 Mai - 1:27

Lancelian salua d'un signe de tête la décision du gnome. Avant de quitter sa compagnie, il se porta plus près de lui, s'approchant jusqu'à pouvoir lui chuchoter quelques mots à l'oreille.

-Son Éminence désirait aussi que je vous porte un tout autre message. Le Phénix vole vers Soléandre, porté par le Léviathan. L'Est et la Commanderie doivent être prêts à tout.

Ces informations, le gnome les connaissaient peut-être déjà, bien que les Chevaliers aient quitté Soléandre avant que les mystérieuses disparitions en mer ne fassent débutent. Les agents du Cardinal avaient appris le départ du navire amiral de la flotte impériale le jour même de son appareillage -l'Archiduché avait des espions dans tout l'Empire, tout comme les Gortorciens dans la plupart des duchés-, et peut-être Eregain n'avait-il pu -ou voulu- prévenir son mentor avant l'arrivée du Capitaine. De plus, de la part du Cardinal, un tel message revêtait une importance plus grande encore: Archeror avait déjà défendu la cité, et connaissait ses forces. Tout comme les arbrosiens connaissaient l'Empire.

Mine de rien, et après un nouveau salut, le Capitaine s'en retourna près de ses hommes, leur donnant quelques ordres brefs. Il mena ensuite sa monture près de la litière de la princesse, qui s'amusait follement avec son nouveau présent. Il engagea alors avec elle une discussion à la fois galante et polie, se montrant prêt à répondre à ses questions sur tous sujets, lui expliquant comment prendre soin de l'animal, la félicitant pour sa courage.

Le Cardinal avait bien choisi son émissaire: Lancelian d'Avonlë, tout elfe sylvain qu'il soit, faisait partie des grandes familles de l'Empire Arshee d'Ical. Les siens possédaient d'immenses et somptueux domaines au sud du continent, dans le Pays des Jardins. La plus douce, la plus belle, et la plus riche des provinces de l'Empire... La plus onctueuse et la plus agréable, aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Crissillyë, capitale du royaume de Fïndennyä   

Revenir en haut Aller en bas
 
Crissillyë, capitale du royaume de Fïndennyä
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alabasta, royaume de sable, perturbé ! [CLOS]
» [Fiche d'île] Royaume d'Alabasta
» Le Royaume perdu d'Arnor
» Gondor et Arnor...
» Les souveraines du royaume

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le monde sans nom :: Les terres du Nord-
Sauter vers: