AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bibliothèque du Temple

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Qunhae
Gentilhomme
Gentilhomme


Masculin Date d'inscription : 05/11/2011
Messages : 40
Royaume : Baq i Kawten
Titre : Commandeur

MessageSujet: Bibliothèque du Temple   Jeu 12 Avr - 13:24

Heraclios d'Etnalle, au premier age de notre monde :

De la nature du Dieu, et du rapport qu'il entretient avec ses prêtres :

Comme tous les dieux de ce monde sans Nom, le divin Eras s’est incarné dans un concept. Certain dieux ont choisi de s’identifier à une idée, un principe, comme la guerre, la destruction, ou le bien.
Eras est un dieu primitif. Son principe, universellement reconnu, est le feu. Cette identification est, contrairement à ce que certains lettrés pourraient faire croire, bien plus qu’une simple métaphore. Eras n’est pas représenté par le feu. Il est le feu, sous toutes ses manifestations, et sous toutes ses formes. Il en tire son pouvoir, et le pouvoir qu’il accorde prend toujours le forme du feu.

On ne peut que faire des suppositions sur les sources de cette identification. Certains pensent que les dieux étaient des mages très puissants qui ont unis leur forme à des principes élémentaires pour accéder à une existence supérieure. Mais au cours des siècles, il auraient perdus leur identité dans ce combat contre une puissance qu’ils ne pouvaient contrôler. Selon ces thèses, Eras serai donc le produit d’une fusion entre une volonté puissante, mais d’ordre inférieur, avec un principe élémentaire, le feu. Il ne serai donc plus que feu, mais un feu doté de volonté et d’intelligence. Un feu capable de chercher son combustible, voire de l’épargner un temps pour survivre plus longtemps après. Mais Eras ne serai alors qu’une volonté et une intelligence dépourvue de personnalité. Un esprit soumis uniquement à ses propres besoins,réduit à ses instincts les plus primitifs par des millénaires de faim dévorante.
La torture que le principe élémentaire auquel il s'est uni lui a fait -lui fait peut-être encore- subir est au delà des capacités d'imagination des êtres charnels que nous sommes. Mais tenter de l'envisager permettrai d'expliquer certains aspects de la personnalitéé du dieu qui ont tant surpris les prêtres des générations qui m'ont précédées.

Cela expliquerai la paradoxale froideur des grands prêtres d’Eras. Jamais un grand prêtre du dieu pourtant le plus violent ne s’est fait remarquer par des colères ou des accès d’émotions fortes. Les prêtres d’Arbros, par exemple, sont bien plus emportés, et leurs nobles colères ont laissé des traces durables dans Soléandre. Certains ont trouvé paradoxal qu’un dieu de la nature soit servi par de tels prêtres. Et pourtant, il n’en est rien. Arbros, pendant des siècles de lente croissance, accumule une quantité phénoménale de puissance. Il appartient à ses serviteurs de libérer cette force. Au contraire, les prêtres d’Eras doivent contenir la puissance exponentielle de leur dieu. Sa nature le porte à tout détruire autour de lui, et donc, finalement, à se consumer lui-même.

Les prêtres d’Eras portent en eux deux colères, la leur, et celle de leur dieu. Parvenir à la dignité de prêtre d’Eras, cela signifie équilibrer ces deux colères. Cela signifie élever son propre sang froid à niveau divin.

Au pied de la tablette, on peut lire quelques commentaires visiblement rédigés plus tardivement, et par une personne différente :

Après ces seize longues années de lutte contre les hérétiques, nous avons enfin remporté une victoire décisive. Heraclios l'impie a été brûlé dans les propres flammes du dieu qu'il insultait, et ses écrits blasphématoire ont été fracassés, et enfouis à tout jamais dans les entrailles de la terre.
Honnis soient à jamais ceux qui doutent de la nature supérieure de nos dieux ! Ils sont issus de la volonté du Premier, Nyarlathotep qui nous les a donné pour le plus grand bien de l'humanité. Cette vérité est établie et n'est pas contestable. Désormais, tous ceux qui la remettront en cause par des explications purement humaines, donc imparfaites, seront passibles du bûcher.
Seul cet écrit subsistera, par la volonté de notre grand prêtre, pour montrer aux génération futures l'audace de ces athées qui voulaient faire des dieux de simples hommes faillibles qui s'étaient dotés par pure ambition de pouvoirs supérieurs.
La vérité a triomphé.
Revenir en haut Aller en bas
 
Bibliothèque du Temple
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un temple sous terre [PV Kusari]
» Une bibliothèque virtuelle au service du Droit
» La Bibliothèque de Mazarbul
» [Mission D] Du rififi dans la bibliothèque
» Temple Zen du Thé sacré de Kami-sama [libre et pas sérieux]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Cité de Soléandre :: Le quartier des temples :: Septuor de la Création :: Forge d'Eras-
Sauter vers: