AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Arrivée de l'ambassade lorathienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Cardinal Blanc
Écuyer
Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/11/2011
Messages : 71
Royaume : Empire Arshee d'Ical
Titre : Dictateur de Soléandre

MessageSujet: Arrivée de l'ambassade lorathienne   Mer 8 Aoû - 1:20

Kamahl Athaeron et Barrangan Stern montèrent lentement du Port vers le Quartier des Temples. À cette heure du jour, alors que le soleil commençait sa lente descente, les rues de la Cité étaient encombrées et agitées, et même les grandes avenues disparaissaient sous le foule. Les représentants du pouvoir veillaient, cependant: miliciens légèrement armés et Gardes soléandrins portant lance et épée patrouillaient les rues, et la glorieux équipage accompagnant le Patriarche suffisait à créer un vide autour des cavaliers.

La dynamique changea grandement lorsque le petit groupe parvint aux Portes du Quartier des Temples. Sis au centre-est de la Cité, à l'opposé du Palais, qui émergeait de quartiers plus ou moins riches, le Saint Quartier faisait figure de véritable ville dans la ville. De hauts murs le ceignaient, crénelés et épais, percés de sept portes, et sur lesquels patrouillaient les gardes des Temples, reconnaissables à leur hallebarde et leur haut casque conique. Gardes soléandrins et templiers- ainsi qu'on les appelait- se partageaient la surveillance des portes, entre lesquels passaient un flux continu de fidèles et de prêtres.

À l'intérieur des murs, point de joyeux désordre: les rues principales étaient larges, plantées d'arbres, et un espace pavé, pouvant accueillir deux chars de front, était perpétuellement laissé libre, prêcheurs, fidèles, marchands et précepteurs de rue étant contenus sur les larges côtés des avenues. Le climat semblait à la fois plus contrôlé et plus pur qu'ailleurs dans la cité, malgré le grand nombre de gens présents. Les robes multicolores des prêtres étaient partout, et partout le vert et le marron d'Arbros dominaient. On trouvait, dans le Saint Quartier, de nombreuses habitations, où logeaient maints soléandrins, installés là depuis des lustres. Cependant, les bâtiments tenus par les religieux abondaient: lazarets et hôpitaux pour les malades, petites écoles et grands collèges, chapelles et lieux de dévotion, dortoirs pour les pauvres et grandes salles pour les nécessiteux. Le tout formidablement encadré: les religieux étaient nombreux, et formidablement menés.

Quant aux Grands Temples, bâtis à différentes époques et couvrant près de la moitié de la superficie du Quartier, ils se dressaient un peu n'importe où, au hasard de leur construction. Le Temple d'Arbros se dressait au nord-est du Quartier, les ramures vertes de son Bosquet Sacré n'étant surpassés en hauteur que par l'Arbre de Vie des Jardins d'Armélia. De pierre étaient le mur qui protégeait le Sanctuaire des Arbrosiens, et une seule porte, grande et presque perpétuellement ouverte, la perçait. La foule était dense près de la demeure du maître des Forêts: la place qui lui faisait face était pleine, et les bâtiments alentours, reconvertis en églises ou en lieux de prière et de réconfort, ne désemplissaient pas. À l'intérieur du temple lui-même, la Première Cour, étroitement gardée par des Guetteurs et des Chevaliers de la Sainte-Rose, était pleine de fidèles alignés en prière, circonscrits dans des espaces délimités permettant la libre circulation des prêtres et des gardes. La Première Cour donnait accès à trois sanctuaires, où les offices se succédaient jour et nuit. Les ambassadeurs de Lorath durent la traverser, au son des cloches et des sermons, alors que les fidèles s'arrachaient un instant à leur dévotion pour saluer bien bas le Cardinal. Un autre mur, percé d'une autre porte, donnait accès à une autre cour intérieure, plus ancienne. C'était là le domaine exclusif des prêtres, et tout autour se dressaient les bâtiments de culte et de vie qui leur étaient réservés. Derrière le bâtiment principal -le temple originel, celui qu'avait bâti Natugrove lors de sa première venue, avant que lui-même et le Cardinal ne l'agrandisse, siècle après siècle-, le Bosquet Sacré se dressait, vert sombre.

L'Antique Cour était elle aussi agitée, perpétuellement traversée par des nuées de robes vertes et brunes. Des palefreniers accoururent à l'arrivée du Cardinal, qui mit pied à terre gracieusement. Lorsque les Ambassadeurs de Lorath eurent faits de même, il écarta grand les bras, et se tourna vers la Grande Porte du temple, à laquelle on accédait par trois volées de marches.

-Vos Excellences, vous voici dans le Domaine d'Arbros, Maître des Forêts et Seigneur de la lune. Puisse votre séjour en son sein être agréable, et sa bénédiction se poser sur vous.

Pivotant de nouveau, tout sourire, le Patriarche fit face au corvimancien et à la Première Lame de Lorath.

-Je dois malheureusement vous quitter pour un instant. La journée a été longue, et je n'ai pu assister à aucun office en ce jour. On vous conduira à vos appartements pendant ce temps, et je vous recevrai à ma table ce soir. Cela vous sied-t-il?
Revenir en haut Aller en bas
Aenarion
Grand Écuyer
Grand Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 18/06/2012
Messages : 86
Royaume : Lorath
Titre : Haut Roi

MessageSujet: Re: Arrivée de l'ambassade lorathienne   Mer 8 Aoû - 9:13

Le voyage avait été au goût des deux ambassadeurs. Si Barragan Stern, le corvimancien, avait particulièrement apprécié la première partie de la ville, la populace encline aux rumeurs de toute sorte, les étals et l'activité de Soléandre. Les échos qu'il avait eu de la cité depuis Lorath par ses très nombreuses sources étaient aujourd'hui confirmés.

Kamahl quant à lui, fut surpris de l'intervention des forces de l'ordre. Pire encore, déçu de voir la présence d'une milice au sein de la cité. Les miliciens avaient au fil des siècles toujours de bien piètres force de l'ordre, quel que soit le lieu et le temps. Leur discipline était tout au plus moyenne, ils étaient aisément corruptibles, leur sens de la justice était également discutable. Quant aux notions de bravoure et d'honneur, ils en était pour la plus grande majorité dénués. Rien à voir avec une véritable soldatesque entraînée et disciplinée, au sens du devoir et à la bravoure sans pareille. Par chance, à son arrivée aux Temples, il fut agréablement surpris. Là, on pouvait trouver une véritable force armée, qui contrastait grandement avec la médiocrité de la milice Soléandrine, à n'en pas douter pour l'oeil expérimenté du Capitaine de la Garde Léonine, et le Grand Commandeur des forces de Lorath.

L'impression laissée par le Quartier des Temples était en effet meilleure. On pouvait en effet voir le travail réalisé par Archeror d'Ical en ces lieux sans le moindre doute. Le Patriarche avait remarquablement effectué son travail, d'autant plus aux abords du Temple d'Arbros. De nombreux lieux étaient vraisemblablement ici à l'abandon, l'un plus particulièrement, qui ne manqua d'attirer l'attention du Sang-de-Lion. Ce dernier semblait presque entièrement délaissé, un érudit en toge décrépie attendant sur le dehors, sans doute l'un des seuls subsistant encore en ce lieu. Si le corvimancien semblait ne pas y avoir fait attention, Kamahl ne put s'empêcher d'observer une nouvelle dose d'irritation à l'égard de cet être qui se voulait Patriarche mais n'oubliait pas de mettre en avant ses intérêts au profit de ceux du quartier qu'il se devait de protéger. Ce sentiment fut confirmé, même si il ne put s'empêcher d'apprécier l'organisation du lieu, la beauté de ce Bosquet Sacré, contrastant avec certains temples tombant littéralement à l'abandon et ne faisant l'objet d'aucune maintenance. Le contraste de ce Cardinal avait de quoi laisser perplexe, le Commandeur songeant toujours à la personne concernée soit en termes de mépris, soit de respect.

Quant au Premier Praetorvis de Noires Ailes, sa pensée était on ne peut plus impénétrable, ce dernier n'ayant pas vu son visage se départir de son sourire depuis sa rencontre avec le Cardinal. Sourire mielleux qu'il ne connaissait que trop bien, paraissant des plus naturels pour les non-initiés mais qu'il côtoyait depuis de trop nombreuses années au sein des hautes sphères. Et en matière d’apparat, si le Cardinal était un expert à première vue, les Praetorvis étaient tout bonnement des maîtres.

Les deux émissaires de Lorath arrivèrent enfin au Bosquet Sacré d'Arbros, où après la présentation des lieux par l'Obad d'Ical, ce dernier leur proposa de les rejoindre à sa table. C'est le corvimancien, Barragan Stern, qui répondit une fois de plus, sous le hochement de tête approbateur du Commandeur Athaeron :

"Nous serions ravis de vous rejoindre à votre table, Eminence. J'ai moi-même quelques obligations à remplir avant ce soir, de vieilles connaissances avec qui renouer.

- De mon côté, ajouta le Sang-de-Lion, j'aimerai grandement visiter plus avant ce quartier religieux avant ce dîner que vous nous proposez. J'ai toute confiance en vos gens en ce qui concerne l'installation de nos effets... Aussi, c'est avec plaisir que nous nous joindrons à vous, se permit-il avec un sourire qui semblait tout à fait naturel, à défaut de ne l'être qu'à moitié. A ce soir, Eminence."
Revenir en haut Aller en bas
Le Cardinal Blanc
Écuyer
Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/11/2011
Messages : 71
Royaume : Empire Arshee d'Ical
Titre : Dictateur de Soléandre

MessageSujet: Re: Arrivée de l'ambassade lorathienne   Jeu 9 Aoû - 1:42

L'analyse du Sang-de-Lion était juste à bien des égards, mais fausse en plusieurs autres. Archeror d'Ical, de retour depuis peu en la cité après une absence de sept longues années, n'avait guère pu oeuvrer au redressement du Quartier après les guerres angéliques qui l'avaient occupé lors de sa Dictature. Kilak avait gouverné en son absence, en représentant de Natugrove plus qu'en remplaçant de l'Obad, et ni le Gardien ni le Grand-Maître du Culte d'Arbros ne désiraient relever les autres Cultes au frais du seul clergé d'Arbros. La vision d'Archeror d'Ical était plus globale, et depuis son retour il avait remis de l'avant certaines politiques anciennes, parfois poursuivies par Kilak. Riche et puissant, le Culte d'Arbros ne pouvait se dresser seul: il fallait un équilibre. Aussi le Cardinal Blanc avait-il mis certaines des ressources du Culte -en plus de celles du Patriarcat- au service du redressement du Septuor. Déjà, Armélia et Hertésor se relevait, et le vieil elfe sylvain comptait bien élargir sa politique. Mais, bien évidemment, il ne pouvait accomplir de miracles.

C'étaient de telles affaires, en plus des offices, qui requéraient maintenant l'attention du religieux. Il salua cordialement les deux ambassadeurs, avant de les quitter.

-Alors nous nous reverrons au lever de la lune, Excellences. D'ici là, si vous désirez visiter la Cité et si vous avez besoin de quelque aide que ce soit, les ressources d'Arbros sont les vôtres...

Sur ces mots, il inclina la tête, avant de monter les trois volées de marche et de pénétrer dans le Temple. Bien vite, une ombre verte et encapuchonnée se dressa à ses côtés.

-Voilà d'étranges invités, Votre Éminence.

Le Cardinal hocha la tête. Lentement.

-Étranges, certes. Et étrangers. Mais je crois qu'il y a avec eux quelque chose à jouer... Prenez garde à ce qu'ils ne s'égarent pas!

Et sur ces mots, les pas du Patriarche se firent plus rapide, et il disparut bientôt à la vue de l'homme encapuchonné, qui après avoir hésité un instant, poursuivit sa propre route.
Revenir en haut Aller en bas
Le Cardinal Blanc
Écuyer
Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/11/2011
Messages : 71
Royaume : Empire Arshee d'Ical
Titre : Dictateur de Soléandre

MessageSujet: Re: Arrivée de l'ambassade lorathienne   Mar 14 Aoû - 0:46

Archeror d'Ical, Patriarche du Quartier des Temples, avait célébré un office privé, réservé aux prêtres, avant de s'enfermer dans ses appartements, d'où il dirigeait ses affaires, comme au temps de la Dictature. L'exercice du pouvoir par le Cardinal pouvait sembler flamboyant et public, mais c'est en privé qu'il réglait sa politique. Et l'heure était à l'inquiétude.

-Huit jours, messieurs. Huit jours. Sans nouvelles. Aucune.

Les quatre personnages assemblés par le vieil elfe sylvain s'entre-regardèrent. Il y avait là Erledar Diamatran, Commandant Suprême de la Garde Soléandrine, Kilak, Gardien du Temple d'Arbros, Varenkë, chef des services spéciaux du Culte, et Savater, Grand Archiviste de Soléandre, qui venait tout juste de quitter l'ambassade impériale après les avoir accompagné jusqu'à leurs propres appartements, dans le complexe palatial.

Le vieil archiviste, se frottant nerveusement les mains, fut le premier à prendre la parole.

-Le pouvoir use et fatigue, et les récents événements ont été... exigeants. Peut être Sa Seigneurie s'est-elle retiré en... en méditation?

Kilak, Varenkë et Erledar demeurèrent muets. Le Cardinal haussa méchamment ses sourcils neigeux.

-En méditation? Le jeune homme qui prétend avoir renversé les Trois, en méditation? Par Arbros, il n'a pas vingt ans, et son règne n'a pas vingt semaines! Qu'a-t-il besoin de méditer? Et qu'aie-je besoin d'un duc qui médite et se retire du monde, sans donner signe aucun? Nous parlons d'Eregain, Duc de Soléandre, pas de Baptistus, fantôme du palais!

Savater se recroquevilla, et sa voix était bien près de se briser lorsqu'il poursuivit.

-Et pourtant... pourtant cela se peut...

Kilak balaya l'objection de sa main gantée de vert.

-Non, non. Cela n'est pas dans son caractère...

Savater leva un regard craintif.

-Mais alors...?

Les yeux de l'Obad d'Ical étincelèrent.

-Alors, il nous faut être prudents. Contenir le Palais. Tout surveiller. Guetter ce nid de vipères, et savoir. Savoir si elles ont mordu, ou si on les a charmé. Savoir si notre jeune duc est déjà vaincu... ou s'il projette de nous vaincre. Faire le siège du trône, y diriger toute la contestation, y canaliser les problèmes... Et contrôler la ville. L'armée est-elle sûre?

Erledar Diamatran, Commandant Suprême de la Garde, hocha la tête.

-Vous avez cinq voix sur sept au Conseil militaire, avec la mienne. Trois des Capitaines des Portes sont à nous, et la loyauté du Capitaine Commandant de la Garde montée n'est plus à prouver. Quant à l'Amiral, il a toujours penché du côté des Hardiens, mais il n'y a plus guère de menace de ce côté-là. Seul le Capitaine de la Porte Est est une créature du Duc et des Baquiens. La Garde répondra à votre appel.

Le Cardinal hocha la tête.

-Parfait. Doublez les patrouilles. Doublez la garde sur les murs. Faites surveiller les officiers dont l'allégeance... reste à prouver. Vous savez lesquels sont les plus dangereux. Tenez vous prêts à les neutraliser.

Le Commandant s'inclina, alors que Savater se permettait une nouvelle remarque.

-Et le Palais? Nous avons besoin de nouvelles du Palais...

La bouche d'Archeror d'Ical s'étira en un sourire glacial.

-De nouvelles fiables. Varenkë s'en chargera.

À son tour, le vampire à la peau bleutée inclina la tête, voilant un instant ses trois yeux rouges. Il ne prononça pas un mot, cependant, et le Cardinal fit claquer ses mains.

-Voilà qui est réglé. Prudence, maintenant. Prudence...

Et d'un geste, il congédia ses conseillers. Quelques minutes plus tard, serviteurs et pages firent leur retour dans la pièce. Une autre rencontre devait avoir lieu sous peu, d'un autre type celle-là...
Revenir en haut Aller en bas
Le Cardinal Blanc
Écuyer
Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/11/2011
Messages : 71
Royaume : Empire Arshee d'Ical
Titre : Dictateur de Soléandre

MessageSujet: Re: Arrivée de l'ambassade lorathienne   Mer 29 Aoû - 0:38

Archeror d'Ical avait sa propre façon de gouverner, et sa propre idée de la représentation du pouvoir. L'Obad et ancien Dictateur n'avait, en Soléandre, jamais tenue cour. Le Cardinal Blanc savait certes doser choses publiques et affaires privées, mais il avait toujours préféré les conseils restreints aux audiences et aux grandes assemblées. C'était de ses appartements personnels, en plein coeur du Temple d'Arbros, que le Patriarche menait les affaires soléandrines, de petits comités en petits comités. Nul endroit de repos: la vie du vieil elfe sylvain, c'était le pouvoir.

Pendant que pages et serviteurs préparaient la haute table, Archeror d'Ical feuilletait et annotait rapports et missives. Cinq lui parvinrent pendant le brefs laps de temps qui sépara la fin du conseil de l'arrivée des ambassadeurs lorathiens. Deux, marqués d'un sceau particulier, furent lus aussitôt, puis brûlés.

Lorsque, finalement, il ne resta plus que quelques minutes avant l'heure de la rencontre, le Cardinal congédia ses serviteurs. Seuls trois furent autorisés à rester. L'un se tenait derrière l'Obad, prêt à répondre à ses moindres désirs. Les deux autres, quant à eux, avaient pour tâche de guider les ambassadeurs jusqu'à leurs sièges, dans le petit salon où était installé le maître des lieux. Confortablement assis dans un haut fauteuil, le vieillard caressait lentement le renard blanc d'Ical qui, couché sur ses genoux, se confondait presque totalement avec sa robe immaculée...
Revenir en haut Aller en bas
Aenarion
Grand Écuyer
Grand Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 18/06/2012
Messages : 86
Royaume : Lorath
Titre : Haut Roi

MessageSujet: Re: Arrivée de l'ambassade lorathienne   Jeu 30 Aoû - 6:58

Barragan Stern comme Kamahl Athaeron étaient rentrés au Temple d'Arbros quelques minutes avant le Lever de Lune, chacun encore marqué par les récents évènements.

Le Praetorvis restait songeur devant les révélations faites par le membre de la Confrérie travaillant comme agent pour lui. Ces dernières avaient confirmé ces premières impressions sur l'homme qu'était le Cardinal. Ce dernier serait un interlocuteur de choix et il faudrait prendre garde en le manoeuvrant. En réalité, malgré ce sourire froid, le corvimancien ne faisait aucunement confiance au Cardinal... pour l'instant du moins. Cependant, il pouvait désormais prendre un certain avantage au cours de l'échange à venir...

Quant à Kamahl, sa visite au temple de Karkas et l'état critique du Gardien l'avaient touché. En effet, après les divers événements ayant eu lieu plus tôt dans cette journée, la folie des Impériaux, les cérémonies sans fin et le protocole, la simplicité et la sagesse du vieil homme l'avaient surpris et il avait apprécié ces quelques instants au sein du temple. En réalité, les membres du clergé de Karkas lui rappelaient des soldats, et le Gardien semblait les dépasser en sagesse, se rapprochant des gens que le Sang-de-Lion était accoutumé à cotoyer au coeur de Lorath, les généraux du royaumes et autres officiers supérieurs de l'armée, cet homme étant cependant au crépuscule de sa vie, bien plus vieux que les grands des forces armées lorathiennes.

C'est ainsi que les deux hommes arrivèrent dans les appartements du Cardinal Blanc pour ce diner.
Revenir en haut Aller en bas
Le Cardinal Blanc
Écuyer
Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/11/2011
Messages : 71
Royaume : Empire Arshee d'Ical
Titre : Dictateur de Soléandre

MessageSujet: Re: Arrivée de l'ambassade lorathienne   Ven 14 Sep - 23:56

Barragan Stern et Kamahl Athearon furent introduits auprès du Cardinal qui, toujours assis dans son fauteuil, le renard blanc sur ses genoux, les invita à prendre place et les salua d'un sourire. Il ne se leva pas, pas plus qu'il ne présenta sa bague. Archeror d'Ical n'avait aucune envie de voir le protocole bafoué dans l'enceinte même de son temple, et préférait dès l'abord donner à l'entrevue un ton plus informel.

-Vos Excellences sont les bienvenues. J'ose espérer que la Sainte-Cité s'est dévoilée à vous sous son meilleur jour,,,

Sur ces mots, il haussa ses sourcils neigeux, et ses yeux étincelèrent.

-De nets progrès ont été réalisés depuis la Chute des Trois, mais nous avons eu trop peu de temps pour nettoyer la cité de toutes ses souillures. Certaines choses ont été... négligées, qui n'auraient pas dû l'être. D'autres, en revanche, se sont étendues, qui auraient dû être contenues. Mais nous y remédierons, bien évidemment.

Le Patriarche esquissa un bref sourire, alors que le serviteur attaché à sa personne, ayant quitté la pièce un instant, revenait avec une carafe d'un vin écarlate. Il en proposa aux deux ambassadeurs de Lorath, avant de servir le Cardinal, remplissant sa coupe de cristal.

-Un excellent cru... Un vin de Chiro, du sud de l'Archiduché.

Levant son verre, l'Obad le porta ensuite à ses lèvres, sa main gauche négligemment posé sur la fourrure immaculée du renard immobile. Il y eut un silence, alors que le religieux savourait le nectar, ses yeux scrutant pourtant ses interlocuteurs par-dessus sa coupe. Amis ou ennemis, il ne le savait point encore. Dangereux, cependant, il n'en doutait pas. Fuyants, aussi... Mais utiles... Peut être.

-Allons, allons. Nus aurons pleinement le temps de savourer les délices de cette terre plus tard. L'heure est aux paroles, pour l'instant, si vous n'y voyez pas d'inconvénients. Et j'avoue que ma curiosité personnelle, de même que l'intérêt sincère que je porte à cette Cité me pousse à vous demander vos impressions. Soléandre rivalise-t-elle avec les splendeurs du royaume de Lorath?



Revenir en haut Aller en bas
Aenarion
Grand Écuyer
Grand Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 18/06/2012
Messages : 86
Royaume : Lorath
Titre : Haut Roi

MessageSujet: Re: Arrivée de l'ambassade lorathienne   Mar 18 Sep - 0:52

Les deux ambassadeurs prirent place après avoir tous deux effectué cette fois-ci une véritable révérence, tout en ajoutant :

"Votre Eminence"

En effet, curieusement, le Cardinal n'avait point souhaité retenter l'expérience du protocole. Aussi, alors même que les deux ambassadeurs se trouvaient dans ce lieu où le Cardinal était tout puissant, ces derniers se seraient bien volontiers priés au protocole où leur rang était largement inférieur à ce dernier au coeur du sanctuaire d'Arbros. Bien entendu, le Sang-de-Lion s'était refusé à l'exercice sur le port, mais en tout différent lieu, où ce Cardinal n'avait qu'un simple rôle de Conseiller du Duc...

Le serviteur les gratifia d'une coupe de vin que les deux ambassadeurs acceptèrent volontiers, avec même de l'enthousiasme pour Kamahl. Le goût du breuvage était, comme annoncé par l'Obad d'Ical, délicieux.

Puis vint l'instant tant attendu auquel s'était préparé Barragan, celui du début de l'entrevue. Archeror restait encore pour le moment dans les banalités, mais aucun doute que cette question allait être parfaitement analysée. C'est Kamahl qui prit pourtant la parole le premier, mais Barragan n'avait aucun doute sur ce point, le Sang-de-Lion était tout aussi observateur et n'avait pas manqué de noter cet aspect chez leur interlocuteur :

"Il est vrai que Soléandre est tout simplement fascinante en bien des aspects, et il serait difficile de la comparer aux merveilles de Lorath. Si Visenyä est de loin le joyau du royaume, elle ne dispose pas d'un accès à la mer qui fait de Soléandre une place commerçante de premier lieu au sein du monde sans nom. De même, le Quartier des Temples ici présent est d'une telle splendeur en ce lieu, bien qu'en notre chère capitale, la religion n'y a pas cette place de premier plan, et nous ne disposons pas d'une telle concentration de lieux saints, mais de temples répartis dans la ville, au coeur du Troisième Cercle. Cependant, cette disposition n'est en aucun cas une marque de mépris envers les dieux : tous sont égaux devant la volonté divine, aussi, même Sa Majesté Aenarion doit se déplacer jusqu'aux temples si il veut communier avec eux. Cependant, on ne peut que difficilement évaluer la beauté, et celle de Visenyä est telle qu'il me serait bien difficile de la décrire, ses rues pavées d'une pierre si blanche, ses arcades et Caras Aiwenäron sont de véritables merveilles...

- En effet, Soléandre est sans conteste en mesure de rivaliser avec Visenyä, de par sa splendeur et sa grandeur. Cependant, il est curieux de noter qu'en ce lieu les plus hautes instances ne soient pas plus présentes. En effet, pardonnez-moi si je me fie à des rumeurs, mais après tout la voix du peuple est d'or lorsque généralisée à la cité tout entière, et beaucoup de questions se posent quant au Duc Eregain dont nous n'avons toujours reçu aucune nouvelle, ce qui semble être généralisé à la Cité toute entière, bien que nous ayons grandement souhaité le rencontrer. Si nous devions comparer une fois encore Visenyä et Soléandre, Sa Majesté se plait tant à voyager dans la Cité que la différence de culture me frappe au plus haut point... Néanmoins, il semblerait que vous soyez la figure de Soléandre en ces temps bien étranges. De plus, certains points noirs ont quelque peu entaché cette journée qui ont pu noircir ce jugement, je fais bien entendu allusion à ce léger incident dans la baie Soléandrine... continua Barragan Stern.

Le vif du sujet venait d'être lancé. Le Cardinal risquait d'être pris de court par une telle analyse, aussi directe, mais le Praetorvis savait qu'il était bon de surprendre son interlocuteur en de telles situations, le prendre de court afin de pouvoir l'amener à être plus direct, et ainsi discuter plus directement. Après tout, les deux hommes n'avaient pas mangé depuis quelques temps et la faim se faisait progressivement sentir !

- Eh bien, Eminence, avons-nous su répondre à votre question ? termina le Sang-de-Lion.
Revenir en haut Aller en bas
Le Cardinal Blanc
Écuyer
Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/11/2011
Messages : 71
Royaume : Empire Arshee d'Ical
Titre : Dictateur de Soléandre

MessageSujet: Re: Arrivée de l'ambassade lorathienne   Ven 21 Sep - 1:15

Archeror d'Ical avait tiqué à quelques reprises lors des discours de ses deux invités. Le « tout sont égaux devant la volonté divine » du Sang-de-lion, notamment, avait provoqué un haussement de ses blancs sourcils. Tous, certes, devaient obéir aux dieux et leur étaient infiniment inférieurs, mais il n'y avait là aucune égalité -pas plus qu'il n'y avait d'égalité dans quelque autre domaine existant, sur quelque échelle que ce soit.

Néanmoins, l'attaque rapide et directe du Corvimancien sur le mode de gestion de la Cité et l'absence d'Eregain causa une grande surprise chez le vieil elfe sylvain, qui but une longue gorgée de vin avant d'inviter ses serviteurs à apporter quelques victuailles. Ces derniers déposaient fruits et gâteaux au miel sur de petites tables près de chaque convive. Le Cardinal avait un faible pour les pâtisseries, et il se saisit adroitement d'un gâteau avant de reprendre la parole.

-Je crains, Messeigneurs, que nous n'accordions pas la même valeur aux « hautes instances ». Ou, plutôt, que d'évidentes différences culturelles vous empêchent pleinement de saisir le régime qui a été instauré depuis peu dans cette Cité. Je serais très chagriné si j'apprenais qu'en dehors de ce temple, on me considère comme un simple conseiller du Duc Eregain. Si sa Majesté règne, c'est par la grâce du Panthéon, et c'est du Panthéon uniquement qu'il tire sa légitimité. Une légitimité, vous en conviendrez, qui ne saurait être plus grande...

Le Cardinal sourit. Le message était clair: si Eregain régnait, c'est parce qu'il tirait son pouvoir de l'ordre divin -et donc, bien évidemment, du Cardinal. Le Duc, en lui-même, n'était rien: le Patriarche était son nécessaire support, sa pleine justification. L'institution ducale, en prenant sur elle « le fardeau du monde », contribuait à garder pur le pouvoir des Temples. Les deux piliers ne pouvaient exister sans l'autres, du moins pas dans l'état actuel des choses.

-Mais je comprends vos inquiétudes. Soyez rassurés, cependant: Sa Majesté Eregain demeure certes recluse dans son Palais, mais elle ne fait qu'observer un rituel de purification... prénuptial. Sa jeune promise, qui descend présentement du Nord, a tenu à ce que son futur époux respecte ce rituel. Rituel dérangeant, je vous l'accorde.

Le regard fulminant du Patriarche, en effet, montrait bien ce qu'il pensait de ces stupidités. Il passa rapidement sa main libre sur le dos de son renard blanc, qui ouvrit de grands yeux vides et montra ses crocs. Un tsssss sec le ramena bien vite à sa position originale, et le Cardinal s'engagea de nouveau dans la conversation, occultant complètement l'incident de la Baie.

-Mais je suis certain que votre venue ici n'est pas uniquement liée à nos étranges manières de gouverner. Votre venue nous procure grande joie, mais je ne peux m'empêcher de me demander quel élément a soudainement attiré l'attention du Haut-Roi Aenarion sur la Sainte-Cité... Quelque désir de rapprochement, assurément?

L'expression du Cardinal complétait assez bien la phrase laissée en suspens: un rapprochement, certes. Mais dans quel but?
Revenir en haut Aller en bas
Aenarion
Grand Écuyer
Grand Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 18/06/2012
Messages : 86
Royaume : Lorath
Titre : Haut Roi

MessageSujet: Re: Arrivée de l'ambassade lorathienne   Lun 8 Oct - 12:58

Visiblement, le Cardinal n'avait pu s'empêcher de réagir au discours établi par le duo. Le Praetorvis se saisit d'un gateau en écoutant Archeror, tandis que le Sang-de-Lion se contenta de fruits.

Ce dernier pensait encore aux événements ayant eu lieu au Temple de Karkas et au pauvre gardien. Vidant sa coupe, il s'aperçut qu'un serviteur venait le resservir. Il s'en sentit ravi et entama ainsi son second verre.

Pendant ce temps, le discours de l'Obad d'Ical avait pris fin, et l'interrogation qui ne savait plus tarder fut enfin prononcée. Barragan Stern répondit alors, le ton sans équivoque. Le corbeau sur son épaule fixait clairement le renard sur les genoux d'Archeror.

"Tout à fait, le désir de rapprochement est bien entendu présent dans les yeux du royaume de Lorath. Les merveilles de la Sainte-Cité n'ont pas pu ne pas atteindre aux oreilles de sa majesté et depuis bien des siècles les Lorathiens considèrent avec intérêt Soléandre. Néanmoins, si sa Majesté Aenarion nous a envoyé maintenant en la Sainte-Cité, ce sont en premier lieu pour des raisons économiques."

Le Praetorvis marqua un temps d'arrêt, analysant la réaction du Cardinal.

"En effet, notre royaume se trouve pour l'heure privées de matières premières cruciales en raison d'une terrible vague de froid qui empêche le transport de ses minerais vers les cités principales du royaume. Les stocks de nos greniers sont conséquents et peuvent nous permettre de tenir encore de nombreuses semaines mais nous allons nécessiter un très grand nombre de denrées et établir notre ambassade en Soléandre semble la solution qui nous soit la plus profitable.

Nous avions auparavant de nombreuses matières premières importées et l'installation d'un comptoir commercial en Soléandre se serait révélée bien trop coûteuse selon nos estimations, aussi ne nous restraignions-nous autrefois qu'à l'exportation. Cependant, devant la nécessité actuelle, ce choix est rediscuté et Soléandre semble par conséquent le choix tout indiqué pour devenir le partenaire commercial privilégié de Lorath à nos yeux.
"

Il s'interrompit lui-même, le temps de prendre une gorgée de vin qui s'avérait de plus en plus délicieux, où était-ce l'échange qui avait lieu en ce moment qui divertissait particulièrement le Premier Praetorvis de Noires-Ailes, second plus puissant corvimancien de tout Lorath.

"Vous devez notamment vous douter, Eminence, nous qui sommes si loin de Soléandre n'avons pas décidé à la légère ce rapprochement si lointain. Nous savons également qu'établir d'un tel lien commercial ne peut se faire sans garanties de notre coté. Aussi, il me semble nécessaire de parler en toute franchise..."

Usant de l'art du dialogue que tant dénigrent, Barragan Stern se plaisait à voir que son interlocuteur comprenait fort bien les diverses allusions qui peuvent être contenues dans les plus infimes intonations et expressions physiques. Aussi, il ne faisait aucun doute que l'Obad d'Ical avait perçu que dans cette phrase contenait une incitation à demander aux serviteurs ici présents de sortir. Le véritable entretien ne faisait que commencer...
Revenir en haut Aller en bas
Le Cardinal Blanc
Écuyer
Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/11/2011
Messages : 71
Royaume : Empire Arshee d'Ical
Titre : Dictateur de Soléandre

MessageSujet: Re: Arrivée de l'ambassade lorathienne   Sam 13 Oct - 1:49

Archeror d'Ical comprenait en effet très bien les allusions de son habile interlocuteur. Le Cardinal, néanmoins, était un homme d'usages, et qui n'aimait guère, dans l'enceinte de son propre Temple, ne pas maîtriser le déroulement de ses dîners. Aussi ne congédia-t-il pas ses serviteurs -le repas, d'ailleurs, était loin d'être terminé. Lui aussi ne faisait que commencer.

-Vous me voyez peiné, très peiné de la situation du Lorath. Soléandre elle-même, de par l'étroitesse de son territoire et la masse imposante de sa population, a longtemps vécu sous la menace de la famine et de la disette. Heureusement, grâce aux bons soins de nos amis Hardiens et Baquiens, la Cité a retrouvé la position qui était la sienne aux temps des Âges d'or. D'un point de vue commercial, cela va sans dire... Une position plus qu'enviable. Nous le constaterons d'ailleurs à l'instant. Voici venu le temps, je crois, de passer à table...

Le Patriarche se leva alors, après avoir déposé son renard blanc sur le sol. Il invita les deux ambassadeurs à le suivre, et les trois hommes passèrent dans une autre salle, où les attendaient une table richement garnie. Pâtés en croûtes, poissons finement apprêtés, gibier en sauces, fruits exotiques et de nombreux autres mets se dévoilèrent à leurs yeux. Trois autres serviteurs se tenaient dans la salle, qui prirent le relais des premiers.

Archeror d'Ical s'attabla, tout sourires. Il servit lui même le premier plat de Stern et du Sang-de-Lion, selon un vieil usage de la cour d'Ical. Et ensuite... Ensuite, le Cardinal s'engagea dans l'élaboration d'un large portrait. Lentement, méthodiquement, avec force traits d'esprit, il présenta à ses invités, dans toute sa complexité et ses nuances, la richesse marchande de Soléandre. Chaque met, chaque plat était le prétexte d'un exposé aux multiples ramifications. Tel faisan, épicé selon une mode orientale, entraînait les ambassadeurs dans un monde lointain et fascinant, dont les particularités étaient analysées et présentées. Ensuite venait ce pamplemousse juteux, ce breuvage sucré, ce poisson à la chair tendre... Un vaste réseau de contact s'ébaucha peu à peu, au fil des minutes puis des heures. Réseau culturel, réseau de fidélité, réseau d'échanges, les fils s'emmêlaient puis se séparaient au gré des paroles du religieux. L'Ouest, l'Est, le Nord et le Sud furent balayées en un ample mouvement, englobant mais précis. Loin de monopoliser la conversation, le Patriarche faisait réagir les Lorathiens, sondant leurs connaissances, leurs passions et leurs opinions. Le Cardinal les écoutait avec attention, opinait ou jugeait défavorablement, mais en tout respect, avant de s'envoler de nouveau, porté par une effluve, un goût, un vision particulièrement agréable. À la fin, les nombreuses routes parcourues, les nombreux traits esquissés furent regroupés autour d'un point central, inévitable: Soléandre.

-Voilà le Monde sans Nom. Et voici son centre. Voici Soléandre. Voici cette Sainte Cité, aboutissement de toutes les routes, port pour tous les navires. Lieu de grandes haines, certes, mais surtout lieu de grande vie, lieu de rencontres et de puissance, arène glorieuse et maîtresse. Ici seulement tout se retrouve. Ici seulement tout se dévoile également, justement. Cette terre est une spirale qui part et revient en Soléandre. Le refuser, y échapper, c'est s'exclure. C'est être Impérial: conquérants froids et barbares, haïs de tous, repoussé par tous ceux que les armes ne peuvent conquérir. C'est mourir, et ils le savent: c'est pourquoi ils rôdent, vont et viennent, montent une garde noire à nos frontières: face à Soléandre, il y a l'inévitable déchéance qui les guette, qui ronge la coquille vide et froide de leur immense Empire. Ce n'est pas l'orgueil tant que le désir de survie qui les attire ici, pas tant la soif de pouvoir que l'implacable loi divine. Pour faire partie de ce Monde, il faut être, vivre Soléandre. Soléandre, mes amis, est destin du monde...

Pendant cette dernière envolée, les serviteurs avaient débarrassé la table. Il ne restait rien que du vin et quelques gâteaux de miel: tous les serviteurs étaient sortis.

-Voilà ce qu'est Soléandre, voilà sa raison d'être et son souffle, qui balaie le monde, malgré les chutes et les combats, malgré le doute. Voilà ce que la Sainte Cité peut vous offrir. Alors, en toute franchise, Excellences, quelles garanties espérez-vous soutirer à votre destinée?
Revenir en haut Aller en bas
Aenarion
Grand Écuyer
Grand Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 18/06/2012
Messages : 86
Royaume : Lorath
Titre : Haut Roi

MessageSujet: Re: Arrivée de l'ambassade lorathienne   Jeu 25 Oct - 8:57

Au moment de la sortie des serviteurs, Kamahl se leva également, tout en ajoutant :

"Veuillez excuser votre éminence, mais je me vois dans l'obligation de prendre congé. En effet, je crains d'avoir contracté une sévère migraine, non pas que cette conversation ne soit à mon goût, bien au contraire. Je vous prierai de bien vouloir continuer sans moi, mon homologue saura représenter Lorath au mieux, aussi, n'en soyez point offensé."

En réalité, ce dernier savait que la conversation qui devait avoir lieu devait se faire entre le praetorvis et l'Obad d'Ical uniquement, ou du moins serait facilitée. De plus, ce qui s'était passé auparavant dans le temple de Karkas le tracassait et il s'était promis d'aller voir le vieillard avant qu'il ne succombe au moins. Aussi quitta-t-il la pièce en saluant de la manière la plus respectueuse et qui convenait Archeror, c'est à dire celle qu'il voulait bien lui permettre.

Le praetorvis, quant à lui, attendit la sortie du Sang-de-Lion pour reprendre la conversation.

"Ne vous y trompez pas, Eminence, nous connaissons la valeur de Soléandre, car, comme je vous l'ai dit auparavant, nous nous sommes convenablement renseignés sur la cité et sur ses avantages avant de la choisir comme comptoir commercial privilégié.

Cependant, je me dois d'être parfaitement franc, mes "informateurs" nous font part de rapports considérablement contrastés. Ces derniers, nombreux et situés à tous les niveaux de la cité, nous offrent des signes inquiétants à étudier. En réalité, vous seriez parfaitement surpris de l'étendue des informations que nous avons su développer, et de leur exactitude certaine.

Laissez-moi donc vous conter une histoire. Celle d'une cité. D'un duc absent. De nombreux murmures de mécontentement dans le peuple. D'un ordre certes présent, mais sans saveur car sans figure approuvée à l'unanimité par le peuple, car absente. D'une éminence grise, ou plutôt blanche, qui maintient un navire dans le bon cap malgré la tempête faisant rage, d'une noirceur sans nom, derrière laquelle se cache un phénix qui ne cherche qu'à faire sombre ce vaisseau de lumière. Celle d'anciennes puissances sur le déclin, anciens soutiens. Celle de nouvelles, prêtes à apporter leur pierre à l'édifice.

Nous connaissons la valeur de cette cité et sa puissance commerciale et politique, son hégémonie religieuse. Cependant, l'ordre est le meilleur des alliés lors des affaires. La situation à l'heure actuelle reste critique, comme nous avons pu le constater avec l'intervention des impériaux plus tôt au cours de cette journée. Leur rapprochement vers la cité peut constituer un atout, ou une menace. Voila pourquoi le réseau "d'informateurs" dont nous disposons à l'heure actuelle est, si vous l'acceptez, entièrement mis à la disposition de Soléandre. Nous vous proposons d'intervenir dans les affaires de la Sainte Cité et de participer au maintien de l'ordre. Cet ordre est maintenu grâce à sa police et ses forces armées. Mais il lui faut un soutien pour accroitre son efficacité, et ces périodes sombres pour la ville de lumière, comme il faut que l'archer choisisse une cible avant de faire mouche, que le fantassin arme son coup pour percer l'armure adverse.

Nous vous proposons aujourd'hui, l'intégration de nos services secrets en Soléandre aux résidus existant encore en la Cité pour créer un nouveau réseau de services secrets plus puissant qu'il n'a jamais été. Aussi ai-je été envoyé dans ce but, pour aider à rétablir l'ordre par ce moyen détourné. Offrez à Lorath une place au conseil par ma personne et vous trouverez le soutien dans le maintien de l'Ordre dans la cité vers des jours meilleurs.
"

Les mots avaient été dits. Ne restait plus qu'à espérer qu'Archeror n'y verrait pas une provocation, car après tout, Barragan Stern venait de déclarer plus ou moins ouvertement disposer d'un réseau d'espions si considérable qu'il lui permettait de disposer d'informations auprès d'à peu près tous les cercles de Soléandre. Le praetorvis avait bien défini les faits, il s'agissait d'un atout mis à disposition de la Cité, sans le moindre doute possible. Une main avait été tendue envers le Cardinal. Ce dernier la prendrait-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Le Cardinal Blanc
Écuyer
Écuyer
avatar

Masculin Date d'inscription : 14/11/2011
Messages : 71
Royaume : Empire Arshee d'Ical
Titre : Dictateur de Soléandre

MessageSujet: Re: Arrivée de l'ambassade lorathienne   Ven 9 Nov - 2:07

Archeror d'Ical était demeuré silencieux alors que le praetorvis lui exposait méthodiquement ses arguments, et lui révélait l'emprise qu'avait déjà -ou que croyait avoir- Lorath en Soléandre. Le religieux s'était redressé et, roidement installé dans son siège, il avait fixé un regard de plus en plus glacial sur l'homme qui lui faisait face. Après que Barragan se fut tu, le silence perdura pendant un long moment. Puis, finalement, le Cardinal laissa s'échapper quelques mots empreints de froideur.

-C'était donc vous...

Car, bien évidemment, le Patriarche savait. Il connaissait l'existence de ce réseau parallèle, inconnu, autrefois assimilé aux Veilleurs, aux Zohalieks, et à d'autres puissances occultes. Le vieil elfe sylvain disposait lui aussi d'agents, et il avait pu longtemps compter sur la nébuleuse baquienne. Mais jusqu'à maintenant, le commanditaire lui avait échappé. Et maintenant, l'un de ses représentants se trouvait là. Devant lui.

Bien entendu, la situation avait évolué, depuis le plus récent départ de l'Obad d'Ical. Les appuis avaient changé, les réseaux s'était modifiés. Une nouvelle réalité, certes semblable en bien des points à celles de la Dictature, s'était mise en place. Une réalité que le Cardinal ne contrôlait pas encore tout à fait.

-Savez-vous, Excellence, comment l'on appelle ce que vous venez de me décrire? Comment ceux qui sont à la tête des États perçoivent un réseau du type de celui que vous m'avez si calmement présenté? Si, si. Sans aucun doute. L'on appelle cela un outil au service d'une puissance étrangère. Un ennemi. Une menace.

Le Cardinal s'était avancé quelque peu.

-Cette hydre, ce monstre tentaculaire que vous me décrivez, je devrais l'abattre. Couper ses membres, un par un. Le démolir aussi patiemment que vous l'avez construit. Même si cela devait me prendre dix fois plus de temps. Et, croyez-moi, j'en sais assez pour que quelques têtes, plusieurs mêmes, roulent dès ce soir.

Archeror d'Ical se leva, repoussant son fauteuil. Et servit à son interlocuteur un sourire désincarné.

-Mais cela ne serait que pauvrement efficace, n'est-il pas? Si pauvrement... Vous m'offrez ce réseau, en échange d'une place au conseil. Nous n'en sommes pas encore là. Nous pourrions y parvenir, cependant. J'ai néanmoins besoin de quelques garanties. Je ne doute nullement que vous possédiez des agents partout -cela n'est pas si difficile, tout compte fait. C'est gérer le réseau, qui l'est. Mais ce n'est pas cela qui m'intéresse. Votre réseau doit être large, complet, et je suppose que vous n'auriez pas osé vous présentez ici sans pouvoir, en cas de résistance de ma part, ou même d'hésitation, m'aveugler en me démontrant que même mon temple, même le clergé d'Arbros était infiltré. Je doute qu'il le soit à très haut niveau -je doute même que ces agents hypothétiques mais probables soient tous et pleinement vôtre-, mais il serait logique qu'il le soit. Kilak... Kilak n'est pas moi.

De nouveau, un sourire.

-Donnez-les moi. Tous. Tous ceux qui, prêtres, moines ou simples servants d'Arbros, oeuvrent pour vous, quelque soit leur contribution, si petite soit-elle. Tous. Et ne croyez pas me tromper: j'en sais assez, je vous l'affirme, pour que vous ne puissiez tenter de passer quoi que ce soit sous silence sans que ma méfiance ne s'éveille. Donnez-les moi. Et ensuite, ensuite seulement, nous pourrons parler de Conseil et de collaboration...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arrivée de l'ambassade lorathienne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arrivée de l'ambassade lorathienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Affaire de vente de passeports/visas a l'Ambassade de Paris
» Arrivée de Houille
» René Préval: Haiti-Élections : « L’ambassade des États-Unis n’est pas le CEP »
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Cité de Soléandre :: Le quartier des temples :: Septuor de la Création :: Bosquet Sacré d'Arbros-
Sauter vers: