AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  Qu'est-ce que le grosbill et comment l'éviter (Par Maegluin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Morgan
Dauphin
Dauphin
avatar

Masculin Date d'inscription : 21/09/2011
Messages : 466

MessageSujet: Qu'est-ce que le grosbill et comment l'éviter (Par Maegluin)   Sam 24 Sep - 18:51

NE SURVOLEZ PAS ceci vos la peine d'être lue au grand complet! surtout pour les rpistes débutants et même pour les autres.

LES GROSBILLS, FANTASMES OU REALITES?

De plus en plus souvent au court des semaines écoulées, on a pu voir apparaître ce terme, dans les propos « Herpés » que s’adressent nos concitoyens.

Combien de fois avons nous pu lire que A s’offusque que B soit un grosbill, pendant que B insinue que le dernier texte de A est du pur Grosbillisme. ?
Trop souvent. Au point que le terme commence à perdre toute signification. De texte en texte, il semblerait même que ce mot soit devenu à la fois une manie, une insulte et une échappatoire aisée.
A moins, vu la fréquence croissante d’apparition du terme, qu’il ne s ’agissent d’une maladie.

Comme le terme est mal précisé et encore plus mal compris, force est de constater que chacun semble être le grosbill de l’autre. Ce qui est peut-être inquiétant. Ou peut-être simplement amusant.

Alors occupons nous de comprendre ce qu’est le Grosbillisme et de le définir. Ca nous permettra peut-être d’avancer un peu.

Définition du Grosbill.

Selon l’admirable site de Wikipedia :

« Gros Bill ou Grosbill tout attaché, est un qualificatif qui désigne dans l'univers des jeux de rôle un joueur qui cherche à rendre son personnage le plus puissant possible, au détriment d'autres aspects du jeu tel que le réalisme ou l'interaction entre les personnages. Il a donné le substantif « grosbillisme », qui désigne le fait de « jouer la puissance » plutôt que « jouer le rôle ».
Le terme est péjoratif, car une attitude de Gros Bill dans un jeu de rôle traditionnel est proche de l'anti-jeu et gâche souvent le plaisir des autres joueurs.

La revue Casus Belli avait donné cette définition du Gros Bill : « la cervelle du canari et la puissance de feu du porte-avions nucléaire».[réf. souhaitée] »


……

La première constatation reliée à cette définition est que le Grosbillisme est un état d’esprit. C’est la volonté d’être le plus fort. D’être le plus puissant.

A cela quoi d’anormal ? Personne n’aime de gaieté de cœur perdre. Personne ne recherche la défaite sciemment. De par cette définition et ce qui en ressort, NOUS SOMMES TOUS DES GROSBILLS.

Alors où est le problème ? Pourquoi cet énervement contre les grosbills ? Si nous en sommes tous là.

Peut-être dans le fait que le grosbillisme s’exprime dans un jeu. Un jeu, par définition est une interaction. Or, comment interagir avec un grosbill ? Comment interagir avec un personnage tout-puissant et invincible ? Et comment ne pas être soi-même trop Grosbill. Surtout dans un univers de jeu aussi libre que le RP. Comment concilier notre envie de gagner avec un Grosbillisme le plus minimal possible ?

Difficilement. Car si le Grosbillisme est un état d’esprit, cet état d’esprit va se concrétiser par un comportement.

Etudions un instant les comportements-types du Grosbill. En commençant par les cas extrèmes : les VRAIGROSBILLS.

Pour cela, les exemples actuels abondent. Tapez Grosbills dans votre zone de recherche et lisez le sujet, vous y verrez les trois champs d’action: Le Grosbill d’Attaque, Le Grosbill de Défense et le Grosbill Antijoueur.

I Le Grosbil d’Attaque.
C’est sans doute l’un des plus facile à repérer. Le désir de puissance du joueur se traduit par une débauche des moyens donnés à son personnage, à sa cause, à ses armées. Au mépris d’un minimum de crédibilité. C’est la Définition même.

Comme il est tout puissant, Le Grosbill d’attaque n’a aucun doute et se considère comme un quasi-dieu à la puissance écrasante. Ses attaques sont à l’avenant : Déluges de Flamme, millions de soldats, invocations insensés de créatures supérieurement puissante etc… Toute la gamme de l’imagination est possible. Mais l’exagération est la norme.

Récemment, on a pu voir une attaque de type grosbillienne d’une magicienne qui transforma une plaine en lave et ce n’est pas le pire des exemples.

La Surpuissance est donc la règle.
Mais ce déluge de puissance, si elle est la marque d’un Grosbill, n’est pas toujours un problème. Elle peut même, être parfaitement satisfaisante pour les joueurs en lice. Un duel de Grosbill est parfaitement possible.

Récemment, un Empire et un Archiduché se sont affrontés, en en donnant chaque jour un exemple édifiant. Et cela s’est fort bien passé. Ce n’est qu’à de rares reprises que ces deux-là se sont querellés sur l’effet de certains sorts, sur les effets principalement sur leurs Personnages Centraux. Car, si deux grosbills peuvent s’affronter allègrement à coup de pouvoir dépassant ceux d’un dieu, ils deviendront plus tatillons des effets et conséquences quand celles-ci s’approcheront trop près de leur Empire, Roi, Chevalier personnel.

Pour examiner de plus prêt les divers types de Grosbillisme, imaginons une situation : un cas d’école. Faisons-en l’Exemple évolutif le long de cette petite étude.

Exemple : Le Duel.
Le mage A attaque le B en lançant dans la même nanoseconde un sort de désintégration, suivi d’un sort de téléportation pour aller frapper B (entre parenthèse , quand il frappe c’est avec, au minimum, une épée magique qui boit les âmes ou équivalent, objet qu’il manie en virtuose) puis d’un sort d’invisibilité pour ne pas être vu par B et d’un sort de Vampirisme pour voler l’énergie magique de B…
Nous avons là un exemple classique : la débauche de moyen signe le Grosbill d’Attaque.

II Le Grosbill de Défense.
Celui-ci est plus sournois. Moins évidemment décelable. Même si l’œil averti ne peut le laisser échapper.
Le Grosbillisme est je le rappelle un état d’esprit. Par définition, le Grosbill ne peut accepter la notion d’échec. Il va donc falloir pour lui trouver moyen de contrer les attaques ennemies.

Pour cela, il a a sa disposition certains comportements usuels : la Parade, la Parade-riposte, la mauvaise foi, la négation pure et simple.

La parade est la plus commune. Elle consiste à se munir de toutes les défenses magiques et boucliers physiques imaginables.

Dans notre Duel, ca donne ça :
B écarte d’un geste l’attaque de désintégration par ses défenses magique, il ne ressent même pas le coup d’épée de B qui s’écrase sur sa cotte de maille invulnérable (au minimum l’épée se brise, souvent, le bouclier à un effet boomerang et c’est A qui ressent les effets de son coup d’épée) et le sort de Vampirisme tombe dans le vide car il s’est téléporté plus loin.


La Parade-Riposte. Elle est a l’usage des Grosbills les plus agressifs. Ceux qui préfèrent le rôle de Grosbill d’attaque à celui de défense. Elle consiste à parer l’attaque adverse tout en attaquant soi-même.
Un superbe exemple récent à été la réponse d’un Nain Célèbre à la Fusion de la plaine par notre Magicienne : Il a annulé l’attaque en la transférant directement sur Soléandre sous la forme d’un Volcan. Rien de moins.


Dans notre Duel ça donnera ça :
B reçoit sur ses défenses magiques-boomerang l’attaque de désintégration de A qui lui est instantanément retournée avec une puissance démultipliée…
Notez bien, il est très important que la risposte soit démultipliée. Le Grosbill ne sait pas faire moins.

La Mauvaise-foi. Elle est d’usage lorsque l’un des adversaires ne sait pas trop comment contrer un mouvement de l’autre.
Un bel exemple a été donné dans une guerre semi-récente contre le Fléau, quand un individu s'est pris de plein fouet une mini-tornade de Malepierre, mais s'est relevé sans égratignure en prétendant que la Tornade venait de libérer le démon voisin, pas du tout visé lui.

Pour notre Duel, on obtient ça:
B reçoit l’attaque de désintégration, mais elle le rate de peu et ne fait disparaître que le bas de sa cape.

La Négation Pure et Simple.
Ceux la sont mes préférés. Comme votre mouvement ne colle pas avec ce qu’ils avaient prévu, ils se contentent de ne pas en tenir compte. Ou invectivent l’autre joueur en lui disant que son action n’est pas possible.

Exemple 1:
A attrape B par le col, le fait tournoyer pour qu’il s’écrase sur les épées en dessous. (exit les sorts gênant…oubliés)
Exemple 2. Heu…C’est pas possible, je te rappelle que les sorts de désintégration ne se font pas dans des salles ouvertes.
Ton post n’est pas valide. Merci de le modifier. (Ou n’importe quelle baratin du même genre.)


Mais ces deux catégories de Grosbills, si il sont souvent un peu pénibles restent des joueurs. Des personnages que l’on peut affronter. Avec lesquels on peut s’amuser. Il en va tout différemment du spécimen suivant : Le Grosbill Antijoueur.


III Le Grosbill Anti-Joueur.

Stade ultime d’évolution du Grosbill, le grosbill antijoueur n’est pas toujours facilement identifiable. C’est pourtant le pire de tous.

Cet animal de jeu ou de forum a une particularité. Il n’a pas toujours les attributs extérieurs du Grosbill. C’est souvent un Grosbill camouflé.

Le Grosbills, comme nous l’avons vu se caractérise par une débauche, un excès, une énormité des moyens mis à la disposition de son personnage, de ses armées : Des défenses extraordinaires, des moyens d’attaques dignes de le 6eme Guerre Mondiale.

L’Antijoueur lui, n’a souvent pas ces travers.
Ses attaques, lorsque il vous agresse, restent raisonnables. Le mouvement est plausible. La tactique est faisable. Il n’y a pas d’excès de moyen.
Ses défenses, lorsqu’il en use, sont vraisemblables. Il n’adhère pas non plus aux diverses exagérations notées plus haut.

Mais alors. En quoi l’Anti-joueur peut-il être qualifié de Grosbill Ultime ?
Simplement sur un point. Si le Grosbill classique se détermine par son excès en terme de moyen, l’antijoueur lui , se caractérise par ses excès en matière de résultat.
Plus précisément, il se caractérise par des résultats définitifs et indiscutables. Ce faisant, il montre toute la définition du Grosbill. Cette volonté d’être le plus fort. Et il l’applique sur les effets de son action plutôt que sur les moyens. Par ce biais, il s’assure de l’impossibilité pour l’autre de répondre. Il s’assure de la victoire indiscutable.

Exemple.
A sort son épée et décapite B. B est mort.

Comment répondre à cela ?
C’est de l’Antijeu. C’est du Grosbillisme Total.

Le jeu consistant en une interaction, A détruit l’interaction. Il ne propose pas quelque chose comme : A sort son épée et frappe en direction de la gorge de B. Ce qui laisserait à B des actions faisables. Non. Il décrète que son action a un résultat définitif et ferme.

En fait, Le GrosBill Antijoueur se proclame simplement joueur et juge de partie.

IV Conclusions. Reedition du 14/8/8

Le GrosBillisme est donc partout. Tous, à l'occasion en usons... ou en abusons.Tant qu'il est accepté et laisse jouer l'autre, il ne pose pas un vrai problème. Après tout, dans un RP forum, c'est l'imagination qui prime, et la logique des actions bien décrites qui est acceptée.

Ce topic n'a nullement pour but de fustiger un tel ou un tel, il ne prétend pas donner une leçon à quiconque. Il se contente de donner un diagnostic et les éléments de réflexions qui peuvent nous permettre d'éviter les excès. Pour rendre le jeu plus agréable à tous.

Le RP se fait avec les autres, pas contre eux.
Revenir en haut Aller en bas
 
Qu'est-ce que le grosbill et comment l'éviter (Par Maegluin)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment contrer un mumak?
» comment peindre des orientaux
» Annabuses, ou comment réussir son exam... , de A. Lasornette
» Comment mener la lutte contre la corruption en Haïti ?
» Comment créer sa nouvelle équipe ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Des règles et du RP :: Règles de base du Forum-
Sauter vers: