AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Répargs (Par Natugrove)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Natugrove
Composteur compulsif
Composteur compulsif
avatar

Masculin Date d'inscription : 13/09/2011
Messages : 122
Royaume : Archiduché des Grandes Forêts
Titre : Archiduc et Grand-Maître du Culte d'Arbros

MessageSujet: Les Répargs (Par Natugrove)   Ven 30 Sep - 18:24

Les Répargs
Le peuple reptile

«Dans les marécageuses contrées de cette terre, dans des recoins boueux et humides du globe, loin de toute civilisation et de toute autre forme de vie évoluée, dans ce monde à part vivent les Répargs, le peuple reptile. Dans leur pays sauvage et inhospitalier, ils ont bâti une civilisation complexe, à la puissance considérable. Maîtres des marécages, les Répargs sont un peuple mystérieux, peu connu et pourtant, à sa façon, très évolués. Leur physique impressionnant et leur mode de pensée unique en font des êtres très intéressants, à la fois effrayants et intelligents. Les Répargs, le peuple reptile, souverains des milieux humides, sont une race complète et perfectionnée, mais une race à part des autres…»

Chênelys Feuillelobée, savant dryade


Description physique : effrayants mais nobles
«Les Répargs ont une apparence impressionnante. Ils sont grands et massifs, et pourtant gracieux et agile. Bref, ce sont des créatures au physique parfait pour leur mode de vie.» C. F.

Les Répargs sont de grands lézards marchant sur deux pattes. Ni plus ni moins. Mesurant dans les deux mètres, musclés, ils sont recouverts d’écailles partout, sauf sur leur ventre. Ils ont des pattes griffues, dangereuses. On retrouve sur la tête des mâles une crête dont la longueur varie selon le taux d’hormones masculines et la force. Bêtes à sang froid, les Répargs doivent surveiller la température de leur corps. Ils se baignent lorsqu’il fait chaud et s’étendent au soleil quand il fait plus froid. Ils ont une certaine prestance et un maintien plein de noblesse. Créatures impressionnantes à l’apparence sauvage, on n’oublie jamais un Réparg.

La saga d’une civilisation

Nul ne sait quand, ni comment sont apparus les Répargs. Toujours est-il qu’ils sont apparus dans les marais du bord du monde. Loin de tous les autres peuples, et donc de toutes leurs influences, ils ont évolué par eux-mêmes. Au début de leur civilisation, nomades, ils parcouraient les marais. Puis, ils ont commencé à bâtir de petits villages. Après quelques siècles, les villages sont devenus des villes, qui se sont unies en confédération. La civilisation reptilienne a vite conquis toutes les terres entourant ses citées, grâce a une armée puissante et effrayante. C’est ainsi que les hommes lézards sont devenus les souverains des marais.

Hiérarchie et mode de pensée
«Jamais je n’ai vu peuple plus pratique, ni plus terre-à-terre.» C. F.

Les Répargs sont des êtres pratiques, qui ne font rien d’abstrait. Ils font ce qu’ils ont besoin pour vivre, point. Ils cultivent, chassent et font la guerre de belle façon. Cependant, l’art n’a que très peu de place dans leur civilisation. Les seuls bâtiments ornés sont les temples. Face à un problème, le Réparg choisira la solution la plus pratique et la plus simple. Les hommes reptiles méprisent les pertes de temps, les flâneurs et les paresseux. Leurs inventions ont toutes une utilité, ils ne créent que du tangible, du concret. Les Répargs sont donc des êtres éminemment pratiques, qui font passer le travail avant le plaisir. Mais, bien souvent, ils tirent du plaisir de leur travail.

Les Répargs ont regroupé leurs cités-états en confédération. Chaque cité est gouverné par un conseil composé de dix personnes, cinq prêtres et cinq guerriers. Ils débattent et décident par vote. En cas d’égalité, le grand prêtre, qui ne fait pas partie du conseil, tranche. C’est lui la plus autre autorité de la cité. À la fois religieux et guerrier, il est très respecté. Les confédérations, elles, sont gouvernés par un conseil gouvernés par un conseil formé de tous les grands prêtres.



Religion :«Les dieux le veulent!»
«Il est étrange qu’un peuple si pragmatique ait tant besoin de croire en une entité supérieure.» C. F.

Étrange paradoxe s’il en est, les Répargs, pourtant axés sur le concret, sont de grands croyants, et de fidèles pratiquants. Ils croient, dur comme fer, en un Panthéon de plus de cent dieux, dont un triumvirat principal. Ce dernier est formé du dieu de la guerre, de la déesse des récoltes et du dieu des âmes.

Les Répargs sont fatalistes et croient que les dieux décident de tout. Il ne faut donc pas se le mettre à dos. C’est pourquoi les hommes reptiles sont des adeptes du sacrifice, dans le but d’apaiser les dieux. C’est des âmes des sacrifiés que les prêtre sacrificateurs tirent leur puissance magique.
Les cités Répargs comptent plusieurs temples, les seuls édifices au luxe ostentatoire. Les prêtres conversent avec les dieux, et sont ainsi leurs messagers. Ils ont donc un grand pouvoir sur le peuple. Seuls les plus intelligents deviennent prêtres. Ils vivent dans le luxe, le pouvoir et la richesse. C’est la caste religieuse qui est le fondement de l’âme réparg.
«Les prêtres étaient des gens instruits. Ils étaient entourés d’un respect que j’ai rarement pu observer ailleurs» C. F.


Agriculture : les fondements d’une civilisation
«Les hommes reptiles étaient technologiquement très avancés d’un point de vue agricole, bien plus que plusieurs autres races. À la saison des récoltes, le vert des champs formaient une mer se mouvant sous le vent, tel un long serpent.» C. F.


Les Répargs sont d’excellents agriculteurs, aux méthodes avancées. Pour cultiver, ils drainent les marais. Le sol naturellement fertile est propice à la culture de riz, de blé, de maïs, de melons et de divers légumes et fruits. Les champs s’étendent en terrasses, dans un ordre parfait, sur les terres drainées autour des cités. Les Répargs utilisent la boue des marais, certaines algues ainsi que le limon pour optimiser leur production. Leurs récoltes produisent souvent plus que nécessaire.
Mis à part l’agriculture, les Répargs pratiquent la pisciculture. Ils bâtissent de grands bassins dans les marais et y élève poissons, reptiles sauvages et mammifères marins. Les Répargs ont ainsi plusieurs sources de nourriture, ce qui empêche les famines et équilibre leur santé.

Économie : le troc primordial
«Les Répargs ignorent tout de l’utilisation de l’argent. Chez eux, toutes les transactions s’effectuent par échange, système défavorisant la cupidité des autres races.»C. F.

Pas d’argent chez les Répargs. Toutes les transactions commerciales se font à l’aide du troc. Les Répargs échangent ce qu’ils veulent contre ce qu’ils ont. Pas de complication. Ce système favorise l’égalité des classes. Les hommes reptiles donnent quelque chose dont ils n’ont pas besoin et voulu par l’autre personne contre ce qu’ils ont besoin. Un agriculteur donne une partie da sa récolte au guerrier qui le protège, un éleveur quelques animaux en échange de jarres fabriquées par un artisan. Ainsi quelqu’un qui travaille et qui est débrouillard est certain de ne manquer de rien.
Bien sûr, l’absence d’argent nuit beaucoup au commerce avec les autres peuples, qui est quasi inexistant.



Architecture : éminemment pratique
« Les cités Répargs sont simples et ordonnées. Elles sont pourtant d’une certaine beauté, et elles possèdent une austère perfectio .» C. F.

Pour construire leurs cités états, les Répargs assèchent une portion de marais. Ils bâtissent leurs habitations à l’aide de la boue ainsi retirée, mélangée à de la végétation. Ce mélange est baptisé adobe. Les maisons, presque tout le temps à deux étages, sont de forme carrée. Le premier étage sert d’échoppe et de grenier. Le deuxième, accessible de l’extérieur à l’aide d’une échelle, est la portion habitée. Les différentes maisons sont alignées le long de large avenue, sur la devanture, et l’arrière est accoté à une rivière passant dans la cité. Les différentes avenues communiquent entre elles par des ponts. Les canaux servent à embellir la ville et refroidir les hommes reptiles en cas de canicule.
Le quartier des habitations est entouré d’un mur d’adobe, percé de nombreuses brèches pour laisser circuler l’eau des canaux.
À l’intérieur de ce quartier, sur une éminence artificielle, se dresse la haute cité. Entourée d’une haute muraille percée de trois portes, elle comprend les temples, les greniers et les entrepôts, ainsi que la place du marché, les bâtiments de l’armée et le siège du conseil. En cas d’attaque, les habitants se réfugient dans cette partie de la ville, plus facile à défendre.

Mode de vie : un peuple à part
«Les Réparg vivent simplement, mais dans la joie. Ils vivent, je dirais, la VRAIE vie» C. F.

Chez les Répargs, l’individu sert la cité avant lui-même. Tous les hommes reptiles sont liés à leur ville, et ils l’aiment d’un grand amour patriotique. Le guerrier vit pour protéger sa cité et augmenter sa gloire, l’agriculteur vit pour la nourrir. Les Répargs sont donc d’une certaine façon profondément altruiste, les égoïstes et les ambitieux étant très rare. Chez les hommes reptiles, honneur, loyauté et générosité sont des mots d’ordre.

Les jeunes Répargs passent à l’âge adulte à 14 ans. Les plus forts deviennent guerriers, les plus intelligents prêtres, et les autres agriculteurs ou artisans. Les femmes, elles, se cherchent un mari. Une fois qu’elles en ont un, elles s’occupent des enfants et de l’entretien. Elles sont respectées et très bien traitées.





Troupes :une puissante armée

Les Répargs, excellents combattants, ont une longue tradition guerrière. Les jeunes les plus hormonés participent à un tournoi à leur passage à l’âge adulte, à 14 ans. Tous ceux qui gagnent quatre combats, sans défaites, deviennent des guerriers. La classe guerrière est très respectée, et jouit de nombreux privilèges. Pour les hommes reptiles, le combat est un honneur. Les guerriers reçoivent un entraînement intensif et deviennent de vraies machines à tuer.Chaque année, plusieurs tournois ont lieu, pour mesurer la puissance des soldats.

Les Répargs ne connaissant pas l’utilisation du fer, toutes leurs armes sont fabriquées en pierre ou en obsidienne. Leurs boucliers sont fait de véritables écailles de reptiles géant des marais assemblées.




Études du guerrier lézard, d’après Chênelys Feuillelobée,, de l ‘université de Tours de Lune.

«Les hommes reptiles étaient de grands guerriers, puissants et effrayants» C.F.
Longues-crêtes

Les guerriers Répargs ont un taux d’hormones anormalement élevé, ce qui leur procure une force et une férocité extraordinaires. Cela a aussi pour effet de stimuler la croissance de leur crête, signe des guerriers. Les longues-crêtes sont armés de masses, d’épieux, de glaives d’obsidienne et de boucliers d’écailles.


« Une telle bête glaçait les cœurs et faisait fondre le courage. Devant elles, le vide se faisait» C.F.

Balèzes des marais Gigantesques bêtes reptiliennes à quatre pattes, mesurant de quatre mètres de haut, les balèzes sont le principal atout militaire des Répargs. Ces créatures effrayantes, gigantesques et cornues sèment la panique dans les rangs ennemis. Les Répargs construisent sur leur dos des tours-nacelles, et des guerriers s’y massent. Les Répargs font ainsi office de tours de siège et, grâce à leurs cornes, de béliers vivants. Leur peau épaisse les protége de presque toutes les armes, seules les balistes et les catapultes les blessent.




_________________

Grand maître du culte d'Arbros
Haut Recteur du Collège de Soléandre
Grand archiviste et conservateur de la Bibliothèque
Revenir en haut Aller en bas
 
Les Répargs (Par Natugrove)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Des règles et du RP :: Background :: Les races du Monde sans Nom-
Sauter vers: